Andrea da Grosseto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Andrea da Grosseto

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Sa statue sur la Piazza Baccarini de Grosseto,
par Arnaldo Mazzanti (1973)

Activités écrivain
Naissance XIIIe siècle
Grosseto
Langue d'écriture italien
Distinctions Premier écrivain en italien

Andrea da Grosseto (Grosseto, XIIIe siècle - ... ?) est un écrivain italien du Duecento.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Grosseto dans la première moitié du XIIIe siècle, on sait peu de chose de l’œuvre littéraire d’Andrea da Grosseto et de sa vie, excepté qu’il semble être issu d’une famille de cordonniers du nom de Bento et qu'il est fait moine franciscain à l'église San Francesco in Grosseto. Après avoir prononcé ses vœux, Andrea da Grosseto s'installe à Paris, où il enseigne la littérature et la poésie. En 1268, il traduit du latin en italien les trois Traités de morale d’Albertano da Brescia. Son apport à la littérature italienne est considéré comme important, car certains spécialistes le tiennent pour le premier écrivain de langue italienne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Andrea da Grosseto a traduit du latin en italien les trois Traités de morale d'Albertano da Brescia :

  • Della consolazione e dei consigli (Liber Consolationis et Consilii).
  • Dottrina del tacere e del parlare (Liber Doctrina Dicendi et Tacendi).
  • Dell'amore e della dilezione di Dio e del prossimo e delle altre cose (De Amore et Dilectione Dei et Proximi et Aliarum Rerum et de Forma Vitae), incomplet.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francesco Selmi, Dei Trattati morali di Albertano da Brescia, volgarizzamento inedito fatto nel 1268 da Andrea da Grosseto, Bologne, Romagnoli, 1873.
  • Cesare Segre, Volgarizzamenti del '200 e '300, Turin, Utet, 1953, p. 139-56.
  • Cesare Segre et Mario Marti, La prosa del Duecento, Milan-Naples, Ricciardi, 1959.