Jean-Yves Le Fur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Yves Le Fur
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
CréteilVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoint
Enfant
Diego Le Fur (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean-Yves Le Fur, né le à Créteil, est un homme d'affaires français, créateur de magazines, et producteur de télévision.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Après des études classiques, Jean-Yves Le Fur a été dans les années 1990 producteur pour TF1 et Canal + où il produit des documentaires liés au monde de la mode. Il produit notamment avec TF1 une série sur les top models telles que Carla Bruni, Naomi Campbell, Claudia Schiffer et Karen Mulder. La série est également diffusée sur Canal+ sous le titre "Haute Couture" avec notamment la réalisation de portraits croisés sur Karl Lagerfeld, Valentino Garavani, ….

En 1997, il fonde DS Magazine, avec la journaliste Tina Kieffer. Il s'agit de l'un des premiers magazines féminins francophones traitant des sujets de société.

En 1998 il fonde Numéro avec l'éditrice de mode Élisabeth Djian (Babette Djian) en 1998, revendus quelques années plus tard au groupe Alain Ayache. Jean-Yves Le Fur avait la même année lancé TéléSports, dont le rédacteur en chef devait être Yannick Noah, avec qui, adolescent, il jouait au tennis à Nice[1]. Ce magazine fut arrêté après cinq numéros.

Début 2000, il crée le magazine semestriel « Numéro Homme », une publication de presse mixte, alliant le monde de la mode alternative et des médias du luxe. Ce magazine a pour but de mettre en lumière des nouveau talents, en inventant de nouveaux codes esthétiques avec comme cibles stratégiques les early adopters et trend setters. En employant un style d’écriture graphique et photographique novateur, le magazine croise le monde de la Mode, de la Beauté et du Design. La volonté du fondateur est de sublimer les produits, de les transformer en icônes, dans une optique de luxe anti-conventionnel.

En 2003, Jean-Yves Le Fur fonde l'agence d'événementiel « Mad » (Made in K, filiale de K Agency du groupe HighCo) pendant 2 ans, puis devenue indépendante). Cette agence de publicité est spécialisée dans la mode et le luxe, mais également productrice de défilés et d’événements. Elle se décrit comme spécialisée dans la perception quasi instinctive des marques alliée à la connaissance des photographes, des designers, et des stylistes les plus en vue.[2]

En 2006, il lance un service nommé « Audiotel » qu’il baptisera « En Direct Avec », sur TF1 avec Bernard Arnault via son fonds d’investissement Europ@web (fililale de sa holding personnelle Agache SE). Ce service permet de discuter avec des célébrités ou des jockeys en appelant un numéro surtaxé.

A partir de 2009, il devient propriétaire de l'hôtel et petit bar-boite de nuit « Le Montana », à proximité du Café de Flore, qu'il fait rénover luxueusement et décorer par Vincent Darré. L’ensemble sera inauguré en 2015 et sera revendu en 2019 à un groupe hôtelier.

Il a créé plusieurs compagnies de jets privés, Air Corporate puis Avel Brao. Patrick le Lay, Karen Mulder, Marc Newson ou Claudia Galanti sont autant de personnalités associées à ces entreprises. Elles ont, depuis, déposé le bilan[3]

Fin 2013, il relance, avec la complicité de Frédéric Beigbeder, le magazine mensuel « Lui », devenu trimestriel depuis 2018, et qui deviendra un succès dès son départ avec des ventes autour des 150.000 exemplaires[4].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a été le compagnon de la princesse Stéphanie de Monaco[5], de l'actrice belge Marie Gillain et du mannequin néerlandais Karen Mulder.

Il a été marié à l'actrice et réalisatrice Maïwenn avec qui il a eu un enfant, Diego, né en 2003.

En 2011, Il est le témoin de mariage du mannequin, Kate Moss, la compagne de Jamie Hince[6].

En , il s'est marié avec le mannequin Małgosia Bela[7].

Références artistiques[modifier | modifier le code]

Il a inspiré deux rôles au cinéma à la réalisatrice Maïwenn, dans Pardonnez-moi et Mon roi[8].

Affaires médiatiques[modifier | modifier le code]

Le 31 mai 2020, son nom figure dans le "Black Book"[9] de Jeffrey Epstein. Jean Yves Le Fur a démenti ces accusations par voie de presse[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'ex-play-boy de la mode, aujourd'hui patron controversé de «DS», se rêve en patron de presse. Avec des méthodes musclées. Il court il court Le Fur..., Libération
  2. « Made in K - Publicité/Communication intégrée - Profil d’agence AdForum », sur fr.adforum.com (consulté le )
  3. Les mauvaises affaires du propriétaire de "Lui" - BFM Business
  4. « Le magazine Lui n'est pas à vendre », sur LEFIGARO (consulté le )
  5. Il pose avec elle en couverture du Paris Match, no 2128, du 8 mars 1990.
  6. Kate Moss dans un jardin anglais, Paris Match
  7. "Kate Moss looks chic in bandeau swimsuit as she revels in her friend's wedding celebrations in Italy", http://www.dailymail.co.uk.
  8. « Maïwenn, reine sereine », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « JEs LBB », sur Scribd (consulté le )
  10. A.L, « La "French Connection" de Jeffrey Epstein », Marianne,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]