Colley Cibber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Colley Cibber

Colley Cibber (6 novembre 167112 novembre 1757), est un dramaturge et acteur anglais.

Il était fils d'un sculpteur distingué. Il excellait dans le genre comique et la caricature. Il devint en 1711 un des directeurs du Théâtre de Drury Lane, et fut nommé en 1730 poète lauréat.

Son statut, comme premier d'une longue lignée d'acteur-directeurs, marque son importance dans l'histoire du théâtre, et ses mémoires pleins de couleur (Apologie pour la vie de Colley Cibber) ouvrent la tradition britannique du style autobiographique décousu. Les œuvres de Cibber offrent une documentation précieuse sur les pratiques théâtrales à Londres pour les historiens d'aujourd'hui. Deux de ses comédies originales sont des descriptions particulièrement utiles des évolutions de la culture et de l'idéologie du début du XVIIIe siècle.

Cibber a écrit plusieurs pièces originales pour sa propre compagnie au Théâtre Royal de Drury Lane et en a adapté beaucoup d'autres. Son travail fit l'objet de critiques répétées pour avoir « misérablement mutilé » « l'infortuné Shakespeare et Molière crucifié » selon les mots d'Alexander Pope. Il se considérait comme un acteur d'abord et avant tout, et bien que ses efforts persistants comme interprète tragique aient été largement ridiculisés il connut le succès dans ses interprétations de personnages comiques et de dandys.

Les contemporains reprochaient souvent à Cibber le mauvais goût de ses productions théâtrales et l'opacité de ses affaires. Ils pensaient que son opportunisme social et politique lui avait permis d'obtenir la fonction de poète lauréat aux dépens d'auteurs bien meilleurs, et en dépit de cette charge, ses œuvres poétiques sont considérées comme futiles par les spécialistes modernes. En outre, la personnalité impétueuse et extravertie de Cibber en a blessé plus d'un, et il est resté célèbre comme la principale cible d'Alexander Pope dans le poème satirique La Dunciade.

Vie[modifier | modifier le code]

Né à Londres, Cibber est le fils de Caius Gabriel Cibber, un sculpteur distingué originaire du Danemark. Ses parents voulaient qu'il devienne ecclésiastique, mais il est irrésistiblement attiré par la scène et, en 1690, il entre comme acteur au Théâtre Royal de Drury Lane, un travail moins sûr et socialement inférieur. « Pauvre, en désaccord avec ses parents, et entré dans le monde théâtral à un moment où les joueurs perdaient leur pouvoir au profit de directeurs-hommes d'affaires » (Dictionnaire biographique des acteurs), Cibber se marie néanmoins dès 1693 avec Katherine Shore. Ils ont un grand nombre d'enfants, pour lesquels il semble avoir fait montre d'un amour paternel assez occasionnel. Le seul de ses fils qui ait atteint l'âge adulte, Theophilus Cibber, est devenu acteur à Drury Lane et a causé de l'embarras à son père par sa conuite privée scandaleuse. La plus jeune fille de Colley, Charlotte Charke s'est également glissées dans les bottes de son père, de même que tous ceux de la famille. Durant ses dernières années, Cibber a joué dans des productions avec ses propres petits-enfants. Catherine, l'aînée de ses filles, semble avoir été la plus dévouée car elle s'est occupée de son père dans sa vieillesse et a été récompensée à sa mort en recevant l'essentiel de ses biens

Après un début peu propice en tant qu'acteur, Cibber devient finalement un comédien populaire, écrit et adapte nombre de pièces et s'élève pour devenir l'un des nouveaux directeurs-hommes d'affaires autorisés. Il prend la direction de Drury Lane en 1710 et montre de grandes qualités du point de vue commercial, sinon artistique. En 1730, il est fait poète lauréat, une nomination qui lui attire le dédain, particulièrement d'Alexander Pope et d'autres satiristes Tory.

À soixante-trois ans, il fait sa dernière apparition sur scène comme Pandulph dans son Tyrannie papale sous le règne du Roi Jean à Covent Garden, le 15 février 1745), une misérable paraphrase de la pièce de Shakespeare. Il meurt en 1757.

Descendance[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Marie Cibber, sa fille, qui travailla dans le théâtre.
  • Theophilus Cibber, son fils, comédien.

Pièces[modifier | modifier le code]

Les pièces ci-dessous ont été jouées au Théâtre de Drury Lane, sauf mention contraire.

Cibber a également adapté Richard III (1700), King John, sous le titre Tyrannie papale sous le règne du Roi Jean (1745), de Shakespeare, et Tartuffe, sous le titre de The Nonjuror in 1717, de Molière. Celles de ses comédies qui eurent le plus de succès sont : le Mari insouciant, 1704 ; le Non-Juror, 1717, imitée du Tartuffe. Le recueil de ses œuvres forme 4 volumes in-12, 1760.

Sur les autres projets Wikimedia :


Précédé par:
Laurence Eusden
Poète Lauréat britannique Suivi par:
William Whitehead