Église des Jésuites de Vienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église des Jésuites.
Église des Jésuites
Image illustrative de l'article Église des Jésuites de Vienne
Façade de l'église des Jésuites
Présentation
Nom local Jesuitenkirche
Culte Catholicisme
Type Église
Début de la construction 1623
Fin des travaux 1627
Style dominant Architecture baroque
Géographie
Pays Drapeau de l'Autriche Autriche
Commune Vienne
Coordonnées 48° 12′ 32″ N 16° 22′ 40″ E / 48.2089, 16.377748° 12′ 32″ Nord 16° 22′ 40″ Est / 48.2089, 16.3777  

Géolocalisation sur la carte : Autriche

(Voir situation sur carte : Autriche)
Église des Jésuites

L'église des Jésuites (Jesuitenkirche ou Universtätskirche), d'abord dédiée à saint Ignace de Loyola et à saint François-Xavier, puis à partir du XVIIIe siècle à Notre-Dame de l'Assomption, est une église jésuite à deux tours, de style baroque précoce, réaménagée par le frère jésuite Andrea Pozzo en 1703-1705, située à Vienne. Elle se trouve à côté de l'université de Vienne, d'où son second nom d' Universitätskirche (église de l'Université).

Histoire[modifier | modifier le code]

La chaire de vérité

L'église des Jésuites est construite entre 1623 et 1627 à l'emplacement d'une ancienne chapelle, à l'époque où la Compagnie de Jésus fusionne son propre collège de Vienne avec les facultés de philosophie et de théologie de l'Université de Vienne.

L'église est d'abord dédiée au fondateur de la Compagnie, saint Ignace de Loyola, et à son premier missionnaire, saint François-Xavier. Andrea Pozzo est invité par l'empereur Léopold Ier à réaménager l'église en 1703. Il reconstruit la façade en style baroque et l'église est dédiée à l'Assomption de la BV Marie.

La Compagnie de Jésus est supprimée en 1773. Les jésuites retrouvent le droit d'enseigner et de prêcher à Vienne en 1856.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Le maître-autel
Les coupoles

L'intérieur de l'église richement orné contraste avec la façade plus austère. Des piliers de faux marbre en trompe l'œil, des angelots dorés, des fresques exubérantes, des volutes et des coupoles définissent le vocabulaire architectural de cette église, à la gloire de l'Église triomphante d'après la Contre-Réforme.