Confusion sexuelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diffuseur de phéromones dans les vignes

La confusion sexuelle est une technique de lutte contre les parasites, notamment les insectes en perturbant leur système hormonal de reproduction. Elle est utilisée en viticulture et en arboriculture. Les viticulteurs d'Allemagne et de Suisse auraient été[réf. nécessaire] les premiers à traiter ainsi les vignes contre ce qu'on appelle les larves de la grappe ou vers de la grappe.

Mode d'action[modifier | modifier le code]

La confusion sexuelle s'effectue en utilisant des phéromones synthétiques, reproduisant le parfum hormonal des papillons femelles. On sature ainsi un secteur en phéromones femelles, où il sera plus difficile pour les mâles de trouver les femelles (cochylis et eudémis) pour s'accoupler. Ceci limite la production d'œufs, donc de chenilles. La femelle peut pondre de 50 à 80 œufs. Les larves ou chenilles consomment les boutons floraux. Elles peuvent aussi pénétrer dans les baies pour se nourrir, et causer des blessures sur les baies, qui seront des facteurs de risques pour le développement du Botrytis Cinerea qui affecte la qualité et la quantité de la récolte.

Évaluation des risques[modifier | modifier le code]

Des comptages sont effectués pour estimer le pourcentage d'inflorescences touchées, les chenilles formant des glomérules sur les inflorescences lorsqu'elles y sont présentes. On déclenche la lutte autour de 50 % d'inflorescences touchées, voire 30 % dans les cas de vignobles sensibles.

Méthode d'utilisation[modifier | modifier le code]

On installe dans la vigne les capsules contenant des phéromones (également nommées Rak par le nom commercial), généralement sous forme de petits contenants de plastique (les diffuseurs) qu'on suspend aux fils le long des vignes. Ces capsules protègent environ 20 m2, il en faut donc environ 500 par hectare (10 000 m²).

La lutte par confusion sexuelle doit être utilisée de façon homogène et sur une surface suffisamment grande pour être efficace, estimée à 5 ha minimum[1]. Ce qui implique, dans les petits vignobles, la participation commune des viticulteurs pour la protection du vignoble.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guide technique de viticulture durable, Protection du vignoble