Aptenodytes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aptenodytes est un genre de manchots de la famille des Spheniscidae comptant actuellement deux espèces vivantes et une fossile.

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Espèces actuelles[modifier | modifier le code]

D'après la classification de référence (version 2.2, 2009) du Congrès ornithologique international (ordre phylogénique) le genre Aptenodytes compte 2 espèces:

Espèce Photo Portrait Répartition Population
Aptenodytes patagonicus
(Miller, 1778)
Manchot royal)
synonymes:
A. longirostris et
A. pennantii
Manchot royal Manchot royal Entre les 45e et 55e parallèles Environ 2.2 millions de couples (en 2002[1].)
Aptenodytes forsteri
(Gray, 1844)
Manchot empereur
Manchot empereur Manchot empereur Entre les 66e et 77e parallèles Environ 230 000 couples (en 2009[2]), répartis sur 46 colonies. la population est en déclin du fait du retrait de la banquise.

Fossiles[modifier | modifier le code]

Il existe également une espèce fossile, le Manchot de Ridgen (A. ridgeni), dont on a retrouvé des fossiles datant de la fin du Pliocène, il y a environ trois millions d’années, en Nouvelle-Zélande[3]. Des études portant sur le comportement du manchot et sur ses caractéristiques génétiques ont conclu que le genre Aptenodytes est à la base de l’arbre phylogénétique des manchots[4]. Des ADN mitochondriaux et cellulaires ont permis d’estimer l’apparition de cette branche à environ 40 millions d’années avant notre ère[5].

Taxons désuets[modifier | modifier le code]

Plusieurs espèces furent décrites dans le genre Aptenodytes, avant d'être déplacées dans la classification. Tel est le cas pour :

  • Le Manchot pygmée (Eudyptula minor), de protonyme Aptenodytes minor[6]
  • Le Manchot papou (Pygoscelis papua), de protonyme Aptenodytes papua[7]
    • On peut également rencontrer Aptenodytes taeniata, devenue une sous-espèce du Manchot papou

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hadoram Shirihai, A Complete Guide to Antarctic Wildlife, Alula Press,‎ 2002 (ISBN 951-98947-0-5)
  2. (en) Fretwell PT, LaRue MA, Morin P, Kooyman GL, B Wienecke, N Ratcliffe, AJ Fox, AH Fleming, C Porter, PN Trathan, « An Emperor Penguin Population Estimate: The First Global, Synoptic Survey of a Species from Space. », PLoS ONE, vol. 7, no 4,‎ 2012, e33751 (lien DOI?)
  3. Williams, (The Penguins) p. 13
  4. (en)P. Jouventin, « Visual and vocal signals in penguins, their evolution and adaptive characters », Adv. Ethol., vol. 24,‎ 1982, p. 1–149
  5. (en)AJ. Baker, SL. Pereira, OP. Haddrath, KA. Edge, « Multiple gene evidence for expansion of extant penguins out of Antarctica due to global cooling », Proc Biol Sci., vol. 273,‎ 2006, p. 11–17 (lien DOI?, lire en ligne)
  6. « Manchot pygmée (Eudyptula minor) (Forster, JR, 1781) », sur Avibase
  7. « Manchot papou (Pygoscelis papua) (Forster, JR, 1781) », sur Avibase