Perceval March

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Colonel March)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir March.
Perceval March
Alias Colonel March
Origine Flag of the United Kingdom.svg Britannique
Activité(s) Enquêteur professionnel de Scotland Yard

Créé par John Dickson Carr
Première apparition Le Second Bourreau (1937)
Dernière apparition L'Empreinte de pas dans le ciel (1940)

Le colonel Perceval March est un détective fictif créé par John Dickson Carr.

Il a été inspiré à l'auteur par un de ses amis, l'écrivain Cecil John Charles Street, mieux connu sous le pseudonyme de John Rhode.

Biographie fictive[modifier | modifier le code]

Vieux soldat à la retraite, dont le visage est orné d'une moustache bien taillée et constellé de taches de rousseur, c'est un homme de haute taille toujours muni d'une canne à pommeau d'argent. Corpulent, avec ses quelque cent dix kilos, il est doux et débonnaire de nature, mais sait mener ses enquêtes avec sagacité. Il s'occupe à Scotland Yard du service D-3, Département des Causes Bizarres. Il est donc amené à résoudre des affaires qui ne semblent pas avoir d'explications rationnelles. C'est pourquoi il possède de vastes connaissances en peintures anciennes, en héraldique, en occultisme, en démonologie et en magies blanche et magie noire. Il se passionne également pour l'escrime, la numismatique et la botanique.

Série Colonel Perceval March[modifier | modifier le code]

Il est le héros de neuf nouvelles :

  • 1. L'Homme qui vit l'invisible (The New Invisible Man) (1938) ;
  • 2. Chez personne (The Crime in Nobody's Room) (1938) ;
  • 3. Aube de mort (Error at Daybreak) (1938) ;
  • 4. Chaud devant ! (The Hiding Place ou Hot Money) (1939) ;
  • 5. Morte dans sa loge (Death in the Dressing-Room) (1939) ;
  • 6. L'Appartement vide (The Empty Flat) (1939) ;
  • 7. Le Rideau d'argent (The Silver Curtain) (1939) ;
  • 8. L'Empreinte de pas dans le ciel (The Footprint in the Sky) (1940) ;
  • 9. La Louche Entreprise de William Wilson (William Wilson's Racket) (1941)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En France, sept nouvelles du cycle, avec d'autres textes, se trouvent dans :

Les nouvelles L'Appartement vide et La Louche Entreprise de William Wilson se trouvent dans :

  • Feu sur le juge !, Paris, Librairie des Champs-Élysées, Le Masque no 2129, 1996

Adaptations[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  • Roland Lacourbe, John Dickson Carr : scribe du miracle. Inventaire d'une œuvre, Amiens, Encrage, 1997, p. 131-134 et 263-264.

Lien externe[modifier | modifier le code]