Celebrimbor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Celebrimbor est un personnage du légendaire de l'écrivain britannique J. R. R. Tolkien, apparaissant notamment dans Le Silmarillion.

Histoire[modifier | modifier le code]

Celebrimbor est un Elfe Noldo d'ascendance prestigieuse : fils de Curufin et petit-fils de Fëanor ; il hérita des talents de forgeron et de joaillier de son père et de son grand-père. Son histoire au Premier Âge est peu connue. On sait seulement que, désavouant les méfaits de son père à Nargothrond, il resta dans cette ville lorsque Curufin en fut chassé. On ignore comment il échappa au sac de la ville.

On retrouve sa trace lors de la fondation, vers l'an 750 du Second Âge, du royaume noldorin d'Eregion. Il occupait une position éminente dans ce royaume, et il était le plus doué de la Guilde des Forgerons de Joyaux (Gwaith-i-Mírdain). Il fut cependant abusé, comme les autres artisans d'Eregion, par Sauron, qui, déguisé sous une forme avenante, forgea avec les Noldor les Anneaux de Pouvoir. Cependant, il créa seul les trois Anneaux des Elfes: Narya, l'anneau du feu, Nenya, l'anneau de l'eau, et Vilya, l'anneau de l'air. Sauron n'ayant pas participé à leur création, ils furent préservés de sa souillure ; mais ils étaient néanmoins soumis à l'Anneau unique de Sauron. Lorsqu'il le passa pour la première fois au doigt, Celebrimbor comprit qu'il les avait dupés et cacha les Trois, les donnant respectivement à Círdan, Galadriel et Gil-galad.

Désireux de mettre la main sur les Trois, Sauron envahit alors l'Eriador et dévasta l'Eregion. Dernier de tous, Celebrimbor lutta contre Sauron à l'entrée de la maison des Mírdain, mais il fut vaincu et capturé. Il fut torturé impitoyablement, mais refusa d'avouer où se trouvaient les Trois. Après sa mort, Sauron utilisa son cadavre comme étendard.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
Finwë
 
Míriel
 
Mahtan
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fëanor
 
 
 
Nerdanel
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Maedhros
 
Maglor
 
Celegorm
 
Caranthir
 
Curufin
 
Amrod
 
Amras
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Celebrimbor

Noms et étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom « Celebrimbor » est la traduction en sindarin du nom quenya « Telperinquar », signifiant « main d'argent ».

Celebrimbor est formé de « celebrin » (semblable à de l'argent[1]), forme dérivant de « celeb » (argent), et de « baur » (poing, main), qui peut apparaître sous la forme « bor »[2],[3],[4]. La forme quenya existe sous trois formes différentes au moins : Telperinquar[4], Telpinquar[4],[5], et Tyelpinquar[5] et la forme telerine est Telperimpar[5]. Ces 4 derniers noms sont basés sur les racines quenya et telerine telpe « argent » et les racines quenya quár et telerine pār « main »[4]. Il existe trois formes supposées être également des formes quenya du nom : Tyelpeletpa, Telpelepta et Tyelepelepta basées sur les racines t(y)elpe « argent » et lepta « cinq doigts[6] ».

Création et évolution[modifier | modifier le code]

Critique et analyse[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Le personnage de Celebrimbor tient une place importante dans le jeu-vidéo La Terre du Milieu : L'Ombre du Mordor, en tant que spectre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Silmarillion, Appendice : éléments de quenya et de sindarin
  2. The People of Middle-earth, « Of Dwarves and Men », p. 318, note 7
  3. J. R. R. Tolkien, « Eldarin Hands, Fingers & Numerals and Related Writings — Part One » (édité par Patrick H. Wynne), in Vinyar Tengwar, no 47, Février 2005, pp. 8, 22 (note 21)
  4. a, b, c et d J. R. R. Tolkien, « Words, Phrases and Passages in Various Tongues in The Lord of the Rings », in Parma Eldalamberon XVII (édité par Christopher Gilson), pp. 42, 158
  5. a, b et c The Peoples of Middle-earth, p. 318.
  6. Vinyar Tengwar, no47, p.  27.

Bibliographie[modifier | modifier le code]