Yann ar Floc'h

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yann ar Floc'h
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
PleybenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Yann ar Floc'h ( - ), nom de plume de Jean Le Page[1], est un folkloriste breton. Il a recueilli les traditions orales du pays de l'Aulne dans le département du Finistère pour les publier dans des revues bretonnes. Il fait alors partie des rares folkloristes à publier ce genre de collectage en langue bretonne[2]. Ces textes sont compilés de manière posthume dans le recueil Koñchennou Eus Bro ar Ster Aon (« Contes du pays de l'Aulne »). L’intérêt de l'œuvre de Yann ar Floc'h n'a pas été reconnu de son vivant.

Collectages et publications[modifier | modifier le code]

Entre 1904 et 1911, il publie les différents contes en langue bretonne qui forment le recueil Koñchennou eus Bro ar Ster Aon (« Contes du pays de l'Aulne ») dans des revues[3], notamment Kroaz ar Vretoned et Ar Vro. Yann ar Floc'h a notamment rassemblé en 1905 la plus longue version orale connue de l'histoire du roi Marc'h[4], version qui présente un grand intérêt en matière d'étude du personnage[5]. Ces contes forment « la narration originale de traditions folkloriques »[3] et sont représentatifs du renouvellement de la littérature bretonne populaire en prose au début du XXe siècle[6]. En 1950, les contes publiés dans des revues sont réédités par Yeun ar Gow, avec un avant-propos, dans un unique ouvrage[3] en langue bretonne d'origine, publié à Quimper chez Dault[4].

Le pays de l'Aulne, où Yann ar Floc'h a collecté ses récits en langue bretonne.

Postérité[modifier | modifier le code]

L’intérêt des collectages et des écrits de Yann ar Floc'h en langue bretonne n'a pas été reconnu de son vivant, mais ses textes sont repris dans des publications plus tardives. Des écrits de Yann ar Floc'h font partie des manuscrits légués par Joseph Ollivier à la bibliothèque municipale de Rennes en 1957 : Kontadennou gwechal-goz-koz et Yan Seitek[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frañses Favereau, Anthologie de la littérature de langue bretonne au XXe siècle: partie 1900-1918, Skol Vreizh, 2001, (ISBN 2911447573 et 9782911447570), p. 196-197
  2. John Thomas Koch et Antone Minard, The Celts: History, Life, and Culture, ABC-CLIO, 2012, (ISBN 1598849646 et 9781598849646), p. 350
  3. a b et c Cormerais 1957, p. 520
  4. a et b Gwenc'hlan Le Scouëzec, Arthur, Roi Des Bretons D'Armorique, Le Manoir du Tertre, 1998, (ISBN 291347800X et 9782913478008), p. 589
  5. Philippe Carrer, Œdipe en Bretagne: essai d'ethnopsychiatrie, vol. 13 de Domaines de la psychiatrie, Privat, 1986, (ISBN 2708978136 et 9782708978133), p. 96
  6. Hervé Abalain, Histoire de la langue bretonne, Vol. 10 de Les universels, éditions Jean-paul Gisserot, 2000, (ISBN 2877475239 et 9782877475235), p. 110
  7. Bernard Daniel, « Inventaire des manuscrits légués par Joseph Ollivier à la Bibliothèque municipale de Rennes », Annales de Bretagne, t. 64, no 4,‎ , p. 484 (DOI 10.3406/abpo.1957.2033, lire en ligne, consulté le 19 mars 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Cormerais, « Yann ar Floc'h. Koñchennou Bro ar Ster Aon », Annales de Bretagne, vol. 64, no 4,‎ , p. 520 (lire en ligne, consulté le 18 mars 2014)
  • (br) Albert Trévidic, « Kontadennoù Yann ar Floc'h eus parrez Travrin ha Jan-Louilh Rolen eus parrez Kergrist-Moelou », HY, nos 156-57.3,‎ , p. 86