Appelez-moi Johnny 5

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Appelez-moi Johnny 5

Titre québécois Cœur circuit 2
Titre original Short Circuit 2
Réalisation Kenneth Johnson
Scénario Brent Maddock
S.S. Wilson
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1988
Durée 106 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Appelez-moi Johnny 5 ou Cœur circuit 2 au Québec (Short Circuit 2) est une comédie de science-fiction américaine réalisée par Kenneth Johnson et sortie en 1988.

Le film fait suite à Short Circuit réalisé par John Badham en 1986.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un robot expérimental, ayant acquis la certitude d'être vivant, s'est lui-même prénommé Johnny. Johnny 5. Un jour, à l'appel de son ancien cocréateur Ben Jahrvi, désormais sans emploi et condamné à la vente de trottoir, il n'hésite pas une seconde et débarque à New York, afin d'aider celui-ci à s'y faire un nom. Mais l'espiègle robot et son papa vont connaître de multiples aventures non prévues au programme…

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Le film situe son action en plein cœur de New York.

Ben Jahrvi (Fisher Stevens) a perdu son travail à la suite de la fermeture de l'entreprise NOVA Robotics, considérée comme responsable des événements du premier film. Il s'est maintenant « établi » à New York, et essaye d'assembler et de vendre des jouets miniatures à l'effigie du robot Numéro 5... Il collabore par la force des choses avec Fred Ritter (Michael McKean). Par un coup de chance inouï l'un de ses jouets est découvert par la commerciale Sandy Banatoni (Cynthia Gibb). Le design de 5 lui plait immédiatement et elle demande au duo de créateurs un millier de jouets dans un délai très serré. Ben et Fred savent pertinemment qu'ils ne pourront pas réussir ce tour de force... Fred tient cependant à tenter l'expérience coûte que coûte, et l'improbable équipe s'installe dans un garage désaffecté. L'assemblage des jouets se fait à un rythme extrêmement lent.

Heureusement, le vrai Numéro/Johnny 5 est envoyé par Newton Crosby pour aider les deux compères dans leur lourde tâche. Il apparait que grâce à ses facultés robotiques, les délais pourront être tenus. Tout semble se dérouler pour le mieux jusqu'à ce qu'un gang de malfrats mené par Oscar Baldwin (Jack Weston) entre en scène. Il projette de voler les diamants abrités dans une banque de l'autre côté de la rue, via un tunnel. Le garage où ont élu domicile les héros est donc un emplacement capital pour lui. Oscar parvient par la ruse à gagner la confiance de l'innocent Johnny 5. Après quoi, il n'a aucun mal à lui demander de façon détournée de l'aider dans son vol (en l'occurrence terminer le tunnel). Pendant ce temps, Ben et Fred sont isolés par le reste du gang et enfermés dans la chambre froide d'un restaurant chinois. Ils ne doivent leur salut qu'à un stratagème de communication de Ben, qui arrive à avertir Sandy de l'endroit où ils sont retenus.

Au même moment Johnny vient de finir son travail, et Oscar n'ayant plus besoin de lui, il abime sérieusement le robot pensant éliminer définitivement le seul témoin du méfait. Or Johnny 5 est toujours vivant, même si son énergie décline rapidement. Fred trouve Johnny, et se rend compte de l'état critique du robot : sa batterie interne fuit et il est contraint de lui venir en aide en le réparant dans une boutique d'électronique. Sitôt tiré d'affaire, Johnny se venge et met hors d'état de nuire le gang après une longue poursuite dans les rues et sur les quais de New York. Il semble plus particulièrement enragé par la trahison d'Oscar qu'il considérait comme son meilleur ami.

La scène finale clôt le film avec un Johnny 5 flambant neuf et plaqué or, prêtant serment et devenant citoyen américain aux côtés de Benjamin Jahrvi. De plus, on apprend que Fred, Sandy et Ben ont un vif succès dans le milieu du jouet, et qu'une production à grande échelle des Johnny 5 miniatures est en cours.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le scénario est de S.S. Wilson et Brent Maddock, scénaristes du premier Short Circuit, ainsi que de, notamment, Tremors (1990) et Wild Wild West (1999).
  • En version française doublée, la voix de Numéro 5 semble sensiblement différente ; bien que le comédien soit le même, son jeu est différent. Ceci rapproche manifestement la version française de l'interprêtation originale, alors que dans le premier film la VF prenait le parti de s'en distinguer.
  • La camionnette de Ben Jahrvi est censée être une rescapée de celles utilisées par NOVA Robotics. Bien que filmée de façon à camoufler les différences, il s'agit d'une Ford Econoline, en lieu et place des Chevrolet utilisées dans l'original.
  • Dans le même ordre d'idées, le film est censé se dérouler à New York, mais le lieu de tournage n'est autre que Toronto, au Canada. Le film se trahit lors d'une scène où est clairement montré le World's Biggest Bookstore, une librairie ayant pour réputation d'être la plus grande au monde et qui est effectivement située à Toronto…

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

  • Saturn Awards 1989 : Nominations dans les catégories « Meilleur film de science-fiction »[1] et « Meilleurs effets visuels »[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prix remporté par Futur immédiat : Los Angeles 1991.
  2. Prix remporté par Qui veut la peau de Roger Rabbit ?.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :