Gone Baby Gone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gone Baby Gone

Description de cette image, également commentée ci-après

Ben Affleck lors du tournage d'une scène du film à Meaney Park, Dorchester, dans le Massachusetts (mai 2006).

Titre original Gone Baby Gone
Réalisation Ben Affleck
Scénario Ben Affleck
Aaron Stockard
Acteurs principaux
Sociétés de production Miramax Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Sortie 2007
Durée 114 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Gone Baby Gone est un film américain réalisé par Ben Affleck, sorti en salles en 2007. Il s'agit de l'adaptation du roman éponyme de Dennis Lehane.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En plein milieu de la ville de Boston, une petite fille de quatre ans, Amanda McCready, a mystérieusement disparu sans laisser de traces.

Son oncle Lionel et sa femme Béatrice engagent un couple de détectives privés, Patrick Kenzie et Angela Gennaro, afin d'enquêter sur la disparition de leur nièce. Sa mère, Ellen, une toxicomane alcoolique et irresponsable, semble assez peu préoccupée par la situation et le couple commencera à enquêter sur cette dramatique histoire. Ils découvriront par la suite que la disparition d'Amanda a un rapport avec un trafic de drogue et que la mère d'Amanda est responsable de ce qui est arrivé à sa fille.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Légende : voix françaises (VF), voix québécoises (VQ)

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Dennis Lehane (en 2010), auteur du roman dont le film est adapté.

À l'origine, Gone Baby Gone est un roman écrit par Dennis Lehane en 1998, le quatrième opus de la série Kenzie et Gennaro, noms des deux personnages centraux. En 2003, un de ses autres romans, Mystic River, publié en dehors de la série Kenzie/Gennaro, est adapté au cinéma avec succès par Clint Eastwood, ce qui permet à Lehane de connaître une réputation internationale.

Les romans de Lehane se déroulent dans les quartiers pauvres de Boston, mais l'auteur ne se contente pas de plonger ses lecteurs dans l’univers du crime et des enquêtes policières. Il s’intéresse également à la complexité des sentiments humains et de la morale[2].

C'est avec Gone Baby Gone que Ben Affleck, qui a grandi dans l'État du Massachusetts, où se trouve Boston, découvre l’œuvre de Lehane[2].

« J’ai tout de suite été séduit par la psychologie très développée des personnages. Le livre m’a tenu en haleine du début à la fin. »

— Ben Affleck, réalisateur du film[2].

L'acteur, s’est alors renseigné sur les droits d’adaptation de la série détenus par le producteur Alan Ladd, Jr.

« Bien qu’en ayant envie, je doutais de ma capacité à adapter l’histoire car je n’avais encore jamais travaillé sur une adaptation. Mais comme je ne cessais d’y penser, je me suis lancé avec Aaron Stockard, un ami de longue date. »

— Ben Affleck, réalisateur du film[2].

« Ben m’a appelé pour me demander mon avis sur ce polar. En le lisant, j’ai été, comme lui, touché par le fait que l’histoire se déroule à Boston, ville où j’ai moi aussi grandi. Nous avons longuement discuté des questions morales que soulève le livre. Les personnages, quant à eux, nous paraissaient très intéressants à filmer. »

— Aaron Stockard, coscénariste du film[2].

Les deux amis se sont concertés pendant deux ans, afin de préparer l'adaptation. Entre temps, Affleck, devenu papa, s'est montré encore plus sensible à toutes les menaces qui peuvent peser sur l'innocence d'un enfant, car «cette histoire a trouvé un nouvel écho en [lui] » et il a « compris ce que signifie être prêt à mourir pour quelqu’un », ce qui l'a beaucoup influencé[2].

L'un des principaux objectifs de Ben Affleck et d'Aaron Stockard avec Gone Baby Gone était de garder intacte la complexité morale de chaque personnage du roman. Ben Affleck explique :

« L'histoire doit amener chacun à questionner sa conception du bien et du mal. Elle montre que bien agir peut avoir des conséquences néfastes et que des personnes proches et intelligentes peuvent sortir différemment d'un dilemme moral. »

— Ben Affleck, réalisateur du film[3].

« Nous souhaitions tous deux que les spectateurs quittent la salle en discutant encore entre eux de la justesse des décisions des personnages. »

— Aaron Stockard, coscénariste du film[3].

Une fois le scénario terminé, Affleck le remet au producteur Sean Bailey, qui est subjugué par la force de l'histoire et par l'intrigue, qui l'a touché[2].

De plus, l'acteur commençait à envisager à réaliser le film, Ladd ne voyant aucune objection :

« Je désirais depuis toujours réaliser un film. J’avais une vision très précise de l’histoire. Je pensais déjà à des endroits bien définis de Boston et aux habitants de certains quartiers populaires. Il m’a semblé préférable de me charger de la réalisation si je voulais vraiment voir l’histoire filmée sous un angle aussi authentique. »

— Ben Affleck, réalisateur du film[2].

Casting[modifier | modifier le code]

Casey Affleck (ici en 2008), interprète de Patrick Kenzie.

Pour incarner le rôle de Patrick Kenzie, dont l'histoire est racontée principalement par le personnage, le rôle est confié à Casey Affleck, acteur à la carrière montante et qui n'est autre que le frère de Ben, avec lequel il avait tourné à plusieurs reprises.

« Je connais toutes ses mimiques. Je sais quand son jeu est naturel ou forcé. Je souhaitais le montrer sous son meilleur jour. »

— Ben Affleck, réalisateur du film[4].

Étant originaire du Massachusetts, Casey Affleck a pu comprendre plus facilement les réactions de son personnage face aux situations difficiles auxquelles il est confronté, mais a, toutefois, préparé son rôle en passant du temps auprès de divers détectives de Boston afin de découvrir leur quotidien et de comprendre en quoi l’enquête sur la disparition d’Amanda McCready bouleverse la vie de Patrick et d’Angie.

« Jouer là où vous avez grandi, au milieu des habitants de votre quartier, a un énorme avantage. Je connaissais l’accent, les attitudes et les expressions de la région – des détails importants et très durs à assimiler quand on n’est pas du coin.[...]Le travail des détectives est souvent plutôt banal, avec beaucoup de recherches dans des bases de données. Voilà ce qui rythmait leur vie avant l’affaire Amanda.[...] Cette affaire ne ressemble en rien à celles qu’ils ont connues. Chacune de leurs découvertes est extrêmement émouvante. C’est, pour moi, ce qui rend cette histoire si unique. Les questions centrales qu’elle pose m’ont frappé dès le début : peut-on commettre le mal pour obtenir le bien, et une bonne intention peut-elle s’avérer nuisible ? Chaque personnage du film doit trouver une réponse à ces interrogations. »

— Casey Affleck, acteur - interprète de Patrick Kenzie[4].

Il souligne qu'il est fier du travail de son frère aîné ainsi que de « l’atmosphère à la fois studieuse et amusante qu’il a su instaurer sur le plateau[4] ».

Michelle Monaghan (ici en 2006), interprète d'Angie Gennaro

Le rôle d'Angie Gennaro s'est porté sur l'actrice Michelle Monaghan, révélée avec les films Kiss Kiss Bang Bang et Mission impossible 3. Incarner une femme si courageuse et si émouvante était une occasion à ne surtout pas laisser passer.

« C’est le fait qu’elle fasse un boulot d’homme qui m’a attirée. La lecture du scénario m’a beaucoup émue. J’ai été impressionnée par la manière dont l’histoire explore des zones d’ombre, moralement et éthiquement. Elle présente à travers chaque personnage un point de vue différent sur les responsabilités parentales et la conception du bien et du mal. C’est un film qui donne à réfléchir [...] Tourner à Boston avec des citoyens de la ville nous a permis d’obtenir une authenticité inégalable. C’est toujours un grand plaisir pour un acteur de travailler dans ces conditions. »

— Michelle Monaghan, actrice - interprète d'Angie Gennaro[4].

Pour ce personnage, le réalisateur souhaitait se détacher du modèle du protagoniste féminin présenté dans les films d’action.

« Angie est une femme ordinaire, ni naïve ni inaccessible, sensible au doute et à la peur du danger. Michelle avait un côté pragmatique qui convenait tout à fait au propos. »

— Ben Affleck, réalisateur du film[4].

« Angie est un personnage complexe. En apparence fragile, elle sait se montrer dure et à l’aise dans des situations violentes. Nous recherchions une actrice à la fois gracieuse et dotée d’un certain aplomb. En voyant les derniers films de Michelle, nous nous sommes aperçus qu’elle possédait ces qualités. C’est pour cela que nous l’avons choisie.  »

— Sean Bailey, producteur du film[4].

.

Au milieu du tournage, Michelle Monaghan commença à travailler sur la comédie Les Femmes de ses rêves, des frères Farrelly, dont le personnage qu'elle incarne n’avait pas de frange. Ainsi, celle-ci a été ajoutée par un effet spécial afin de garder la continuité dans le film[5],[6].

Amy Ryan (en 2007), interprète d'Helene McCready.

Le rôle d'Helene McCready, droguée et mère de la petite Amanda, le rôle échut à Amy Ryan, actrice de théâtre reconnue et remarquée à la télévision grâce à la série Sur écoute. Selon le producteur David Crockett, elle s'est appropriée le rôle[4].

« Helene est un personnage clé, qui suscite des sentiments contradictoires. Elle ne correspond pas à notre idée de la victime et porte même une part de responsabilité dans la disparition de sa fille. Amy l’incarne avec tant de brio qu’elle l’a rendue plus réelle encore que je ne l’avais imaginée »

— Ben Affleck, réalisateur du film[4].

Ryan s’est appuyée sur la détresse de la jeune mère célibataire pour inspirer de la compassion chez le spectateur.

« Beaucoup de femmes vivent comme Helene aux États-Unis – sans formation et en grande difficulté sociale depuis l’enfance. Elle élève seule son enfant et tente de faire de son mieux. Il est facile de la juger. Elle donne l’impression d’être une très mauvaise mère. Mais je voulais aussi que le spectateur s’interroge sur le pourquoi de son comportement et sur son incapacité à sortir du cercle vicieux où elle est enfermée. [...] Incarner Hélène était un défi. Un des éléments fascinants du film est de parvenir à montrer les personnages sans les juger. Qu’ils soient pauvres ou dépravés, l’histoire se concentre sur la part d’humanité qu’il y a en eux. »

— Amy Ryan, actrice - interprète d'Helene McCready[4].

À noter que l'aspect de Ryan pour le rôle était si convaincant qu'un garde de sécurité l'a pris pour une fan et ne l'a pas laissé entrer sur le plateau. Mais un des producteurs a remarqué l'actrice derrière les barricades et l'a laissé entrer. Cet incident, qui a causé vingt minutes de retard à cette dernière, l'a convaincu de garder son accent de Boston qu'elle avait préparée et qui était réaliste[5].

Ed Harris et Morgan Freeman, interprètes respectifs de l'inspecteur Bressant et du chef Doyle. Ed Harris et Morgan Freeman, interprètes respectifs de l'inspecteur Bressant et du chef Doyle.
Ed Harris et Morgan Freeman, interprètes respectifs de l'inspecteur Bressant et du chef Doyle.

Hormis ces trois acteurs, Affleck a fait appel aux services d'Ed Harris pour incarner l'inspecteur Bressant : l'acteur, admirateur de Lehane et également réalisateur (Pollock en 2000), a été impressionné par le travail de l'apprenti réalisateur. La femme d'Harris, Amy Madigan, incarne la belle-sœur d'Helene.

Le rôle du chef de la police Doyle fut confié à un ami de longue date d'Affleck, avec lequel il avait travaillé sur La Somme de toutes les peurs : l'acteur oscarisé Morgan Freeman:

« C’est parce qu’il a lui-même perdu un enfant que Doyle fait tout pour sauver ceux des autres. Il est intéressant de voir que les protagonistes de cette histoire sont tous indirectement liés. »

— Morgan Freeman, acteur - interprète du chef Doyle[4].

Le coéquipier de Bressant, Poole, est incarné par John Ashton (Le Flic de Beverly Hills, Midnight Run), qui avait déjà joué avec Harris au théâtre. La complicité entre les deux hommes était déjà perceptible à leur arrivée au plateau[4].


Pour compléter la distribution principale, Ben Affleck a pris une décision audacieuse: engager des acteurs non professionnels originaires des quartiers ouvriers de Boston. Le mélange d’amateurs et d'acteurs confirmés a créé des conditions de tournage inhabituelles mais a permis d’obtenir un réalisme qui rend l’histoire plus dynamique et plus vivante encore[4].

Tournage[modifier | modifier le code]

Gone Baby Gone fut tourné dans plusieurs villes et arrondissement de l'état du Massachusetts :

Le film fut également tourné en studio (au GMT Studios), à Culver City, dans l'état de Californie.

Avant-première et première[modifier | modifier le code]

Gone Baby Gone est présenté en avant-première au Festival du cinéma américain de Deauville, le , puis fut présenté dans des festivals en Russie, les Pays-Bas, le Brésil, le Mexique, les États-Unis et la Belgique[7].

La première du film s'est déroulé à Westwood, en Californie, le [7].

Affaire Maddie McCann[modifier | modifier le code]

À l'origine, Gone Baby Gone devait sortir au Royaume-Uni le , mais la date fut repoussée en raison de l'affaire Maddie : une fillette britannique de quatre ans a été enlevée en mai 2007 au Portugal et dont l'opinion publique fut émue par cette disparition inquiétante. Le thème du film et cette affaire criminelle sont assez similaires[5]. Le film sortit finalement le 6 juin 2008.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Gone Baby Gone a été unanimement salué par la critique, qui accueillit favorablement le film. Le film a recueilli un pourcentage de 94 % de critiques favorables sur le site Rotten Tomatoes, basé sur 168 commentaires et une note moyenne de 7.7/10[8]. Sur le site Metacritic, le film obtient le score de 72/100, basé sur 34 commentaires[9].

En France, le film obtient une note moyenne favorable de 3.3/5 pour les critiques de la presse sur le site Allociné[10]. Véronique Kientzy, du magazine Brazil estime que Ben Affleck « a su trouver un sujet fort pour sa première réalisation réussie. » et que Casey Affleck « confirme [...] qu'il faudra compter avec lui dans les prochaines années». Pour Stéphanie Belpêche, du Journal du dimanche, le réalisateur novice « fait preuve d'une belle maîtrise, ménageant une tension incroyable, soulignant l'humanité de ses personnages complexes et dirigeant avec précision ses comédiens». La majorité des critiques salue le film, mais également la prestation de Casey Affleck et le passage derrière la caméra de Ben Affleck[10].

Mais parmi les critiques mitigés ou négatives, Fabien Baumann du magazine Positif critique la réalisation de Ben Affleck, jugeant qu'il « filme assez mal». Agata Makino, de Chronic'art.com, estime que le passage derrière la caméra de l'acteur « peu concluant », tout en reconnaissant que Casey Affleck est « un nouveau Johnny Depp »[10].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a récolté 20 300 218 $ de recettes aux États-Unis, au bout de près de 11 semaines à l'affiche[1], mais le résultat reste décevant en raison de son budget de 19 millions de dollars, malgré un assez bon démarrage à la cinquième place, avant de chuter de places en places au fil de sa présence en salles[11].

À l'international, le film ne fait guère mieux puisqu'il récolte 14 319 481 $[1],[12], mais parvient à compenser au box-office mondial (total du box-office américain et international) avec 34 619 699 $[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Alliance of Women Film Journalists Association
    • Meilleure actrice dans un second rôle féminin : Amy Ryan[13]

Nomination aux Golden Globes 2008 et aux Oscars 2008 dans la catégorie meilleur second rôle féminin pour Amy Ryan.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La classification signifie que les mineurs (17 ans et moins) doivent être accompagnés d’un adulte
  2. Le film est classé R en raison de sa violence, du langage et du contenu sur la drogue.

Références[modifier | modifier le code]