Ōke (branches)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Ōke (王家, littéralement : maisons princières?) sont dix branches de la famille impériale japonaise issues de la maison Fushimi-no-miya. Toutes les Ōke sauf une furent formées par des descendants du prince Fushimi Kuniie (en). Les Ōke et toutes les autres branches de la famille impériale sont désanoblies par les forces américaines en 1947. Après cette date, seule la famille immédiate de l'empereur Hirohito et celles de ses trois frères restent membres de la famille impériale. Plusieurs chefs non officiels de ces familles existent cependant encore pour la plupart des Ōke et sont énumérés ci-dessous.

Depuis quelques années, les conservateurs politiques ont proposé de restaurer ces anciennes branches pour permettre à la famille impériale d'adopter un membre mâle comme solution à la controverse sur la succession impériale japonaise.

Les Ōke étaient, dans l'ordre de création :

  • 梨本 Nashimoto
  • 久邇 Kuni
  • 山階 Yamashina (éteinte)
  • 華頂 Kachō ou Kwachō (éteinte)
  • 北白川 Kitashirakawa
  • 東伏見 Higashifushimi ou Komatsu (小松) (éteinte)
  • 賀陽 Kaya
  • 朝香 Asaka
  • 東久邇 Higashikuni
  • 竹田 Takeda

Sauf indication contraire, tous les princes listés ci-dessous sont les fils des prédécesseurs.

Nashimoto-no-miya[modifier | modifier le code]

La maison Nashimoto-no-miya est fondée par le prince Moriosa, fils du prince Fushimi Sadayoshi (père du prince Fushimi Kuniie)

Nom Année de naissance Année de succession Résigné en Mort Notes
1 Nashimoto Moriosa (en)
梨本宮 守脩親王, Nashi-no-miya Moriosa-shinnō)
1819 1870 . 1885
2 Yamashina Kikumaro (en)
(山階宮菊麿王, Nashimoto-no-miya Kikumaro-ō)
1873 1885 1885 1908 petit-neveu de Moriosa; résigna pour retourner dans la maison Yamashina
3 Prince Nashimoto Morimasa
(梨本宮守正王, Nashimoto-no-miya Morimasa-ō)
1874 1885 1947 1951 cousin de Kikumaro et quatrième fils de Kuni-no-miya Asahiko

Kuni-no-miya[modifier | modifier le code]

La maison Kuni-no-miya est fondée par le prince Asahiko, quatrième fils du prince Fushimi Kuniie.

Nom Année de naissance Année de succession Résigné en Mort Notes
1 Kuni Asahiko (en)
(久邇宮 朝彦親王, Kuni-no-miya Asahiko shinnō)
1824 1863 . 1891 devient shinnō en 1871
2 Kuniyoshi Kuni (en)
(久邇宮 邦彦王, Kuni-no-miya Kuniyoshi ō)
1873 1891 . 1929 père de l'impératrice Kōjun
3 Asaakira Kuni (en)
(久邇宮 朝融王, Kuni-no-miya Asaakira ō)
1901 1929 1947 1959
4 Kuni Kuniaki (久邇 邦昭?) 1929 1959 . .

Yamashina-no-miya[modifier | modifier le code]

La maison Yamashina-no-miya est fondée par le prince Akira, fils aîné du prince Fushimi Kuniie.

Nom Année de naissance Année de succession Résigné en Mort
1 Yamashina Akira (en)
(山階宮 晃親王, Yamashina-no-miya Akira shinnō)
1816 1864 . 1898
2 Yamashina Kikumaro (en)
(山階宮 菊麿王, Yamashina-no-miya Kikumaro)
1873 1898 . 1908
3 Yamashina Takehiko (en)
(山階宮 武彦王, Yamashina-no-miya Takehito-ō)
1898 1908 1947 1987

La maison Yamashina-no-miya s'éteint après la mort de Yamashina Takehiko.

Kachō no-miya[modifier | modifier le code]

La maison Kachō-no-miya (ou Kwachō-no-miya) est fondée par le prince Hirotsune, fils du prince Fushimi Kuniie.

Nom Année de naissance Année de succession Résigné en Mort
1 Kachō Hirotsune (en)
(華頂宮博経親王, Kachō-no-miya Hirosune shinnō)
1851 1868 . 1876
2 Kachō Hiroatsu (en)
(華頂宮博厚親王, Kachō-no-miya Hiroatsu shinnō)
1875 1876 . 1883
3 Hiroyasu Fushimi
(華頂宮博恭親王, Kachō-no-miya Hiroyasu-shinnō)
1875 1883 1904 1946
4 Kachō Hirotada (en)
(華頂宮博忠王, Kachō-no-miya Hirotada-ō)
1902 1904 . 1924
X Kachō Hironobu (en)
(華頂博信, Kachō Hironobu)
1905 1924 1947 1970

La maison Kachō-no-miya s'éteint après la mort de Kachō Hirotada. La lignée survit cependant à travers le système de pairie kazoku avec Kachō Hironobu.

Kitashirakawa-no-miya[modifier | modifier le code]

La maison Kitashirakawa-no-miya est fondée par le prince Satonari, treizième fils du prince Fushimi Kuniie.

Nom Année de naissance Année de succession Résigné en Mort Notes
1 Kitashirakawa Satonari (en)
(北白川宮 智成親王, Kitashirakawa-no-miya Satonari shinnō)
1844 1872 . 1872
2 Prince Kitashirakawa Yoshihisa (北白川宮 能久親王, Kitashirakawa-no-miya Yoshihisa-shinnō?) 1847 1872 . 1895 frère du précédent
3 Kitashirakawa Naruhisa (en)
(北白川宮 成久王, Kitashirakawa-no-miya Naruhisa-ō)
1887 1895 . 1923
4 Nagahisa Kitashirakawa (en)
(北白川宮 永久王, Kitashirakawa-no-miya Naruhisa-ō)
1910 1923 . 1940
4 Prince Michihisa Kitashirakawa (北白川宮 道久王, Kitashirakawa-no-miya Michihisa-ō?) 1937 1940 1947 . Kitashirakawa Michihisa après 1947

Higashifushimi-no-miya / Komatsu-no-miya[modifier | modifier le code]

La maison Higashifushimi-no-miya est fondée par le prince Yoshiaki, septième fils du prince Fushimi Kuniie.

Nom Année de naissance Année de succession Résigné en Mort Notes
1 Prince Higashifushimi Yoshiaki (東伏見宮 嘉彰親王, Higashifushimi no miya Yoshiaki-shinnō ?)
Prince Komatsu Akihito (小松宮 彰仁親王, Komatsu-no-miya Akihito-shinnō?)
1846
X
1867
1872
1872
.
X
1903
change de nom en 1872
2 Higashifushimi Yorihito (en)
(東伏見宮 依仁親王, Higashifushimi no miya Yorihito-ō)
1876 1903 . 1922 frère du précédent
revient à son nom de Higashifushimi

En 1931, l'empereur Hirohito ordonne à son beau-frère, le prince Kuni Kunihide, de renoncer à son statut de membre de la famille impériale et devient le comte Higashifushimi Kunihide (hakushaku), pour sauver la maison Higashifushimi de l'extinction. La princesse douairière Higashifushimi Kaneko devient roturière le 14 octobre 1947. Elle meurt à Tokyo en 1955.

Kaya-no-miya[modifier | modifier le code]

La maison Kaya-no-miya est fondée par le prince Kuninori, second fils du prince Kuni Asahiko (en) (premier Kuni-no-miya, voir ci-dessus)

Nom Année de naissance Année de succession Résigné en Mort Notes
1 Kaya Kuninori (en)
(賀陽宮 邦憲王, Kaya-no-miya Kuninori shinnō)
1867 1896 . 1909 Kaya-no-miya est un titre personnel jusqu'en 1900
2 Kaya Tsunenori
(賀陽宮 恒憲王,Kaya-no-miya Tsunenori-ō )
1900 1909 1947 1978 Juste Kaya Tsunenori après 1947
3 Prince Kaya Nobuhiko (賀陽宮 信彦王, Kaya-no-miya Nobuhiko-ō ?) 1922 1978 . 1986
4 Kaya Harunori (賀陽 治憲 ?) 1926 1987 . . frère de Nobuhiko; diplomate de carrière

Asaka-no-miya[modifier | modifier le code]

La maison Asaka-no-miya est fondée par le prince Yasuhiko, huitième fils du prince Kuni Asahiko.

Nom Année de naissance Année de succession Résigné en Mort
1 Prince Yasuhiko Asaka (朝香宮 鳩彦王, Asaka-no-miya Yasuhiko-ō ?) 1887 1906 1947 1981
X Asaka Takahiko 1912 1981 . 1994
X Asaka Tomohiko 1944 1994 .

Higashikuni-no-miya[modifier | modifier le code]

La maison Higashikuni-no-miya est fondée par le prince Naruhiko, neuvième fils du prince Kuni Asahiko.

Nom Année de naissance Année de succession Résigné en Mort Notes
1 Prince Naruhiko Higashikuni (東久邇宮 稔彦王, Higashikuni-no-miya Naruhiko-ō?) 1887 1906 1947 1990
X Prince Morihiro Higashikuni (東久邇宮 盛厚王, Higashikuni no miya Morihiro ō ?) 1916 1947 . 1969.
2 Prince Higashikuni Nobuhiko (東久邇宮 信彦王, Higashikuni-no-miya Nobukiko-ō ?) 1944 1990 . . petit-fils de Naruhiko, fils de Morihiro

Le prince Higashikuni Nobuhiko devient simplement "Higashikuni Nobuhiko" en 1946 après l'abolition de l'aristocratie japonaise durant l'occpation américaine.

Takeda-no-miya[modifier | modifier le code]

La maison Takeda-no-miya est fondée par le prince Tsunehisa, fils aîné du prince Kitashirakawa Yoshihisa (second Kitashirakawa-no-miya).

Nom Année de naissance Année de succession Résigné en Mort
1 Tsunehisa Takeda (en)
(竹田宮 恒久王, Takeda-no-miya Tsunehisa-ō)
1882 1906 . 1919
2 Prince Tsuneyoshi Takeda (竹田宮 恒徳王, Takeda-no-miya Tsuneyoshi-ō ?) 1909 1919 1947 1992
3 Prince Tsunetada Takeda (竹田 恒正, Takeda-no-miya Tsunetada-ō ?) 1940 1992 . .

Proposition de restauration[modifier | modifier le code]

En janvier 2005, Le premier ministre Jun'ichiro Koizumi réunit un groupe de 10 experts de différents domaines pour discuter de la loi de succession et d'un moyen pour assurer une succession stable à la famille impériale. À ce moment, aucun héritier mâle n'était né dans la famille impériale depuis 40 ans, ce qui faisait qu'il n'y avait personne pour succéder au prince héritier Naruhito après qu'il fut devenu empereur. Le groupe recommanda de rendre eligible les femmes et leurs descendants, que le premier enfant, garçon ou fille, devienne prioritaire à la succession, et que les membres féminins de la famille qui épousaient des roturiers soient autorisées à conserver leur statut de membre de la famille impériale. Itsuo Sonobe, président député des 10 membres du groupe et ancien de la cour suprême, affirma plus tard que la préoccupation première du groupe était de trouver n'importe quelle solution pour gagner le soutien du peuple[1].

Les sondages d'opinion des médias montrent une écrasante majorité pour une réforme, mais la solution proposée rencontre une vive opposition de la part des conservateurs, qui affirment que la préservation de la lignée mâle est impérative pour assurer que les liens de sang impériaux chromosome Y (que seuls portent les mâles) seront bien transmis aux générations suivantes d'empereurs, préservant ainsi une lignée prétendumment ininterrompue depuis l'antiquité. Tsuneyasu Takeda, membre de l'ancienne maison Takeda-no-miya et auteur du livre intitulé La vérité non dite des membres de la famille impériale proposa de maintenir la lignée mâle en restaurant les anciennes maisons princières ou en autorisant les membres de la famille impériale à adopter des mâles de cette famille. Bien que Takeda ait écrit que les hommes devaient se sentir responsables du maintien de la maison impériale, il déclara qu'il trouverait cela difficile si on lui demandait de jouer ce rôle lui-même[2]. Selon Takeda, les chefs des anciennes branches familiales se sont mis d'accord fin 2004, juste avant que le groupe d'experts de Koizumi ne commencent ses discussions, pour ne pas parler du problème et certains d'entre eux lui ont dit de « ne pas s'impliquer dans des affaires politiques »[3]. Les opposants à la restauration des anciennes branches familiales, comme le politicien libéral Yōichi Masuzoe du parti démocrate, arguent que cela favoriserait des membres de familles liés par le sang aux empereur d'autrefois au détriment de femmes contemporaines descendantes des souverains récents[4].

Durant une série d'audiences sur le problème de la succession début 2012, Yoshiko Sakurai et Akira Momochi, des membres conservateurs du groupe d'experts, rejettent la proposition que les membres féminins de la famille impériale soient autorisées à conserver leur statut après leur mariage avec des roturiers et à créer de nouvelles branches de la famille impériale, et suggère plutôt de réformer la loi de la maison impériale pour que les descendants mâles des anciennes familles impériales qui ont renoncé à leur statut royal en 1947 soient autorisés à retourner dans la famille impériale comme adoptés[5]. Une autre proposition est de restaurer les quatre anciennes branches impériales shinnōke[6], une solution à laquelle s'oppose le gouvernement sur la base que cela ne rapporterait pas le soutien public[7]. Des sources au sein du gouvernement affirmèrent dans le journal Yomiuri Shinbun en mai 2012 que la suggestion de restaurer les hommes des anciennes maisons princières comme membres de la famille impériale après adoption était inattendue[8]. Les audiences d'experts sont toujours en cours au printemps 2012.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Norimitsu Onishi, « What Japan's Aiko Lacks: The Royal Y Chromosome », The New York Times,‎ December 27, 2005 (lire en ligne)
  2. (en) « Male-Only Imperial Line Backed », Gulf Daily News,‎ February 17, 2006 (lire en ligne)
  3. http://transnews.exblog.jp/2462343
  4. http://www.outlookseries.com/news/Science/801.htm
  5. (en) « 2 experts at gov't hearing oppose creating female imperial branches », The Mainichi,‎ April 11, 2012 (lire en ligne)
  6. (en) Eleanor Warnock, « Japanese Journalist Weighs in on the Princess Problem », The Wall Street Journal,‎ April 11, 2012 (lire en ligne)
  7. (en) Takeshi Okamura and Katsumi Takahashi, « Imperial Family Talks Begin: Should Female Members Retain Royal Status after Marriage? », The Daily Yomiuri,‎ March 2, 2012
  8. (en) Yutaka Ito, Katsumi Takahashi and Takeshi Okimura, « Imperial Revision Draft Set for Autumn Release », The Daily Yomiuri,‎ May 4, 2012

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fujitani,T. Splendid Monarchy: Power and Pageantry in Modern Japan. University of California Press; Reprint edition (1998). ISBN 0-520-21371-8
  • Lebra, Sugiyama Takie. Above the Clouds: Status Culture of the Modern Japanese Nobility. University of California Press (1995). ISBN 0-520-07602-8

Liens externes[modifier | modifier le code]