Wild West Shows

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Buffalo Bill's wild west and congress of rough riders of the world - Affiche montrant des cowboys escortant des bovins et un portrait du Col. W.F. Cody sur son cheval. v. 1899

Les Wild West Shows sont des spectacles itinérants à grand déploiement aux États-Unis et en Europe qui connaissent un succès populaire écrasant dans les années 1870 à 1930. Avec les dime novels (« romans à deux sous »), ils scénarisent les stéréotypes du cowboy et de l'indien et font revivre, à travers le prisme déformant du spectacle et de la littérature, les mythes de la conquête de l'Ouest encore toute récente. L'invention puis la diffusion du cinéma au début du XXe siècle prolonge cette mythification à travers les westerns[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le plus célèbre d'entre eux est le Wild West Show de Buffalo Bill, qui crée a compagnie en 1883 et lance la même année à Omaha (Nebraska) son spectacle qui tourne jusqu'en 1913. Les spectacles montrent à un large public de nombreux numéros et personnalités du Far West, et une version romancée de l'Ouest américain.

Martha Jane Cannary Hickok, surnommée Calamity Jane, participe plusieurs années au Wild West Shows avec Bill Cody, surnommé Buffalo Bill, en Amérique et en Europe. C'est ce qu'on peut lire dans ses Lettres à sa fille[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les spectacles commencent par une parade dans la ville, se déroulent en plein air et durent parfois jusqu’à quatre heures ! On y présente des numéros de tirs, des courses de chevaux ou encore des représentations de scènes de chasse avec de véritables bisons. De nombreux tableaux recréent des moments historiques marquants (la défaite du Général Custer en 1876, la fusillade d’OK Corral, etc.) ou des scènes « trépidantes » de la vie dans l’Ouest (le vol d’un train, une attaque de Sioux, etc.)[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Gutleben, Le cinéma américain face a ses mythes, L'Harmattan, , p. 25
  2. Lettres éditées chez Payot-Rivages
  3. Michel Lapierre, « Les Wild West Shows », Centre national des Arts,‎ , p. 15.

Voir aussi[modifier | modifier le code]