William John Adie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
William John Adie
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
Nationalités
Formation
Activité
Autres informations
Conflit
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cette section ou cet article est une traduction incomplète. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Vous pouvez modifier la page pour effectuer la traduction.

William John Adie, né le à Geelong, en Australie, et mort le est un médecin et neurologue britannique connu pour sa description du syndrome d'Adie et de la narcolepsie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il effectue sa scolarité à la Flinder's School, mais doit l'abandonner dès l'âge de 13 ans pour servir de soutien à sa famille après le décès de son père, survenu en 1899[1]. Il travaille comme commis dans un bureau et son employeur ayant remarqué ses facultés d'apprentissage finance ses cours du soir. C'est ainsi qu'Adie réussit ses examens d'entrée à l'université. Un médecin de Geelong, Arthur South, lui suggère alors de se lancer dans des études médicales[1] et, dans ce but, un oncle de Boston lui offre un billet aller simple de £19 pour l'Angleterre. Il s'inscrit à l'université d'Édinbourg et grâce à l'aide de son oncle et à une bourse d'études[1], il y obtient son diplôme en 1911[2]. Par la suite, il s'oriente vers la neurologie, et profite d'un voyage d'études d'une année pour se familiariser avec cette spécialité à Berlin, Vienne, Munich et Paris.

Durant la première Guerre mondiale, il combat en France, d'abord comme médecin officier au Northamptonshire Regiment dont il est l'un des rares survivants après la bataille de Mons, à cause de la rougeole qui l'empêche d'y participer[1]. Il est ensuite affecté au Leicestershire Regiment, et s'y distingue en sauvant plusieurs soldats lors d'une attaque aux gaz en 1916, en improvisant des masques à gaz faits de vêtements imbibés d'urine[3]. C'est au cours d'une permission qu'il épouse, la même année, Lorraine Bonar, avec qui il aura deux enfants. Il sert ensuite en qualité de neurologue au 7e Hôpital Général (7th General Hospital)[2] où il participe à la prise en charge des patients traumatisé crâniens[4].

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Notice biographique sur le site « Who Named It? »
  2. a, b, c, d et e (en) Obituary of William John Adie. Br Med J. 1935; March 23, 1, 3872 : 624-5. Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « bmj » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  3. (en) Barry G. Firkin, Judith A. Whitworth. Dictionary of Medical Eponyms Informa Health Care, 2001. (ISBN 9781850703334)
  4. (en) Adie WJ, Wagstaffe WW. A note on a series of 656 cases of gunshot wound of the head, with a statistical consideration of the results obtained. Medical Research Committee Statistical Reports, no. 1. London: Stationery Office, 1918.
  5. a et b (en) Pearce JM, « William John Adie (1886–1935) », J. Neurol. Neurosurg. Psychiatr., vol. 75, no 8,‎ , p. 1111 (PMID 15258210, PMCID 1739159, DOI 10.1136/jnnp.2003.020321, lire en ligne)
  6. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées whonamedit.
  7. Adie WJ. Tonic pupils and absent tendon reflexes: a benign disorder sui generis; its complete and incomplete forms. Brain 1932;55:98-113.
  8. Adie WJ, Critchley M. Forced grapsing and groping. Brain 1927;50:142-70.
  9. Adie WJ. Idiopathic narcolepsy: a disease sui generis: with remarks on the mechanism of sleep. Brain 1926;49:275-306.

Lien externe[modifier | modifier le code]