Ferruginol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferruginol
Structure du ferruginol.
Structure du ferruginol.
Identification
Nom IUPAC (4bS,8aS)-4b,8,8-triméthyl-2-propan-2-yl-5,6,7,8a,9,10-hexahydrophénanthrèn-3-ol
No CAS 514-62-5
PubChem 442027
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C20H30O  [Isomères]
Masse molaire[1] 286,4516 ± 0,0184 g/mol
C 83,86 %, H 10,56 %, O 5,59 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le ferruginol est un phénol naturel ayant une structure terpénoïde qui a été isolée à partir des aiguilles de séquoia à feuilles d'if (Sequoia sempervirens). Il s'agit d'un diterpène de la classe des abiétanes.

Une étude sud-coréenne publiée en 2005 fait état des propriétés antitumorales du ferruginol, observées in vitro sur des cancers humains du côlon, du sein et du poumon[2]. Cette substance possède également un effet antibactérien[3], ainsi qu'un effet protecteur sur l'estomac[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Kwang-Hee Son, Hyun-Mi Oh, Sung-Kyu Choi, Dong Cho Han et Byoung-Mog Kwon, « Anti-tumor abietane diterpenes from the cones of Sequoia sempervirens », Bioorganic & Medicinal Chemistry Letters, vol. 15, no 8,‎ 15 avril 2005, p. 2019-2021 (lire en ligne) DOI:10.1016/j.bmcl.2005.02.057
  3. (en) C. Flores, J. Alarcón, J. Becerra, M. Bittner, M. Hoeneisen et M. Silva, « Extractable Compounds of Native Trees Chemical and Biological Study I: Bark of Prumnopytis andina (Podocarpaceae) and Austrocedrus chilensis (Cupressaceae) », Boletín de la Sociedad Chilena de Química, vol. 46, no 1,‎ mars 2001 (lire en ligne) DOI:10.4067/S0366-16442001000100010
  4. (en) Carlos Areche, Cristina Theoduloz, Tania Yáñez, Alba R. M. Souza-Brito, Víctor Barbastefano, Débora de Paula, Anderson L. Ferreira, Guillermo Schmeda-Hirschmann et Jaime A. Rodríguez, « Gastroprotective activity of ferruginol in mice and rats: effects on gastric secretion, endogenous prostaglandins and non-protein sulfhydryls », Journal of Pharmacy and Pharmacology, vol. 60, no 2,‎ février 2008, p. 245-251 (lire en ligne) DOI:10.1211/jpp.60.2.0014