Carré de Polybe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le carré de Polybe est décrit vers 150 av. J.-C. par l'historien grec éponyme[1], il est notamment utilisé par les nihilistes russes enfermés dans les prisons des tsars.

Il s'agit d'un code trivial où chaque lettre de l'alphabet est remplacée par les coordonnées de sa position dans un carré. C'est un exemple de substitution monoalphabétique. Un tel code ne résiste pas à une cryptanalyse par analyse des fréquences.

Principe[modifier | modifier le code]

1 2 3 4 5
1 A B C D E
2 F G H I,J K
3 L M N O P
4 Q R S T U
5 V W X Y Z

Nous prenons le carré de Polybe suivant, comportant 25 cases. Il est possible de l'étendre à 36 cases afin de pouvoir ajouter les chiffres ou pour chiffrer un alphabet comportant plus de lettres. Nous mettrons le I et le J dans la même case (même adresse) afin de pouvoir coder toutes les lettres de notre alphabet, car le carré initial est de 25 cases (5 colonnes * 5 lignes) ; néanmoins, on a l'habitude, en français, d'unir le V et le W plutôt que le I et le J.

Ainsi, le texte "Wikipédia" sera codé comme ceci :

  • Le "W" est situé sur la ligne 5, et sur la colonne 2, il sera donc codé en 52.
  • Le "I" ET le "J" sur la ligne 2 et à la colonne 4 sera donc chiffré en 24.

Et ainsi de suite pour obtenir le message « 52 24 25 24 35 15 14 24 11 » traduit "WIKIPEDIA".

Anecdote[modifier | modifier le code]

Polybe a imaginé une solution pour transmettre les messages fonctionnant à l'aide de torches enflammées. Pour envoyer la lettre B, on met deux torches du côté gauche et une torche du côté droit. On obtient par comparaison une variante du code morse dans ce mode de transmission des messages.

Le carré de Polybe était un code beaucoup trop compliqué pour l'époque, ce qui fit que quasiment personne ne l'utilisa avant le XIXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Polybe (trad. D. Roussel), Histoire, vol. X, Gallimard, coll. « Quarto » (ISBN 2-07-073539-7), chap. 7, §§43-47, p. 748

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]