Kitashirakawa Yoshihisa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kitashirakawa Yoshihisa est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Kitashirakawa, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).

Prince Kitashirakawa Yoshihisa
北白川宮能久親王

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Prince général Kitashirakawa Yoshihisa

Biographie
Dynastie Maison de Yamato
Naissance 1er avril 1847
Kyoto
Décès 5 novembre 1895 (à 48 ans)
Tainan à Taiwan
Père Prince Fushimi Kuniye
Conjoint Shimazu Tomiko (1862–1936)
Enfants Prince Takeda Tsunehisa
Comte Futara Yoshiaki
Comte Ueno Masao
Prince Kitashirakawa Naruhisa
Marquis Komatsu Teruhisa

Le prince Kitashirakawa Yoshihisa (北白川宮能久親王, Kitashirakawa-no-miya Yoshihisa-shinnō?) du Japon, né le 1er avril 1847 à Kyoto - décédé le 5 novembre 1895 à Tainan, était le second chef de la famille Kitashirakawa, une branche colatérale de la famille impériale japonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Le prince est le neuvième fils du prince Fushimi Kuniie (1802-1875). Il est entré dans le sacerdoce bouddhiste sous le titre de Rinnoji-no-miya. Il a servi d'abbé au temple de Kan'ei-ji à Edo.

Période du Bakumatsu[modifier | modifier le code]

Pendant les troubles de la guerre de Boshin pour renverser le Shogunat Tokugawa, le prince Yoshihisa s'est sauvé au nord du pays avec des partisans des Tokugawa suite à la domination d'Edo par l'alliance Satchō et est devenu le chef nominal de l'« Alliance du Nord » (Ōuetsu Reppan Dōmei). Cette alliance de courte durée était composée de presque tous les domaines du nord du Japon sous la direction de Yoshikuni Date de Sendaï. Des documents le présente sous le nom d'« empereur Tōbu » ((東武天皇, Tōbu-tennō, (ou 東武皇帝 Tōbu-kōtei)), et énumèrent les personnes aux postes d'une "nouvelle cour du nord"; cependant, les historiens sont divisés sur le fait que le prince Yoshihisa ait réellement été appelé empereur. Selon la source, on pense que le nom de l'ère prévue (nengō) était Taisei (大政) ou Enju (延寿).

Après la restauration de Meiji, en 1873, l'empereur Meiji a rappelé tous les princes impériaux qui étaient prêtres bouddhistes à revenir à un état laïque. Cette même année, il a succédé à son jeune frère, le prince Kitashirakawa Satonari, comme second chef de la nouvelle famille princière de Kitashirakawa-no-miya.

Mariage et Famille[modifier | modifier le code]

En avril 1886, le prince Kitashirakawa a épousé Shimazu Tomiko (1862-1936), la fille adoptive du prince Hisamitsu Shimazu du domaine de Satsuma. Le mariage n'a produit aucun enfant : cependant, le prince Yoshihisa a eu cinq fils avec diverses concubines, une pratique courante à l'époque :

  1. Le prince Tsunehisa Takeda (22 septembre 1882 – 23 avril 1919)
  2. Le comte Futara Yoshiaki (26 octobre 1886 – 18 avril 1909)
  3. Le comte Ueno Masao
  4. Le prince Naruhisa Kitashirakawa (18 avril 1887 – 1 avril 1923)
  5. Le marquis Teruhisa Komatsu (2 août 1888 – 5 novembre 1970)

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Statue équestre du Prince Kitashirakawa dans le jardin extérieur du Palais Impérial de Tokyo.

Le prince Kitashirakawa est devenu un soldat professionnel, et a été envoyé en Allemagne pour son entraînement militaire. À son retour au Japon en 1887, il a été nommé général dans l'Armée impériale japonaise. En 1893, en tant que général de corps d'armée, il a commandée la 4ème Division. Après le déclenchement de la première guerre sino-japonaise de 1894-1895, il a été transféré à la 1ère Division et a participé à l'invasion japonaise de Taïwan. Pendant l'opération, il a contracté la malaria et est décédé près de Tainan (bien qu'il y avait des rumeurs qu'il ait été tué dans l'action par la guérilla taïwanaise). Le prince Kitashirakawa est ainsi le premier membre de la famille impériale japonaise connu à être mort en dehors du Japon, et le premier (dans les temps modernes) à être mort à la guerre. Sous le shintoïsme d'État, il a été déifié en kami, et a été inscrit dans la plupart des sanctuaires Shinto érigés à Taiwan pendant l'occupation japonaise, et également au sanctuaire Yasukuni.

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]