Vincenzo Righini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un compositeur image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un compositeur italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet musique classique.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Vincenzo Righini
Vincenzo Righini by Friedrich Wilhelm Bollinger.jpg

Vincenzo Righini.
Potrait par Friedrich Wilhelm Bollinger.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
BologneVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de travail
Activités
Autres informations
Tessiture
Genre artistique

Vincenzo Righini, né le à Bologne où il est mort le , est un professeur de chant et compositeur italien d'opéras napolitains.

Biographie[modifier | modifier le code]

Righini fit ses études musicales dans la maîtrise du chœur de Saint-Pétrone, puis reçut du Padre Martini des leçons de contrepoint, et apprit l'art du chant dans l'école de Bernacchi. À l'âge de dix-neuf ans (1775), il débuta sur le théâtre de Parme, et se fit applaudir par sa bonne méthode plutôt que par la beauté de sa voix. L'année suivante (1776), il fut engagé au théâtre de Prague, et commença à s'y faire connaitre comme compositeur par des morceaux qu'on intercalait dans les opéras bouffes de cette époque, puis par ses premiers opéras. Après un séjour de trois années à Prague, il se rendit à Vienne et fut choisi par l'Empereur Joseph II pour enseigner le chant à l'archiduchesse Elisabeth, qui plus tard devint duchesse de Wurtemberg. L'empereur le chargea également de la direction de l'Opéra Bouffe italien de sa cour. Le séjour de Righini à Vienne fut de huit années. Il partit pour Mayence le , où il avait été nommé Kapellmeister de l’archevêque Friedrich Karl Joseph von Erthal et après Karl Theodor Anton Maria von Dalberg. C’était le premier Italien à être nommé à ce poste. En 1788, il accepta la place de maître de chapelle de l'électeur de Mayence, et cette nouvelle position lui fournit l'occasion d'écrire quelques-uns de ses meilleurs ouvrages, particulièrement une messe solennelle composée pour l'élection de l'empereur, et exécutée à Francfort en 1790. Deux ans après, le roi de Prusse, Frédéric-Guillaume II, l'appela à Berlin pour écrire l'opéra sérieux Enea nel Lazio. Le succès de cet ouvrage fit choisir le compositeur pour directeur de la musique du théâtre royal, au mois d'avril 1793, en remplacement d'Alessandrini, avec des appointements de quatre mille écus de Prusse. Cette heureuse position détermina Righini à se marier avec Henriette Kneisel (1767-1801)[1], cantatrice distinguée, qu'il avait connu aux théâtres de Mayence et de Francfort. Depuis lors il conserva sa place à Berlin jusqu'à sa mort, et ne s'éloigna de cette ville que pour faire un voyage à Hamburg avec sa femme. Vers la fin de sa vie, il fut attaqué d'une "maladie calculaire" : on lui conseilla d'essayer de l'air natal pour rétablir sa santé. Arrivé à Bologne, il y subit deux fois l'opération ; à la suite de la seconde, il mourut le 19 août 1812, à l'âge de cinquante-six ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Righini a écrit pour la scène :

-La Vedova scaltra (Goldoni), opera buffa, son premier ouvrage dramatique, représenté à Prague en 1778.

-La Bottega del cafè, opera buffa

-Don Giovanni ossia il Convitato di Pietra. C'est le même sujet que Mozart remit en musique quelques années après, dans la même ville de Prague sur le nouveau livret écrit par Lorenzo da Ponte.

-La sorpresa amorosa, cantate avec orchestre, écrite à Vienne en 1780.

-Il Natale d'Apollo, id.

-Grande Sérénade, id.

-L'incontro inaspettato, opera buffa, à Vienne, en 1785

-Il Demogorgone, ossia il Filosofo confuso

-Plusieurs scènes et morceaux intercalés dans divers opéras

-Antigono, opera seria, à Mayence en 1788. Une belle scène de cet opéra (Bérénice que fai ?) a été gravé avec accompagnement de piano

-Armide, à Aschaffenbourg

-Alcide al Bivio, à Coblence en 1789

-Enea nel Lazio, à Berlin au mois de janvier 1793

-Il Trionfo d'Ariane, à Berlin en 1795

-Atalante e Meleagro, fête théâtrale, ibid. 1797

-Armida, presque entièrement refaite, ibid. 1799, gravée en partition pour le piano, à Leipzig chez Breitkopf

-Tigrane, opera seria, ibid. 1799

-Gerusalemme liberata, ibid., 1802

-La selva incantata, opera buffa

Les partitions de ces trois derniers ouvrages ont été publiés pour le piano à Leipzig. La partition de la messe solennelle du couronnement, de Righini, a été gravée à Berlin, chez Schlesinger.

Autres ouvrages :

-Sérénade (2 cl, 2 cors, 2 bassons) ; Augsbourg, Gombart

-Sonates en trio (piano, violon, violoncelle) ; Leipzig, Heinrichs

-Concerto pour flûte et orchestre ; Augsbourg, Gombart

-Plusieurs recueil de duos pour le chant, à Berlin

-Douze Duos avec accompagnement de piano forté, paroles italiennes et allemandes, à Bonn chez Simrock (La Felicità, Il Capriccio, Il Ciglio nero, Il Bacio, La Primavera, L'Ambasciata, Il Dolore, l'Eco, La Speranza delusa, il Sogno, l'Amor, Necefsita, La sera estiva)

-Beaucoup d'ariettes italiennes, en recueils et détachées, des romances ; Hambourg, Boehme ; Berlin, Schlesinger ;

-Quelques cantates ; ibid

-un oratorio : Der Tod Jesu.

Les Exercices pour se perfectionner dans l'art du chant[1] publés par Righini, en 1804 sont d'après Fétis un des meilleurs ouvrages de ce genre [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Honegger, Dictionnaire usuel de la musique, paris, Bordas, , 916 p. (ISBN 2040270884)
  2. Fétis, Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, Paris, Claude Tchou, , 1081 p. (ISBN 2-84575-048-x), volume IV

Liens externes[modifier | modifier le code]