Wallaby de Grey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Macropus greyi

Le Wallaby de Grey (Macropus greyi) est une espèce de wallaby, aujourd'hui éteinte, qui vivait dans le sud-est de l'Australie-Méridionale et le sud-ouest de l'État de Victoria, en Australie. Il était relativement commun jusque vers 1910, mais très rare dès 1923 du fait de la chasse intensive à laquelle il fut soumis, notamment pour sa fourrure, de l'introduction du renard dans son habitat naturel et de la destruction de ce dernier par l'homme. Le dernier individu attesté meurt en captivité en 1939.

Anatomie[modifier | modifier le code]

Poids et mensurations des individus adultes[modifier | modifier le code]

Le macropus greyi mâle avait une longueur de la tête au corps de 80-81 cm. Sa queue mesurait 71-72 cm et il pesait environ 8 kg. En revanche, la longueur de la tête au corps de la femelle était de 84 cm. Comme les mâles, la queue de la femelle mesurait 71 cm et la femelle pesait environ 8 kg[1],[2]

Variations de pelage[modifier | modifier le code]

Le macropus greyi avait un pelage de couleur gris fauve avec des parties déclives blanc grisâtre en dessous. Ses oreilles étaient noires et blanches. Il avait une raie faciale blanche ou noire avec plusieurs rayures grises sur la croupe. Il avait également une crête de poils clairs sur la queue. Il n'y avait pas de dimorphisme sexuel[3].

Répartition et Habitat[modifier | modifier le code]

Climats, reliefs et types de végétation préférentielle[modifier | modifier le code]

Le Macropus greyi affectionnait un climat tempéré et humide voire marécageux et préférait un relief plat et ondulé dont la végétation était caractérisée par des bois peu denses d'eucalyptus, des prairies ou pâturages entre les landes et hautes prairies[1],[4] Le macropus greyi a utilisé des peuplements de chênes caudaux comme abri[4].

Extinction[modifier | modifier le code]

La cause de leur extinction était le drainage et défrichage presque complet de leur habitat. Les terres sur lesquelles ils vivaient étaient humides donc exploitées pour l'agriculture[1]. Dans les années 1930, on a tenté la capture en masse de Wallaby de Grey pour qu’ils se reproduisent en captivité mais cela s’est révélé désastreux car la majorité d’entre eux sont morts pendant la capture[3].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « LA REPRODUCTION DES KANGOUROUS, WALLABIES, ET WALLAROUS DU GENRE MACROPUS : ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE », sur http://theses.vet-alfort.fr/, (consulté le 17 janvier 2017)
  2. « GESTION ET PATHOLOGIE EN CAPTIVITÉ DES KANGOUROUS, WALLABIES ET WALLAROUS DU GENRE MACROPUS », sur http://oatao.univ-toulouse.fr/, (consulté le 17 janvier 2017)
  3. a et b (en) Atlas of Living Australia, « Macropus greyi  : Toolache Wallaby | Atlas of Living Australia », sur bie.ala.org.au (consulté le 31 janvier 2017)
  4. a et b « Macropus greyi (Toolache Wallaby) », sur www.iucnredlist.org (consulté le 31 janvier 2017)