Yume Nikki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Yume Nikki
Développeur Kikiyama

Date de sortie 2004
Licence Freeware
Version 0.10
Genre Jeu d'Exploration, Jeu Artistique, Horreur Psychologique
Mode de jeu Solo
Plate-forme Windows 98 ou plus récent

Moteur RPG Maker 2003

Yume Nikki (ゆめにっき, lit. « Journal des Rêves ») est un jeu vidéo indépendant créé par Kikiyama. Le jeu a été créé avec RPG Maker, mais il ne possède que quelques éléments du jeu vidéo de rôle.

La dernière version en date de ce jeu est la version 0.10, sortie en octobre 2007.

Le joueur y explore les rêves de Madotsuki, dans lesquels des choses surréalistes s'y trouvent, surprenantes et parfois perturbantes.

Le jeu verra la sortie de divers articles basés sur le jeu, comme des albums musicaux. Récemment[Quand ?], un projet appelé « Project Yume Nikki » voit le jour, composé d'un album Vocaloid appelé Yume Nikki no Tame no Waltz (ゆめにっきのためのワルツ, « Une Valse pour un Journal des Rêves ») fait par Machigerita est sorti en avril 2013, un manga en ligne publié gratuitement sur le site de manga en ligne Manga Life Win+ depuis le 20 mai 2013 et encore en cours, et le light novel Yume Nikki: Anata no Yume ni Watashi wa Inai (ゆめにっき —あなたの夢に私はいない—, « Yume Nikki : Dans ton Rêve, je ne suis pas »), écrit par Akira et sorti au Japon le 1er septembre 2013.

Par la suite, plusieurs fangames basés sur le même principe que Yume Nikki ont vu le jour, les plus connus étant .flow (dotflow), Yume 2kki, LcdDem, et Yume Nisshi.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le jeu commence dans la chambre de Madotsuki, qui est une hikikomori. Lorsqu'elle est éveillée, elle peut explorer sa chambre, allumer la télévision, jouer à un jeu rudimentaire sur sa Famicom appelé Nasu (ナス, lit. « aubergine »), aller dans le balcon de sa chambre, aller à son bureau (ce qui fait office de sauvegarde) ou dormir dans son lit. Si le joueur essaie de sortir de sa chambre, Madotsuki refusera catégoriquement de sortir.

La seule chose à faire est donc de dormir. Ce faisant, on accèdera au monde des rêves, là où se déroulera la totalité du jeu. En passant la porte, on accèdera d'abord au Nexus, une salle circulaire comportant douze portes menant à douze mondes différents, bouclant tous sur eux-mêmes.

Le but du jeu, tel qu'il est présenté dans le didacticiel, est de parcourus ces mondes pour collecter 24 "effets" et de les rassembler dans le Nexus pour déclencher la fin du jeu.

Il n'y a aucun combat, aucune manière de perdre ou de mourir proprement parler, et on ne rencontre qu'un seul type de PNJ hostile, les Toriningen (鳥人間, lit. « peuple-oiseau »). Les autres PNJ ne font que errer sans prendre en compte votre présence, bien que ça soit en interagissant avec eux que l'on obtient les effets nécessaires

Il apparaît donc que cette collecte d'effets n'et avant tout qu'un prétexte, le objectif réel semblant plus être l'exploration et surtout l'égarement dans ces mondes étranges, puis les sous-mondes secrets auxquels ils mènent. C'est d'ailleurs cette errance qui est récompensée, plus que la collecte des effets en elle-même, par la découverte des nombreux lieux étranges que nous amènera à traverser notre cheminement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. Version française téléchargeable
  2. Yume Nikki Wiki (EN)
  3. Understanding Yume Nikki (EN)
  4. site officiel (JP)