Dō (architecture)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un miei-dō

(?) est le mot japonais « bâtiment  ». Il est très souvent utilisé dans le Bouddhisme japonais comme suffixe dans le nom des nombreux bâtiments qui constituent un complexe de temple. (D'autres terminaison existent comme -den dans butsuden par exemple). Le préfixe peut être le nom d'une divinité qui lui est associée (par exemple Yakushi-dō, un nom habituellement traduit par « salle Yakushi ») ou exprimer la fonction du bâtiment au sein du complexe du temple (par exemple hon-dō, bâtiment principal)[note 1].

Parmi les mots se terminant en - se trouvent Butsu-dō, hō-dō, hon-dō, jiki-dō, kaisan-dō, kō-dō, kon-dō, kyō-dō, mandara-dō, miei-dō, mi-dō, sō-dō, Yakushi-dō et zen-dō. Sauf exception, par exemple les mots hondō, hokke-dō et kon-dō, ces termes n'indiquent pas une structure particulière

Le suffixe est parfois utilisé aussi dans un contexte laïque, comme dans le mot shokudō (食堂, lit. « bâtiment des aliments »?, restaurant ou cafeteria).

La taille d'un se mesure en ken, qui est l'intervalle entre deux piliers d'un bâtiment de style traditionnel. Un kon-dō par exemple fait 9 × 7 ken[1]. Le mot est généralement traduit par « baie » et se comprend plus comme indication des proportions que comme unité de mesure.

Types[modifier | modifier le code]

  • Amida-dō (阿弥陀堂) - bâtiment dans lequel est consacrée une statue d'Amida[2].
  • daishi-dō (大師堂) - lit. « salle du grand maître ». Bâtiment dédié à Kōbō Daishi (Shingon) ou Dengyō Daishi (Tendai)[2].
  • hattō* (法堂) - lit. « salle du Dharma ». Bâtiment dédié à des conférences données par le prêtre en chef sur les Écritures du bouddhisme (le )[3].
  • hō-dō (法堂) - voir hattō.
  • hokke-dō* (法華堂) - lit. « salle du Sûtra du Lotus ». Dans le Bouddhisme Tendai, salle dont la disposition permet la marche autour d'une statue pour la méditation[2]. Le but de la marche est de se concentrer sur le Sūtra du Lotus et de chercher la voir de l'ultime vérité[2].
  • hon-dō* (本堂) - lit. « bâtiment principal », bâtiment qui abrite les statues et les objets de culte les plus importants[2]. Le terme est supposé avoir évolué pour éviter que le mot kon-dō ne soit utilisé par les six sectes de Nara (le Nanto Rokushū)[2] pour leurs bâtiments principaux. Structurellement semblable, mais à l'intérieur moins strictement défini.
  • jiki-dō* (食堂) - réfectoire du monastère[2].
  • kaisan-dō (開山堂) - salle du fondateur, habituellement dans un temple zen. Bâtiment consacrant une statue, un portrait ou une tablette souvenir du fondateur soit du temple ou de la secte à laquelle il appartient. Les temples de la secte Jodo l'appellent souvent miei-dō[2].
  • kō-dō* (講堂) - salle de conférence d'un garan non zen[3].
  • kon-dō* (金堂) - lit. « salle dorée », principal bâtiment d'un garan dans laquelle sont conservés les objets du culte[2]. Contrairement à un butsuden, c'est un vrai bâtiment de deux étages (bien que le deuxième étage puisse parfois être absent), qui mesure 9 × 7 baies[2].
  • kyō-dō (経堂) - voir kyōzō.
  • kyōzō (経蔵) - lit. « dépôt des Écritures ». Reposoir des sūtras et des livres relatifs à l'histoire du temple[2]. Également appelé kyō–dō.
  • mandara-dō (曼荼羅堂) - lit. « salle des mandalas », mais le nom est actuellement utilisé uniquement pour la Grande Salle de Taimadera à Nara[2].
  • miei-dō* (御影堂) - lit. « salle de l'image ». Bâtiment dans lequel est conservée une image du fondateur du temple, équivalent au kaisan-dō d'une secte Zen[2].
  • mi-dō (御堂) - terme générique honorifique pour un bâtiment dans lequel est consacrée une statue sacrée[2].
  • rokkaku-dō (六角堂) - temple hexagonal. Un exemple de ce type de structure donne son surnom au Chōhō-ji de Tokyo, plus connu sous le nom de Rokkaku-dō.
  • shaka-dō (釈迦堂) - lit. « salle Shakyamuni ». Bâtiment dans lequel est consacrée une statue de Bouddha[2].
  • sō-dō* (僧堂) - lit. « salle des moines ». Bâtiment consacré à la pratique du zazen[3]. Il servait à toutes sortes d'activités, du manger au coucher, centrées sur le zazen.
  • soshi-dō (祖師堂) - lit. « salle des patriarches ». Bâtiment dédié aux soshi, professeurs et prêtres les plus importants[2].
  • Yakushi-dō* (薬師堂) - bâtiment dans lequel est consacrée une statue de Bhaisajyaguru Yakushi Nyorai[2].
  • zen-dō* (禅堂) - lit. « salle du zen »[2]. Bâtiment où les moines pratiquent le zazen et l'une des principales structures d'un garan zen[2].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les noms des bâtiments ne sont capitalisés que s'ils se réfèrent à des exemples précis (par exemple bâtiment principal de XX-ji) ou incluent des noms propres de divinités (par exemple Yakushi-dō).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Kondou », JAANUS (consulté le 6 septembre 2010)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s « Corresponding JAANUS article », JAANUS
  3. a, b et c Iwanami Kōjien (広辞苑?) Dictionnaire japonais, 6e édition (2008), DVD version