Christian Gottlob Neefe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Christian Gottlob Neefe

alt=Description de l'image Christian Gottlob Neefe.jpg.
Naissance 5 février 1748
Chemnitz, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Décès 28 janvier 1798 (à 49 ans)
Dessau, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale Compositeur, chef d'orchestre
Maîtres Johann Adam Hiller
Élèves Ludwig van Beethoven

Christian Gottlob Neefe est un compositeur et chef d'orchestre allemand de la période classique, né à Chemnitz le 5 février 1748[1] et mort à Dessau le 28 janvier 1798[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de la faculté de droit de Leipzig, il étudia la musique sous la direction de Johann Adam Hiller[1]'[2]. Établi à Bonn (1780), il devint organiste de la Cour du Prince-électeur de Cologne (1782) et fut le professeur de Ludwig van Beethoven (1783) auquel il enseigna le piano, l'orgue et les bases de la composition musicale[2].

Bien que sympathisant des idées de la Révolution, il perdit son poste dans Bonn occupée par les troupes françaises (1794) et partit à Dessau dont il dirigea le théâtre jusqu'à sa mort. Il a déjà été cité comme franc-maçon[3].

Neefe écrivit de nombreuses œuvres chorales, des lieder avec accompagnement de piano, des œuvres pour piano, de la musique de chambre[1]. Parmi ses œuvres théatrales comporte entre autres :

  • Der Dorfbarbier, opéra (1771), écrit avec Hiller
  • Die Apotheke, opéra (1771)
  • Die Zigeuner, opéra (1777)
  • Sophonisbe, drame lyrique (1778)
  • Adelheit von Veltheim (1780)
  • Der neue Gustsherr (1784)[1]
Portrait exposé à Bonn identifié à Christian Gottlob Neefe, mais qui représente plus probablement Andrea Luchesi

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 786
  2. a et b Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse,‎ 2011, 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 962
  3. Source : lesnoeufsoeurs.net

Liens externes[modifier | modifier le code]