Étienne de Lexington

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Étienne de Lexington, Étienne de Lexinton, (1198-1258), fut abbé de Clairvaux, fondateur du Collège des Bernardins[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille anglo-normande de la région de Nottingham. Son nom dérive du manoir de Laxton. Il était le fils de Richard de Lexington. Il avait 3 frères Robert, Jean et Henri et deux sœurs dont Elisabeth, mère de Olivier de Sutton, évêque de Lincoln. Étienne a étudié les arts à Paris comme son frère Jean. Il continua par des études de Théologie à Oxford au collège de Saint Edmond de Abingdon. C'est ce dernier qui l'encouragea à prendre l'habit des cisterciens aux alentours de 1221. En 1223, il est abbé de Stanley dans le Wiltshire lié à l'abbaye de Savigny en Normandie. En 1229, après avoir accompli avec succès diverses missions pour l'ordre cistercien, notamment en Irlande, il est nommé abbé de Savigny. En 1243, il est abbé de Clairvaux. Il était convaincu de l'importance de la formation et des vertus de l'enseignement universitaire. C'est ainsi qu'en 1247, Étienne de Lexinton commença par lancer le projet de construction d'un collège à Paris, l'actuel collège des Bernardins, dans un lieu marécageux et hostile dit les Chardonnets en raison de l'abondance de chardons. Étienne avait l'ambition de former ainsi de nombreux moines cisterciens venus de toute l'Europe à l'image des dominicains. Mais en raison de ces succès et de sa brillante carrière dû à ses talents, Étienne s'attira la jalousie et l'hostilité de ses pairs. Pour une raison futile, il fut déposé malgré l'intervention du Pape Alexandre IV et du roi Saint Louis. Étienne se retira à l'abbaye de Ouscamp (commune de Chiry-Ourscamp, Oise) où il décéda en 1258. Son projet prit néanmoins de l'ampleur et le collège des bernardins fut un réel succès et l'ordre cistercien était en possession de collège et de lieux d'études dans les principales universités d'Europe, notamment Oxford, Montpellier ou Toulouse[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cet article s'inspire de l'article très complet de C.H Lawrence édité dans l'Oxford Dictionary of National Biography 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]