Émaux et Camées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Recueil de 37 poèmes octosyllabiques publié en 1852, Émaux et camées est le sommet de l'art poétique de Théophile Gautier. Ce poème a été fait aussi pour représenter la charmante bohémienne Carmen (de Prosper Mérimée).

Alors que ses premières pièces relevaient de l'esthétique romantique (La comédie de la mort, España), Gautier évolue de plus en plus vers le formalisme. Ses poèmes deviennent alors des bijoux virtuoses à la beauté un peu froide sans perdre toutefois leur charge émotionnelle. Cette esthétique nouvelle annonce le mouvement parnassien.

Ce recueil va reparaître plusieurs fois, à chaque fois augmenté, en 1853, 1858, 1863 et, enfin, en 1872 dans une édition définitive.

Sommaire[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Préface
  • Affinités secrètes
  • Le Poème de la Femme
  • Études de mains
  • Variations sur le Carnaval de Venise
  • Symphonie en Blanc Majeur
  • Coquetterie posthume
  • Diamant du cœur
  • Premier Sourire du Printemps
  • Contralto
  • Caerulei oculi
  • Rondalla
  • L'Aveugle
  • Lied
  • Fantaisies d'hiver
  • La Source
  • Bûchers et tombeaux
  • Le Souper des armures
  • La Montre
  • Les Nereides
  • Les Accroche-cœurs
  • La Rose-thé
  • Carmen
  • Ce que disent les hirondelles. Chanson d'automne
  • Noël
  • Les Joujoux de la morte
  • Après le feuilleton
  • Le Château du Souvenir
  • Camélia et Paquerette
  • La Fellah
  • La Mansarde
  • La Nue
  • Le Merle
  • La Fleur qui fait le printemps
  • Dernier Vœu
  • Plaintive Tourterelle
  • La Bonne Soirée
  • L'Art
  • Les Accroche-Cœurs