Effet Dr. Fox

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'effet Dr. Fox réfère à une étude psychologique américaine réalisée au début des années 1970 et publiée dans l'édition de juillet 1973 du Journal of Medical Education[1],[2]. L'étude se penche sur la relation entre un enseignant et ses étudiants. Elle tend à démontrer que l'évaluation de l'enseignement dépend beaucoup plus de la personnalité du professeur que du contenu du cours.

L'expérience consistait à faire réciter, devant des spécialistes et par un acteur n'ayant aucune expérience dans le domaine, une conférence bidon concernant une discipline particulière.

Protocole expérimental[modifier | modifier le code]

Les chercheurs présentent, à un public composé de spécialistes en éducation et en psychologie, le « Dr. Myron L. Fox », un spécialiste de l'application des mathématiques au comportement humain. Ce dernier donne la conférence La théorie mathématique des jeux et son application à la formation des médecins (Mathematical Game Theory as Applied to Physician Education) et entretient le groupe durant une heure suivie d'une demi-heure d'échanges. On demande par la suite aux participants d'évaluer la conférence.

La conférence fut présentée trois fois devant un total de 55 personnes. Ces dernières ont généralement évalué très positivement la conférence et aucune n'a détecté que cette dernière était, en réalité, un canular récité avec autorité et conviction par un acteur (Dr. Fox) ayant appris par cœur un texte truffé de jargon, tissé de sophismes et n'ayant aucune base valable.

Dans une récente critique concernant l'évaluation de l'enseignement faites par les étudiants, la professeure de droit Deborah Merritt a résumé l'effet Dr. Fox tel qu'observé dans l'expérience :

« Les expérimentateurs ont créé une conférence bidon sur La théorie mathématique des jeux et son application à la formation des médecins et ont entraîné l'acteur à donner cette dernière « avec une utilisation excessive du double langage (en), de néologismes, de non sequitur et d'affirmations contradictoires ». Au même moment, les chercheurs ont encouragé l'acteur à adopter un comportement vif et chaleureux avec le public et d'utiliser l'humour pour passer ses commentaires absurdes. […] Fox n'a pas trompé seulement un, mais trois publics différents de professionnels et étudiants de troisième cycle. Malgré la vacuité de la conférence du Dr. Fox, cinquante-cinq psychiatres, psychologues, éducateurs, étudiants de troisième cycle et autres professionnels l'ont évaluée de manière très positive. […] La caractéristique troublante de l'étude du Dr. Fox est, comme l'ont noté les expérimentateurs, que le comportement non verbal de Fox a complètement masqué une présentation confuse, jargonnée et sans signification[trad 1]. »

— Deborah Merritt[3]

L'acteur[modifier | modifier le code]

Contrairement à une croyance populaire, l'acteur impliqué dans l'expérience n'était vraisemblablement pas l'acteur américain Michael Fox[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The experimenters created a meaningless lecture on 'Mathematical Game Theory as Applied to Physician Education,' and coached the actor to deliver it 'with an excessive use of double talk, neologisms, non sequiturs, and contradictory statements.' At the same time, the researchers encouraged the actor to adopt a lively demeanor, convey warmth toward his audience, and intersperse his nonsensical comments with humor. […] Fox fooled not just one, but three separate audiences of professional and graduate students. Despite the emptiness of his lecture, fifty-five psychiatrists, psychologists, educators, graduate students, and other professionals produced evaluations of Dr. Fox that were overwhelmingly positive. […] The disturbing feature of the Dr. Fox study, as the experimenters noted, is that Fox’s nonverbal behaviors so completely masked a meaningless, jargon-filled, and confused presentation. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Donald H. Naftulin, John E. Jr. Ware et Frank A. Donnelly, « The Doctor Fox Lecture: A Paradigm of Educational Seduction », Journal of Medical Education, vol. 48,‎ 1973, p. 630-635 (lire en ligne)
  2. (en) R. Williams et J. Ware, « Validity of student ratings of instruction under different incentive conditions: A further study of the Dr. Fox effect », Journal of Educational Psychology, vol. 68,‎ 1976, p. 48–56
  3. Merritt 2008, p. 242-243.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Deborah Merritt, « Bias, the Brain, and Student Evaluations of Teaching », St. John's Law Review, vol. 82,‎ 2008, p. 235-287 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]