Victor Crémieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Victor Crémieu est un physicien français né en 1872 à Paris et mort en 1935[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a soutenu sa thèse de doctorat en physique à la Sorbonne sous la direction de Gabriel Lippmann en 1901. A la suite de ses recherches expérimentales sur les disques électrisés en rotation, Crémieu a été amené dans un premier temps à nier l'existence d'un effet magnétique des courants de convection, prédit par Faraday et Maxwell et détecté par Henry Rowland en 1876. Il a ensuite reconnu l'existence de l'effet mis en évidence par Rowland, attribuant ses propres résultats à un phénomène d'écrantage inattendu. Il a réalisé des recherches délicates mais non concluantes sur l'attraction gravitationnelle. Il a échangé pendant un temps une correspondance avec Henri Poincaré[2]. Dans le laboratoire de Gabriel Lippmann à la Sorbonne, il s'est lié d'amitié avec Paul Langevin. Il a ensuite été employé dans l'industrie privée.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Convection électrique et courants ouverts, Paris, 1901.
  • On the magnetic effect of electric convection, avec H. Pender, 1903.
  • Recherches sur les diélectriques solides, avec L. Malclès, Paris, 1904.
  • Attraction observée entre gouttes liquides suspendues dans un liquide de même densité, Paris, 1905.
  • Dispositif auto-amortisseur applicable aux mouvements pendulaire et oscillatoire, Paris, 1905.
  • Recherches expérimentales sur la gravitation, Paris, 1905.
  • Sur une erreur systématique qui limite la précision de l’expérience de Cavendish, Paris, 1910.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Victor Crémieu, sur le site de Springer
  2. Victor Crémieu, sur le site Henri Poincaré Papers