Chignon suève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le crâne de l’Homme d'Osterby présente un chignon suève.

Le chignon suève est une coiffure masculine ethnique dont l'usage est attribué par les auteurs latins à la tribu germanique des Suèves. Outre la mention qu'en fait Tacite dans son essai La Germanie (Ier siècle), ce chignon est attesté par des statuettes et des bas-reliefs antiques, et on l'a retrouvé sur certains hommes des tourbières.

Témoignages historiques[modifier | modifier le code]

Selon la Germania de Tacite, les guerriers Suèves ramenaient leurs cheveux en arrière ou latéralement et les maintenaient par un chignon noué, peut-être pour paraître plus grand ou plus farouche à leurs adversaires:

« Une coutume particulière à ces peuples, c'est de retrousser leurs cheveux et de les attacher avec un nœud : ainsi se distinguent les Suèves des autres Germains, et, parmi les Suèves, l'homme libre de l'esclave. »

— Tacite, La Germanie, XXXVIII

Tacite rapporte également que cette mode s'était étendue aux guerriers les plus jeunes des tribus germaniques voisines, alors que chez les Suèves, ce chignon était porté même par les guerriers les plus âgés, les chignons les plus sophistiqués étant l'apanage des chefs.

On a retrouvé le chignon suève sur les hommes des tourbières d’Osterby et de Dätgen, près de Rendsburg-Eckernförde (Schleswig-Holstein). En 2000, on a retrouvé près de Lębork (Poméranie) une bouilloire en bronze dont la décoration représentait un homme avec un tel chignon[1].

D'autres représentations d'époque sont visibles sur la colonne Trajane, le chaudron de Musov, le bas-relief du Trophée de Trajan, et sur un bronze représentant un orant Germain conservé à la Bibliothèque nationale de France (ci-dessous).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Macynska, D. Rudnicka, Abstract: A grave with Roman imports from Czarnówko, Lębork district, Poméranie, Poland [1]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Birte Haak, Stefan Burmeister (dir.), Heidrun Derks (dir.) et Jasper von Richthofen (dir.), 42. Festschrift für Michael Gebühr zum 65. Geburtstag., Leidorf, Rahden/Westfalie, Jasper von Richthofen,‎ 2007 (ISBN 3-89646-425-5[à vérifier : isbn invalide]), « Einige Bemerkungen zum so genannten „Suebenknoten“. », p. 175–180

Sur les autres projets Wikimedia :