Vimalakîrti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Vimalakīrti en train de débattre avec le bodhisattva Manjushri. Peinture murale de la Grotte n° 103 de Mogao, Dunhuang, Chine. Dynastie Tang, VIIIe siècle.

Vimalakīrti, du sanskrit signifiant la renommée immaculée (vimala, adj.: pur, immaculé, clair, limpide; kīrti, n.f.: mention, renommée, gloire). Vimalakīrti, selon le texte du Grand Véhicule qui porte son nom le Soutra de l'enseignement de Vimalakīrti[1], était un personnage influent et célèbre de l'époque du bouddha Shakyamuni, c'était le représentant le plus influent des bouddhistes pratiquants laïcs. Il n'est néanmoins pas mentionné dans les textes du canon pâli. Vimalakīrti pratiquait la voie du bodhisattva du courant mahāyāna dans la société, habillé comme des gens ordinaires, vivant en famille dans la ville (Vaisali, actuelle Basarh, 40 km au nord-ouest de Patna), mais son niveau était si élevé et son intelligence était si brillante qu'aucun disciple du Bouddha Shākyamouni n'était digne d'être son interlocuteur, seul le bodhisattva mahâsattva Mañjuśrī était capable de discuter avec lui sur la méthode non dualiste concernant le sens le plus profond du bouddhisme, le sutra de Vimalakirti (Vimalakīrtinirdeśa sūtra) montre à merveille son incroyable érudition ainsi que les pouvoirs surnaturels extraordinaires de sa servante.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Traduction en français: Soûtra de la Liberté inconcevable. L'enseignement de Vimalakīrti, Trad. Patrick Carré, Ed. Fayard, 2000.

Liens internes[modifier | modifier le code]