Wikipédia:Nouvelles du Wikilab/2013-04-03

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Compte-rendu hebdomadaire des travaux scientifiques sur Wikipédia
· S'inscrire · Se désinscrire ·
Nouvelles du Wikilab

Les Nouvelles du Wikilab visent à présenter des études scientifiques ayant Wikipédia pour objet de recherche.

La sélection reprend généralement les travaux mentionnés dans la Research Newsletter de Meta-Wiki. Elle apporte pour chacun d'entre eux des précisions complémentaires.

Les Nouvelles du Wikilab complètent la future revue de recherche Wikilogie, qui publiera essentiellement des travaux inédits.

Éditorial[modifier le code]

Je m'excuse par avance de la longue durée de gestation de ce 4e numéro, qui paraît avec trois semaines de retard. J'ai été accaparé par divers autres projets, certains d'ailleurs pour la bonne cause : je viens de soumettre deux articles de recherche sur Wikipédia qui devraient paraître au cours du 2d trimestre 2013 ; j'en diffuserai très prochainement une version dite preprint sur Wikipaper.

La parution devrait pouvoir reprendre sur un rythme hebdomadaire régulier. J'ai mis à profit ce petit temps de latence pour introduire quelques innovations : une section tutoriel qui devrait intéresser certains chercheurs en Wikilogie, notamment ceux, plus nombreux qu'on ne le croit, qui n'ont pas de formation en informatique. Il existe aussi maintenant un compte sur Twitter, qui relaiera les parutions scientifiques les plus récentes : @NdWikilab.

Enfin, le projet Wikilogie commence à se concrétiser. Même s'il reste encore pas mal de questions élémentaires à résoudre (notamment l'organisation de l'évaluation par les pairs), cela devrait se décanter au cours des prochaines semaines.

Alexander Doria (d) 1 avril 2013 à 20:40 (CEST)

L'archéologie de Wikipédia[modifier le code]

Les études historiques sur l'encyclopédie en ligne restent peu nombreuses. Les historiens hésitent à s'approprier un objet récent qui s'intègre dans un cadre (la contribution collaborative sur support numérique) peu naturalisé par la discipline.

Pourtant, la demande est forte. En revendiquant le statut d'encyclopédie, Wikipédia s'inscrit dans une généalogie formelle de grande ampleur. On voit ainsi surgir des interrogations récurrentes sur le caractère encyclopédique ou non de telle ou telle démarche. Seule une mise en perspective historique permet d'apporter des éléments de résolution à ce type de questionnement. Ce n'est sans doute pas un hasard si le vote préparatoire à la remise du prix Wikimédia France de la recherche a distingué le travail d'un historien, Roy Rosenzweig.

Wikipédia et la production encyclopédique[modifier le code]

Cette étude est née d'une critique. Dans un compte-rendu publié en 2011, un historien dixhuitiémiste, Jeff Loveland, s'interrogeait sur la validité de certaines assertions du grand ouvrage de Joseph Reagle sur Wikipédia, Good Faith Collaboration. Le caractère supposément inédit de certaines pratiques wikipédiennes le laissait sceptique. Par exemple, la prétention à appliquer la neutralité de point de vue représente peut-être une rupture avec les encyclopédies du XXe siècle, mais elle a déjà été régulièrement formulée au cours des siècles passés. De manière encore plus surprenante, Loveland évoque également l'antiquité du fonctionnement collaboratif : la Bibliothèque universelle de Vincenzo Coronelli ou l'Universal-Lexicon de Johann Heinrich Zedler réclamaient une intervention active de leur lectorat <Note d'Alexander Doria : il convient de noter que jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, il n'existait pas encore une spécialisation disciplinaire complète. La séparation amateur/expert était beaucoup moins prononcée qu'aujourd'hui et on trouvait beaucoup plus de profils transdisciplinaires>

Reagle prend connaissance de ces remarques. Il les trouve amplement justifiées : sa connaissance de l'histoire des encyclopédies se limite plutôt au XXe siècle. En fait, elles confortent certaines de ses appréhensions. Il avait notamment à l'esprit cette citation de la préface de la Cyclopaedia (l'équivalent anglo-saxon de l'Encyclopédie de Diderot et D'Alembert, qui en dérive d'ailleurs directement) qui annonce à certains égards la neutralité de point de vue : « Le rédacteur d'un dictionnaire, comme l'historien, vient après l'événement ; il donne avant tout une description de ce qui s'est passé (…) il ne doit pas prendre parti dans les faits qu'il relate ; pas plus que l'historien il ne doit plus chercher à les embellir ou à en proposer une signification » <Note d'Alexander Doria : traduction personnelle de l'original>

Sous ces auspices favorables, les deux auteurs prennent contact, et décident de conjuguer leurs expertises respectives. Wikipédia and Encyclopedic Production (Wikipédia et la production encyclopédique) prend ainsi le contrepied d'un discours souvent entendu : Wikipédia ne marque pas une révolution mais une restauration. Des pratiques anciennes, passées de mode suite au développement du paradigme de la grande encyclopédie commerciale de type Britannica, redeviennent d'actualité. Reagle et Loveland évoquent notamment trois activités spécifiques :

  • La collection compulsive : les encyclopédies anciennes ne sont pas produites par des employés, mais généralement par des compilateurs passionnés, capable de consacrer leur vie à résumer et synthétiser les travaux des autres. Rétrospectivement, cette catégorisation permettrait d'expliquer pourquoi les wikipédiens consacrent plusieurs heures par jour à un travail de rédaction encyclopédique qui ne leur apporte aucun avantage immédiatement visible.
  • L'accumulation stigmergique. La stigmergie est un terme spécifique à la biologie comportementale : elle désigne le fait d'altérer un environnement en y déposant des signes reconnus par une collectivité donnée (par exemple, des fourmis déposent des phéromones pour que d'autres fourmis puissent suivre leur trace). De manière similaire, jusqu'au XIXe siècle la compilation encyclopédique se conçoit comme une accumulation de traces : de circulations en circulations le texte de départ est de plus en plus altéré et modifié. Dans un cadre légal où le droit d'auteur n'existe pas, il n'y a aucune limite aux réutilisations et aux reformulations. Les historiques de Wikipédia reproduisent cette formation du texte par accrétion : un auteur reprend une publication et y ajoute quelque chose. Dans les deux cas, le texte encyclopédique s'apparente étroitement à un document archéologique, fait de plusieurs strates auctoriales fondues en un seul corps.
  • La production non corporative : l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert reprendre une construction alternative à l'encyclopédie entrepreneuriale du XXe siècle[pas clair]. Le contenu est décidé non par un groupe éditorial mais par une communauté d'auteurs qui tente de s'auto-organiser au prix de multiples débats internes. Ces auteurs ne sont pas tous experts. Il s'agit bien souvent d'amateurs éclairés, avant tout désireux de synthétiser les travaux scientifiques de leur temps.

Reagle et Loveland concluent leur étude en espérant avoir fait définitivement vaciller le mythe d'une Wikipédia an-historique, qui représenterait un objet totalement inconnu. Ils espèrent également que la mise en évidence de tous ces précédents ignorés permettra par contre-coup de mieux comprendre l'organisation de Wikipédia, qu'il s'agisse des interrogations récurrentes sur les motivations des contributeurs ou sur le rôle auto-organisationnel de la communauté.

Une pluralité d'optiques…[modifier le code]

Plusieurs autres études contribuent à envisager Wikipédia dans une perspective historique de longue durée :

  • Dans Pour un humanisme numérique Milad Doueihi soutient que Wikipédia est partie prenante d'une culture anthologique. L'acte d'écriture repose non sur la construction ex nihilo d'une totalité originale, mais sur l'agrégation constante de formes textuelles disjointes. Cette activité de compilation est indissociable d'un abandon du texte : la synthèse ainsi produite est rendue disponible pour des modification ultérieures. Toute ceci contribue à changer notre représentation de l'auteur, mais aussi, et même surtout, notre représentation de la temporalité du texte : ce n'est plus une œuvre close, délivrée une fois pour toute, mais une construction permanente, sans cesse actualisée et remobilisée. Fin connaisseur de l'histoire des formes textuelles, Doueihi ne trouve rien de semblable à cette mutation dans le passé. Partie des mêmes interrogations que Wikipédia et la production encyclopédique, il aboutit à des conclusions inverses <Note d'Alexander Doria : par-delà cette contradiction apparente, les deux approches ne s'excluent pas. Il se peut tout à fait que l'encyclopédie en tant que forme se prête mieux à cette nouvelle culture anthologique — ce que souligne a contrario, l'échec relatif d'autres projets comme Wikinews>
  • Un article de Mayo Fuster Morell prend la question de l'historicité de Wikipédia sous un autre angle. Il ne s'intéresse pas à l'héritage sémiotique du format encyclopédie, mais à l'inscription du projet dans une nouvelles modalité d'organisation sociale : les communautés créatives en ligne. Morell prend comme point de départ une hypothèse également retenue par Fred Turner : ces communautés sont nées de la rencontre entre deux imaginaires culturels distincts, celui, technique, du hacker et celui, scientifique et académique, de la sociologie constructiviste. La jointure de ces deux mouvements s'effectue par prise de conscience successives : on passe ainsi de la conceptualisation d'un free software à celle, actuellement en cours, d'une free culture. Morell considère que Wikipédia constitue l'archétype de cette nouvelle conception des relations humaines : l'encyclopédie se situe par-delà le spectre politique en vigueur dans le monde réel. La communauté s'agrège non en fonction d'idées partagées mais autour de la volonté de réaliser un programme spécifique.
  • L'université Paris-VIII organisait un colloque les 28 et 29 mars sur le devenir de l'idée d'encyclopédie à l'ère de la numérisation. Assez curieusement, la plupart des interventions se focalisaient davantage sur l'encyclopédie au XVIIIe siècle. Parmi les communications vraisemblablement wikipédiennes, on note celle de Milad Doueihi, « Tâtonnements encyclopédiques à l’ère numérique ». <Note d'Alexander Doria : je n'ai pas trouvé de compte-rendu de cet événement. Si vous y avez assisté, n'hésitez pas à publier vos impressions dans une prochaine édition des Nouvelles du wikilab.>

Varia[modifier le code]

  • Des universitaires américains se sont intéressés aux effets de la page de discussion sur le lecteur de Wikipédia. Dans l'esprit du concepteur du système wiki, Ward Cunningham, les pages de discussions contribuent à accroître la crédibilité des informations publiées : elles ne sont en effet pas le produit d'un seul individu, toujours faillible, mais d'une coordination collective capable de s'autocorriger. Or, Your process is showing: controversy management and perceived quality in wikipedia montre que les effets sont bien plus complexes. Des étudiants exposés à des pages de discussion étendues perdent confiance en l'article ; il devient à leurs yeux trop polémique et controversé. Paradoxalement, ils ont davantage confiance en Wikipédia dans son ensemble. <Note d'Alexander Doria : cette étude est intéressante car elle met en évidence le caractère assez contre-intuitif de la rédaction encyclopédique (voire scientifique au sens large). Le lecteur moyen s'attend à rencontrer des vérités brutes et absolues, alors que la construction du fait scientifique/encyclopédique requiert la plupart du temps un processus collaboratif complexe>
  • Un mémoire de Master étudie l'attitude de 94 universitaires anglais à l'égard de Wikipédia. La plupart d'entre eux s'accordent à penser que Wikipédia a significativement progressé. Néanmoins, sur sa valeur dans l'absolu on observe un net clivage. Certains considèrent que l'encyclopédie est complètement en dehors du champ de l'université. Ils excluent d'y participer essentiellement pour des raisons de cohérence sociologique : l'un des sondés va jusqu'à remarquer que ce serait un véritable suicide académique (academic suicide). D'autres sont beaucoup plus ouverts. Ils affirment avoir déjà eu plusieurs fois l'envie d'y contribuer mais y ont finalement renoncé par manque de temps.

Initiation : traiter les données de Wikipédia[modifier le code]

À partir du prochain numéro les nouvelles du Wikilab accueilleront une section tutoriel récurrente, visant à introduire les techniques de recherches les plus couramment utilisées en Wikilogie. La première série portera sur l'analyse statistique des contributions. Il existe aujourd'hui de nombreux outils, recensés par la page Research:Data sur Meta-Wiki. Cela dépend évidemment de l'optique générale de la recherche, mais il n'est plus obligatoire d'importer la base de données souvent considérable du projet analysé — à titre d'exemple, le dump complet de la Wikipédia francophone pèse plus de 10 Go. On se focalisera plutôt sur des outils plus petits et plus maniables, comme l'API.

Enfin, les tutoriels seront assez accessibles. Il est possible de les suivre sans maîtriser aucun langage de programmation.

Bibliographie[modifier le code]

  • (en) Jeff Loveland et Joseph Reagle, « Wikipedia and encyclopedic production », New Media & Society, vol. 15, no 2,‎
  • (en) Mayo Fuster Morell, « An Introductory Historical Contextualization of Online Creation Communities for the Building of Digital Commons: The Emergence of a Free Culture Movement », Proceedings of the 6th Open Knowledge Conference, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne) libre accès
  • Milad Doueihi, Pour un humanisme numérique, Seuil, , 244 p., p. 105-138
  • (en) W. Ben Town, Aniket Kittur, Peter Kinnaird et James Herbsleb, « Your process is showing: controversy management and perceived quality in wikipedia », Proceedings of the 2013 conference on Computer supported cooperative work,‎ , p. 1059-1068 (présentation en ligne)
  • (en) Timothy A. Burnett, Accommodating the Wikipedia Project in Higher Education: A University of Windsor Case Study, University of Windsor, , 92 p. (lire en ligne) libre accès

Discussion[modifier le code]

N'hésitez pas à discuter ci-dessous les informations publiées sur cette page (ou à apporter des compléments aux études scientifiques présentées) :

Remarques de Gentil Hibou (d · c · b)[modifier le code]

  • Je ne suis pas allé voir l'étude de Loveland et Reagle mais si je me fie à ton compte rendu c'est le genre de travaux qui prennent volontairement le contrepied de la pensée dominante (qui serait ici « Wikipédia est une révolution dans le monde de l'encyclopédie ») pour faire valoir un point de vue inverse (ici « mais non, mais non, Wikipédia est une restauration »). Passer d'un extrême à l'autre n'est pas tenable, et sera vite démenti. Le balancier trouvera dans de prochaines études un point central moins sexy, moins buzzesque, mais scientifiquement plus juste. Car on peut facilement objecter à Loveland et Reagle que des différences énormes existent entre les anciens compilateurs/encyclopédistes et les wikipédiens. Les conditions technico-sociales de l'élaboration du savoir sont radicalement différentes, Wikipédia étant une encyclopédie de l'ère des masses avec une grande facilité de diffusion de l'information. De plus le système wiki donne à voir l'élaboration de l'encyclopédie, alors que les productions des siècles précédents ne pouvaient avoir ce statut de meta-encyclopédie. Il y a donc bien une profonde originalité du « phénomène Wikipédia » qui la distingue de tout ce qui a précédé. Après on peut discuter de l'opportunité de parler d'une « révolution » encyclopédique, mais le débat se déplace alors quasiment sur le terrain de la linguistique.
  • Dans le prolongement de ce qui précède, et dans le droit fil de ce qu'écrivent Milad Doueihi et Mayo Fuster Morell, on peut s'interroger sur l'existence d'une « culture wikipédienne » spécifique. Une piste possible est celle d'un lien avec la culture geek : ce billet récent de Denis Colombi, qui ne cite pas Wikipédia, pose à mon avis des bases solides pour envisager un lien structurel entre culture geek et Wikipédia. La diversité des contributeurs de Wikipédia invite cependant à élargir l'horizon : il y a bien d'autres profils que les geeks et les amateurs éclairés.

Gentil Hibou mon arbre 6 avril 2013 à 07:13 (CEST)