Journée de Jérusalem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Yom Yeroushalayim)
Aller à : navigation, rechercher
Journée de Jérusalem
La "marche des drapeaux", route de Jaffa, le 25 mai 2006.
La "marche des drapeaux", route de Jaffa, le 25 mai 2006.

Nom officiel hébreu : יום ירושלים - La journée de Jérusalem
Observé par Israël
Type fête nationale israélienne
Signification Jour anniversaire de la réunification de Jérusalem
Date 28 iyar (en vertu du contexte)
Date 2013 8 mai
Célébrations Diverses commémorations officielles, civiles et religieuses, parades...
Lié à Calendrier hébraïque

La journée de Jérusalem, (en hébreu : יום ירושלים Yom Yeroushalayim) est une commémoration célébrée annuellement à la date hébraïque du 28 Iyar, par les Juifs laïques et religieux, en Israël et dans la diaspora juive (à l'exception de la majorité des Juifs ultra-orthodoxes qui ne célèbrent pas ce jour).

Cette journée célèbre la réunification de la ville de Jérusalem (en référence au verset Psaume 122:3 יְרוּשָׁלִַם הַבְּנוּיָה כְּעִיר שֶׁחֻבְּרָה לָּהּ יַחְדָּו.) après la conquête de Jérusalem-Est par Tsahal au cours de la guerre des Six Jours le mercredi 7 juin 1967 (28 Iyar 5727), l'infanterie de Tsahal investit la Vieille Ville de Jérusalem. Les soldats arrivent au Mur occidental et le commandant de la région Centre, le général Mordehai Gur, déclare avec émotion « L'esplanade du Temple est dans nos mains ! ».

En 2009, elle s'est déroulée le 21 mai (c'est-à-dire le 27 Iyar au lieu du 28. Comme elle tombait un vendredi, elle a été avancée d'un jour). Il y avait de très nombreux adolescents avec des drapeaux, ainsi que plusieurs concerts en plein air, ce qui lui donnait un aspect très festif. Elle s'est terminée par un grand feu d'artifice sur les murailles de la vieille ville.

Rappels historiques[modifier | modifier le code]

Le plan de partage de la Palestine de 1947 prévoyait deux États indépendants, l'un juif et l'autre arabe, avec un troisième État de Jérusalem sous contrôle international. L'attaque arabe contre l'État d'Israël proclamée en 1948 conduisit à la guerre israélo-arabe de 1948 qui s'achève sur les accords d'armistice israélo-arabes de 1949 et un partage de la ville de Jérusalem suivant la ligne de front, entre sa partie orientale (dont la vieille ville) sous contrôle jordanien et la partie occidentale sous contrôle israélien.

Pendant 19 ans, la vielle ville de Jérusalem est restée sous autorité jordanienne. La présence juive fut interdite y compris sur les lieux saints du judaïsme. Des profanations et des destructions de synagogues et de cimetières y ont été rapportées également.

Lorsque Tsahal conquiert Jérusalem-Est à l'issue des combats de la guerre de 1967 (le 28 Iyar 5727), Israël déclare officiellement « Jérusalem réunifiée et capitale éternelle et indivisible du peuple juif ». Le cessez-le-feu est décrété le 11 juin 1967. La Knesset reçoit la proposition de loi gouvernementale sur l'administration de Jérusalem dès le 27 juin.

Le 12 mai 1968, le gouvernement israélien proclame le 28 Iyar comme un jour férié en tant que "Journée de Jérusalem". Le 23 mars 1998, la Knesset décide de faire de ce jour une fête nationale. La communauté juive la commémore comme la "libération" de la vieille ville et de ses lieux saints.

Comme pour la Journée de l'indépendance d'Israël, le Grand Rabbinat d'Israël a décrété que chaque année, la Journée de Jérusalem devrait être célébrée dans la joie, notamment par des prières et coutumes religieuses particulières.


Voir aussi[modifier | modifier le code]