Centrale hydraulique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Centrale hydroélectrique.

Les centrales hydrauliques, ou groupe hydraulique, en hydromécanique, sont les composants d'un système hydraulique imposant la pression à l'huile.

Description[modifier | modifier le code]

Une centrale comprend une cuve, un groupe motopompe et peut comporter divers accessoires. Parfois le fluide peut être de l'eau pour éviter la contamination pour certaines applications en agro-alimentaire.

Réservoir[modifier | modifier le code]

La cuve, nommée bac, tank ou réservoir, remplit les fonctions suivantes :

  • Stocker l'huile du circuit ;
  • Assurer les variations de niveau du fluide ;
  • Permettre le refroidissement de l'huile ;
  • Autoriser le montage des différents accessoires, souvent s'il supporte un groupe motopompe.

Conception des réservoirs[modifier | modifier le code]

La capacité du bac est en fonction du débit de la ou les pompes en 1 x minute de fonctionnement et du type de fluide, la capacité sera d'environ 3 à 4 fois le débit des pompes avec de l'huile minérale et de 5 à 8 fois pour un fluide ininflammable type Eau Glycol. Le volume doit être assez important pour permettre une bonne décantation et dés-aération du fluide.

Pour les applications peu sévères et les circuits fermés les volumes peuvent être largement inférieurs. S'il n'y a pas de dispositif de refroidissement ou un travail 24h/24, il ne faut pas réduire trop la cuve. Une pente dans le fond, est impérative pour faciliter la vidange et la concentration des dépôts de l'huile.

L' aspiration et les retours doivent être les plus éloignés possible et plongeant largement sous le niveau d'huile, et ne doit pas toucher le fond non plus (distance mini 1,5 à 2 diamètres extérieur du tube de retour). Les drains des composants (moteurs, pompes, valves de réduction de pression etc....) seront impérativement séparés des retours et plongeants pour éviter le siphonnage des carters des moteurs et pompes.

Une cloison pour isoler partiellement aspiration et refoulement est souhaitable. Elle assure une meilleure dés-aération et refroidissement du fluide. Il faut éviter absolument la présence d'air dans l'huile en montant une purge par vis ou mieux un purgeur automatique au refoulement des pompes.

Accessoires[modifier | modifier le code]

Le niveau est destiné au contrôle visuel minimum-maximum de l'huile. Le couvercle doit être étanche pour protéger de la pollution et comportera un rebord pour éviter les coulures. Le filtre à air est préférable au reniflard qui n'a pas la finesse de filtration d'un vrai filtre, donc produit à éviter surtout en ambiance poussiéreuse. La meilleur solution réside dans le montage sur le couvercle d'un filtre à air et sur la ligne retour avant le filtre un coupleur de remplissage de façon à ce que l'huile de remplissage soit filtrée.

Les traversées de cloison doivent être étanches. Un filtre hydraulique de retour est monté en sommet de réservoir, ou sur tube de retour si problème de place. Si des composants hydrauliques sont fixés sur la cuve, prévoir un bac de récupération des fuites. Parfois, un coffret électrique de démarrage est fixé sur la cuve.

Montage du groupe motopompe[modifier | modifier le code]

Si possible il faut placer le réservoir au-dessus de la pompe, ceci est fonction des cylindrées des pompes et de la technologie.

Pour le Groupe motopompe, avec pompe à engrenages, en général, la pompe est noyée dans l'huile et fixée sur le couvercle par la lanterne d'accouplement, ce qui réduit l'encombrement et surtout le bruit.

Autres éléments du groupe[modifier | modifier le code]

Les éléments ci-dessous peuvent constituer les bases d'un système hydraulique complet :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]