Bibliothèque centrale de Seattle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

47° 36′ 22″ N 122° 19′ 58″ O / 47.606111, -122.332778

La bibliothèque centrale de Seattle
conçue par Rem Koolhaas

La bibliothèque centrale de Seattle (Seattle central library), appartenant au réseau de bibliothèques de cette ville, est installée dans un bâtiment de onze étages recouvert de verre et d'acier depuis 2004. Elle a été dessinée par Rem Koolhaas.

La bibliothèque de Seattle avant le projet Koolhaas[modifier | modifier le code]

On trouve une bibliothèque au centre-ville de Seattle depuis 1891 mais les services sont longtemps frustes et la bibliothèque change souvent de locaux. La première bibliothèque permanente est la Bibliothèque centrale Carnegie (Central Library Carnegie), qui ouvre en 1906 dans des bâtiments dédiés de plus de 5 000 m2 conçus par Peter J. Weber. Elle a été construite grâce au mécénat d'Andrew Carnegie, qui permet bientôt l'ouverture de cinq autres bibliothèques à Seattle.

Bien qu'une extension fût construite, la bibliothèque se révèle assez rapidement trop petite pour la ville en expansion qu'est Seattle. C'est pourquoi une seconde bibliothèque est construite en 1960 dans le style international, sur cinq étages et 20 000 m2. Des réaménagements ne permettent pas de pallier le manque de place et le besoin d'un nouveau bâtiment se fait à nouveau sentir à la fin des années 1990 : seul un tiers des collections est alors en libre-accès.

Vers une nouvelle bibliothèque[modifier | modifier le code]

Un projet est adopté par la ville de Seattle en 1998 afin de construire une nouvelle bibliothèque centrale ainsi que des annexes. Le plan « Libraries for all » (« bibliothèques pour tous ») est estimé à 196,4 millions de dollars. 20 millions sont apportés par Bill Gates, président de Microsoft, une des principales entreprises de la ville.

Rem Koolhaas et Joshua Ramus, de l'Office for Metropolitan Architecture (OMA) en sont les architectes, en collaboration avec le cabinet de Seattle LMN Architects. La conservatrice de la bibliothèque, Deborah Jacobs, a été associée au projet.

Le projet de Rem Koolhaas[modifier | modifier le code]

Escalier roulant à l'intérieur de la bibliothèque

La bibliothèque s'élève sur le même site que les deux précédentes (détruites). Elle se présente sous la forme d'un bâtiment de 56 m de hauteur, de forme irrégulière, recouvert de verre. Elle peut contenir 1 450 000 ouvrages et dispose d'un parking de 143 places (qui faisait cruellement défaut au précédent bâtiment).

Deux idées ont présidé à la conception : la volonté de créer une bibliothèque attrayante et celle de laisser les besoins décider de la forme du bâtiment. Un exemple de ceci est la Books Spiral (« Spirale des livres »), présentant les documentaires dans un unique espace qui s'étend sur quatre niveaux afin de ne pas briser la classification Dewey.

Parmi les autres espaces de la bibliothèque, on trouve l'« auditorium Microsoft » au rez-de-chaussée, le « Living room » (salle de lecture), la « Charles Simonyi Mixing Chamber » (où les lecteurs peuvent trouver des bibliothécaires qui les aident dans leur recherche et répondent à leurs questions) et la « Betty Jane Narver Reading Room » (salle de lecture avec vue sur l'Elliott Bay, au 10e étage).

Une grande partie des opérations sont automatisées (communication des ouvrages, prêts...) et plus de 400 ordinateurs sont à la disposition des lecteurs.

Réception[modifier | modifier le code]

Si l'opinion du grand public a été dans un premier temps mitigée, les critiques d'architecture ont généralement été convaincus par le bâtiment. Paul Goldberger, écrit dans le New Yorker, que la bibliothèque est « la plus importante bibliothèque construite depuis une génération, et la plus exaltante[1] » La bibliothèque a reçu un « Platinum Award » de l'« American Council of Engineering Companies » pour l'originalité de sa conception structurelle, ainsi que le « 2005 national AIA Honor Award for Architecture ».

Des critiques se sont cependant récemment élevées, comme Lawrence Cheek, critique architectural au Seattle Post-Intelligencer qui, revisitant le bâtiment en 2007, le trouve finalement « confus, impersonnel, inconfortable » et « peu fonctionnel » : elle conclut en affirmant que les louanges reçues à son ouverture étaient « une erreur[2] ».

Néanmoins, la bibliothèque a reçu 2 300 000 lecteurs l'année de son ouverture, dont environ 30 % n'habitant pas Seattle. On évalue les retombées économiques pour son quartier à 16 millions de dollars[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « The most important new library to be built in a generation, and the most exhilarating » Paul Goldberger, « High-Tech Bibliophilia » dans The New Yorker, 17 mai 2004
  2. On Architecture: How the new Central Library really stacks up
  3. Brian Kenney, « After Seattle » dans Library Journal, 15 août 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel
  2. Le 2004 rapport annuel en pdf avec de nombreuses illustrations