Virgil Solis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Virgil Solis
Image dans Infobox.
Portrait de Virgil Solis, Gravure de Balthasar Jenichen, 1562.
Naissance
Décès
Activités
Lieu de travail
Père
Hans Solis (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Hans Solis (d)
Endres Solis (d)
Nikolaus Solis (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Virgil Solis, né en 1514 et mort le à Nuremberg, est un illustrateur et graveur allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1514, Virgil Solis reçoit probablement sa formation artistique de son père Hans. Peintre, ce dernier ne devient citoyen de la ville de Nuremberg qu'en 1525. Le , il épouse Dorothea Dalmenin qui lui donnera trois enfants Hans, Niklaus et Andreas. C'est l'acte de mariage qui atteste pour la première fois sa présence à Nuremberg à cette date. L'atelier qu'il dirige produit essentiellement des estampes isolées (principalement des gravures sur cuivre) ou des illustrations d'ouvrages imprimés (principalement des gravures sur bois). Habituellement marquées du monogramme VS, les estampes qui nous sont parvenues dépassent le nombre de deux mille.

Œuvre[modifier | modifier le code]

L'œuvre abondante de Virgil Solis a fait l'objet d'études récentes. Notons celles de O'Dell-Franke en 1977[1], de Peters en 1987[2] et de Beaujean entre 2005 et 2006[3].

La célèbre estampe connue sous le nom de La Société des anabaptistes (fig. 1) a été gravée par Virgil Solis d'après un dessin d'Aldegrever, elle est décrite dans Le Peintre graveur d'Adam Bartsch[4] qui en fait l'éloge : « Cette estampe est la plus considérable de l'œuvre de V. Solis. Elle est très bien gravée, et a été souvent prise pour une pièce gravée par Aldegrever même. »

Aux Beaux-Arts de Paris est conservé un dessin de Solis : Persée et Andromède (plume, encre de Chine, H. 0,137 ; L. 0,186 m)[5]. Daté de 1557, il fait partie des trois dessins conservés des années 1550, avec Jupiter et un Putto dansant, tous deux au Kupferstichkabinett de Berlin. Le sujet du dessin des Beaux-Arts n'est pas identifié avec certitude[6].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. O'Dell-Franke 1977.
  2. Peters (ed.) 1987.
  3. Beaujean 2004-2006.
  4. Bartsch 1808, p. 277.
  5. « Persée et Andromède », sur Cat'zArts
  6. Sous la direction d'Emmanuelle Brugerolles, Dürer et son temps. Dessins allemands de l'Ecole des Beaux-Arts, Beaux-arts de Paris les éditions, , p. 144-147, Cat. 21

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adam Bartsch, Le peintre graveur, vol. 9, Vienne, , 277 p.
  • Emmanuelle Brugerolles (dir.), Albrecht Dürer et son temps : De la Réforme à la guerre de trente ans, Paris, École nationale des beaux-arts de Paris, , 576 p. (ISBN 978-2-84056-377-8)
  • (de) Ilse O'Dell-Franke, Kupferstiche und Radierungen aus der Werkstatt des Virgil Solis, Wiesbaden, Steiner, .
  • (en) Jane S. Peters (ed.), « German Masters 1550-1600: Virgil Solis », dans The Illustrated Bartsch, vol. 19, New York, Abaris Books, (ISBN 0-89835-019-0).
  • (en) Dieter Beaujean (compil.) et Giulia Bartrum (ed.), The New Hollstein, German Engravings Etchings and Woodcuts 1400-1700 : Virgil Solis Vol. texte Part I, II, III ; vol. illustrations Part I, II, III, IV et V, Rotterdam, Sound & Vision publishers, 2005-2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :