Araujia sericifera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Araujia porte-soie

Araujia sericifera, l'araujia porte-soie[1], est une liane de la famille des Apocynacées.

Elle est parfois appelée dans le sud de la France « kapok »[2].

Description[modifier | modifier le code]

Il s'agit de lianes, pouvant atteindre dix mètres de haut, aux feuilles entières, pétiolées et opposées. Le feuillage est semi-persistant. La racine de la plante peut résister à -5°C sur une courte période mais guère au-delà.

Sa floraison, estivale, est moyennement abondante : quelques fleurs par branches.

Comme les espèces de la sous-famille, Araujia sericifera a une fleur régulière, hermaphrodite, parfumée, au calice à cinq sépales, une corolle gamopétale blanche ou rosée ou blanc-rosé et cinq étamines, alternes aux divisions de la corolle. Les deux ovaires - quand l'un n'avorte pas - forment des fruits à follicules épais, ovoïdes, déhiscents à graines nombreuses.

Une particularité de sa fleur est signalée : elle fonctionne comme un piège à insectes (d'où son nom anglo-saxon de « plante cruelle »), sans pour autant être une plante carnivore.

Deux formes botaniques sont décrites, mais ce sont des synonymes  :

    • Araujia sericifera fo. calycina (Decne.) Malme : voir Araujia calycina Decne.
    • Araujia sericifera fo. hortorum (E.Fourn.) Malme (1900) : voir Araujia sericifera Brot.

Distribution[modifier | modifier le code]

Araujia sericifera est originaire d'Amérique du Sud : Pérou principalement, mais aussi Argentine et Brésil.

L'espèce Araujia sericifera s'est diffusée comme plante ornementale dans l'ensemble des pays à climat tempéré. Sa forte robustesse alliée à une production importante de graines peut la rendre envahissante dans certains milieux, mais pas en France en raison de sa sensibilité au gel.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Cette plante est largement distribuée maintenant en France par les réseaux horticoles comme plante grimpante et parfumée. Elle s'implante en sol plutôt riche, ensoleillé (éventuellement à la mi-ombre). Elle ne sera vivace que protégée du gel.

Une utilisation alimentaire possible de ses fruits est signalée[3]. Des essais comme piège écologique à insectes sont aussi en cours.

Position taxinomique et historique[modifier | modifier le code]

Comme le genre, Araujia sericifera appartient à la sous-famille Asclepiadoideae, tribu Asclepiadeae, sous-tribu Oxypetalinae.

L'espèce, originaire du Pérou, a été décrite par Felix de Avellar Brotero en 1818 dans le volume 12 du Transactions of the Linnean Society of London [4].

En 1824, Karl Friedrich Philipp von Martius décrit dans un genre nouveau Physianthus une plante brésilienne sous le nom de Physianthus albens[5]. Cette plante est replacée dans le genre Araujia par George Don en 1837 : Araujia albens[6].

En 1885, Eugène Pierre Nicolas Fournier décrit une nouvelle espèce originaire du Pérou du genre Araujia : Araujia hortorum E.Fourn.[7]. Cette espèce, en 1900, est considérée par Gustaf Oskar Andersson Malme comme une forme botanique de Araujia sericifera : Araujia sericifera fo. hortorum (E.Fourn.) Malme.

Enfin, en 1992, Forster, P. & P. Bruyns établissent la complète synonymie avec Araujia sericifera à la fois de Araujia albens et de Araujia hortorum[8]

Elle compte donc quatre synonymes :

  • Araujia albens (Mart.) G.Don (1837)
  • Physianthus albens Mart. (1824)
  • Araujia hortorum E.Fourn. (1885)
  • Araujia sericifera fo. hortorum (E.Fourn.) Malme (1900)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume Fried, Guide des plantes invasives, Paris, Belin, coll. « Fous de Nature »,‎ 2012, 272 p. (ISBN 978-2-7011-5793-1)
  2. Le Roussillon : passé, présent
  3. Plantes d'avenir - Araujia sericifera
  4. Le nom initial donné par Felix de Avellar Brotero était Araujia sericofera ; il a été corrigé en Araujia sericifera la même année
  5. Karl Friedrich Philipp von Martius - Nova genera et species plantarum :quas in itinere per Brasiliam MDCCCXVII-MDCCCXX jussu et auspiciis Maximiliani Josephi I., Bavariae regis augustissimi instituto - Volume 1 - Munich, 1824 - p. 54-55
  6. George Don - A general history of the dichlamydeous plants :comprising complete descriptions of the different orders - Volume 4 - Londres, 1837 - p.149
  7. Eugène Pierre Nicolas Fournier - Flora Brasiliensis, enumeratio plantarum in Brasilia hactenus detectarum :quas suis aliorumque botanicorum studiis descriptas et methodo naturali digestas partim icone illustratas- Volume 6 partie 4 - Sous la direction de Karl Friedrich Philipp von Martius - Leipzig, 1885 - p. 293
  8. Forster, P. & P. Bruyns. 1992. Clarification of synonymy for the common moth-vine Araujia sericifera (Asclepiadaceae). Taxon 41(4): 746–749.
  • Auteurs multiples - Annals of the Missouri Botanical Garden - Volume 88, n°4 - Saint-Louis, 2001 - p.517 à 668
  • Felix de Avellar Brotero - Descriptions of a new genus of plants named Araujia and of a new species of passiflora - Transactions of the Linnean Society of London - Volume 12 - Londres, 1818 - p.62

Liens externes[modifier | modifier le code]