When the looting starts, the shooting starts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

« When the looting starts, the shooting starts », pouvant se traduire en français par « Quand le pillage commence, la fusillade démarre »[1] ou « Si les pillages commencent, les tirs commencent »[2], est une citation de Walter E. Headley, chef de police de Miami, prononcée en 1967 en réponse à une vague de violences qui survient lors des vacances des fêtes de fin d'année[3],[4]. Il accuse de « jeunes voyous âgés de 15 à 21 »[trad 1] ans de « profiter du mouvement afro-américain des droits civiques[trad 2] » qui touche alors les États-Unis.

Ayant ordonné à ses subordonnés de contenir la violence avec des fusils de chasse, Headley déclare à la presse « nous ne nous préoccupons pas d'être accusés de brutalité policière[trad 3][3],[5]. »

Analyse[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, la charge raciste de la phrase est sans équivoque[1].

Reprise[modifier | modifier le code]

La phrase est reprise par le gouverneur George Wallace lors de sa campagne présidentielle de 1968 (en)[5].

La phrase est également reprise le sur Twitter par le président américain Donald Trump en réponse aux émeutes liées à la mort de George Floyd[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « young hoodlums, from 15 to 21, »
  2. (en) « advantage of the civil rights campaign »
  3. (en) « we don't mind being accused of police brutality. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le racisme se perpétue et multiplie les victimes », sur Le Devoir.
  2. « Twitter se résout à modérer Donald Trump après son Tweet sur les émeutes »,
  3. a et b (en) « Words Fail; Miami Cops Get Tough with Negro Thugs », Standard-Speaker,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 29 mai 2020) Accès libre
  4. (en-US) Michael Wines, « ‘Looting’ Comment From Trump Dates Back to Racial Unrest of the 1960s », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2020)
  5. a et b (en) Rebecca Shabad, « Where does the phrase 'When the looting starts, the shooting starts' come from? », sur NBC News, (consulté le 29 mai 2020)
  6. (en) Terence McArdle, « How three violent days gripped a black Miami neighborhood as Nixon was nominated in 1968 », Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2020)
  7. Zone International- ICI.Radio-Canada.ca, « Twitter signale un nouveau message de Trump, cette fois au sujet de Minneapolis », sur Radio-Canada.ca