Yves Le Fur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Jean-Yves Le Fur.
Yves Le Fur
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (64 ans)
Nationalité
Activité

Yves Le Fur est conservateur général du patrimoine, directeur du patrimoine et des collections au musée du quai Branly - Jacques Chirac.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yves Le Fur est docteur en art et archéologie de l'université Panthéon-Sorbonne (1989), Esthétique des cires anatomiques de G. Zumbo (XVIIe siècle) à P. Spitzner (XIXe siècle) et diplômé de l'Institut national du patrimoine (1996).

D'abord conservateur du patrimoine au musée national des arts d'Afrique et d'Océanie, où il fut commissaire de l'exposition La Mort n'en saura rien. Reliques d'Europe et d'Océanie[1] en 1999, il fut ensuite responsable de la muséographie de la section Océanie du musée du quai Branly - Jacques Chirac[2] avant de devenir directeur du département du patrimoine et des collections.

Il y a organisé de très nombreuses expositions, notamment l'exposition d'ouverture, D'un regard l'autre, Histoire des regards européens sur l'Afrique, l'Amérique et l'Océanie, puis Cheveux Chéris : frivolités et trophées en 2012, Picasso primitif en 2017, Les Forêts natales en 2017.

Il est membre de la Commission scientifique nationale des collections depuis 2013[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Le Fur (dir.), Les Forêts natales [exposition, Paris, Musée du quai Branly, 3 octobre 2017- 21 janvier 2018], Paris, Actes Sud ; Musée du quai Branly - Jacques Chirac, , 367 p. (ISBN 978-2-330-05705-3)
  • Yves Le Fur, Stéphane Breton, Gérard Wajcman, Picasso primitif [exposition, Paris, Musée du quai Branly, 28 mars 2017-23 juillet 2017], Paris, Flammarion ; Musée du quai Branly - Jacques Chirac, , 343 p. (ISBN 978-2-0813-7706-6)
  • Yves Le Fur et Jean Seisser, Hervé Di Rosa : Foumban, 2002-2015 : autour du monde, 11e étape : [exposition, galerie Louis Carré & Cie, Paris, [27 novembre 2015-9 janvier 2016], Paris, Louis Carré & Cie, , 109 p. (ISBN 978-2-86574-080-2)
  • Yves Le Fur (dir.), Une autre histoire de l'art : chefs d’œuvre (re)découverts au XXe siècle, Paris, La Martinière, , 239 p. (ISBN 978-2-7324-4583-0)
  • Cheveux chéris : frivolités et trophées [exposition, Paris, Musée du quai Branly, 18 septembre 2012-14 juillet 2013], Paris, Actes Sud ; Musée du quai Branly, , 271 p. (ISBN 978-2-330-00992-2)
  • Musée du quai Branly, la collection., Paris, Skira-Flammarion ; Musée du quai Branly, , 479 p. (ISBN 978-2-915133-83-7)
  • Masques : chefs-d’œuvre des collections du musée du quai Branly, Paris, Musée du quai Branly, , 143 p. (ISBN 978-2-915133-608)
  • Walker Evans. Photographies [exposition, Paris, Pavillon des Sessions, antenne du Musée du quai Branly au Musée du Louvre, 30 octobre 2007-13 janvier 2008], Paris, Musée du quai Branly, , 63 p. (ISBN 978-2-915133-65-3)
  • Yves Le Fur (dir.), Zéno Bianu, Monique Jeudy-Ballini, Adrienne L. Kaeppler et al., D'un regard l'autre : histoire des regards européens sur l'Afrique, l'Amérique et l'Océanie [exposition, Paris, Musée du quai Branly, 19 septembre 2006-21 janvier 2007], Paris, Musée du Quai Branly ; Réunion des musées nationaux, , 351 p. (ISBN 2-915133-32-8)
  • La Mort n'en saura rien. Reliques d'Europe et d'Océanie. [Exposition, Musée des arts africains et océaniens, 12 octobre 1999-24 janvier 2000]., Paris, Réunion des musées nationaux, , 262 p. (ISBN 2-7118-39-27-3)
  • Bangas, Mayotte, Mayotte, Éd. B'Wi !, , 112 p. (ISBN 2-9503793-0-3)
  • Jean-Pierre Cordier, La reconnaissance de soi et ses limites dans l’exposition La mort n’en saura rien. In: Culture & Musées, n°6, 2005. p. 43-63 (DOI 10.3406/pumus.2005.1372, www.persee.fr/doc/pumus_1766-2923_2005_num_6_1_1372)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Critique parue dans le journal Libération du 21 octobre 1999 », (consulté le 2 octobre 2017)
  2. « Yves Le Fur «La quasi-nudité quotidienne n’exclut en aucun cas la pudeur» », sur liberation.fr (consulté le 25 juin 2016)
  3. Arrêté du 24 janvier 2013 portant nomination à la Commission scientifique nationale des collections (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]