Veronica Lake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Veronica Lake
Description de l'image Veronica Lake still.jpg.
Nom de naissance Constance Frances Marie Ockelman
Surnom The Peek-a-boo Girl
Naissance
New York (État de New York), États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 50 ans)
Burlington (Vermont), États-Unis
Profession Actrice
Films notables Les Voyages de Sullivan
Tueur à gages
La Clé de verre
Ma femme est une sorcière
Le Dahlia bleu

Veronica Lake, née Constance Frances Marie Ockelman le [1] à New York et décédée le à Burlington (Vermont), est une actrice américaine.

Sa carrière a connu un pic surtout dans les années 1940. Son style, en particulier sa coiffure très caractéristique, lui dissimulant un œil, a fait d'elle un mythe du cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Constance (Veronica), Harry E. Ockelman, meurt lorsqu'elle a douze ans. Sa mère, Veronica, se remarie un an plus tard.

En 1938, sa famille déménage à Beverly Hills (Californie), où elle suit des cours d'art dramatique.

Elle entame sa carrière d'actrice en tant que figurante dans Sorority House (1939). On peut la voir ensuite incarner plusieurs petits rôles.

Lors du tournage de Sorority House, le réalisateur John Farrow remarque sa coupe particulière : cette longue mèche de cheveux blonds qui lui cache l'œil droit et lui donne un air mystérieux. Il la présente alors au producteur de la Paramount, Arthur Hornblow Jr., auquel elle devra son nom de scène : prénom Veronica et nom de famille Lake – « lac » en anglais –, évoquant le bleu de ses yeux. En 1941, elle obtient un contrat à la Paramount.

Veronica Lake accéde à la célébrité avec le film L'Escadrille des jeunes (1941). Belle et intelligente, elle enchaîne alors une série de succès et incarne pour quelques années l'archétype de la femme fatale. On la retrouve à l'écran le plus souvent dans des films noirs tels que La Clé de verre, Tueur à gages ou Le Dahlia bleu, où elle partage l'affiche avec Alan Ladd. Elle aura pour partenaire ce dernier qui, comme elle, est de petite stature et a un jeu froid et distancié, dans quatre films.

À partir de 1942, durant la Seconde Guerre mondiale, sa coiffure devient très appréciée des femmes américaines, au point que le gouvernement américain lui aurait demandé de changer de coupe – ce qu'elle fera – pour inciter les femmes travaillant dans les usines d'armes à adopter une coiffure plus pratique et plus sûre[2].

C'est à partir de cette période qu'elle acquiert la réputation d'être difficile et capricieuse. Elle commence à boire aussi.

En 1948, la Paramount ne renouvelle pas son contrat. Elle ne tourne plus alors que très épisodiquement, entre dans de grandes difficultés financières et est arrêtée plusieurs fois pour ivresse et tapage.

Veronica Lake et Alan Ladd dans Le Dahlia bleu (1946)

En 1961, un reporter la reconnaît dans un bar de New York où elle travaille comme serveuse. Il publie son histoire, ce qui vaut à Veronica Lake un regain de popularité, donnant lieu à quelques apparitions à la télévision. Elle publie une autobiographie, Veronica : The Autobiography of Veronica Lake[3], en 1970, et tourne dans deux films mineurs.

Sa santé physique et mentale continue à décliner. Elle meurt à cinquante ans d'hépatite. Son fils organise ses obsèques mais aucun autre parent n'assiste à la cérémonie[réf. nécessaire]. Son amant transporte sa dépouille du Québec au Vermont en faisant croire à la frontière qu'elle dort[réf. nécessaire].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs films contemporains de Veronica Lake ont fait allusion à l'actrice au cours de leur action. Par exemple Uniformes et jupons courts de Billy Wilder, où le bal final voit débarquer un contingent de jeunes filles du pensionnat, arborant toutes la coupe caractéristique de Veronica Lake ; ou encore dans L'Ombre d'un doute d'Alfred Hitchcock, où la petite Ann termine ses prières en demandant à Dieu de bénir sa famille, Veronica Lake et le Président des États-Unis.
  • Dans le film L.A. Confidential, adapté du roman de James Ellroy, Kim Basinger joue le rôle d'un sosie de Veronica Lake avec sa coiffure caractéristique. Le roman fait partie d'une série de quatre dont le premier tome, Le Dahlia noir, est inspiré de la célèbre affaire criminelle du Dahlia Noir et rappelle aussi le titre du film Le Dahlia bleu dans lequel Veronica Lake tient l'un des rôles principaux.
  • Le tueur de Still Life 2 est fasciné par cette actrice, on peut également faire une recherche dans l'ordinateur du tueur à propos de cette femme.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Veronica Lake en 1943

Télévision[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Plusieurs sources indiquent 1919 comme l'année de naissance. Dans les documents du recensement de 1er avril 1930 (State of New York, County of Kings, district 1657, page 8-B, family 151), il est c cependant indiqué que Constance Ockelman, née à Brooklyn, avait sept ans à cette époque.
  2. U.S. News Review: Issue 5
  3. (en) Veronica Lake, Donald Bain, Veronica: The Autobiography of Veronica Lake, New York, Citadel Press, 1970 (ISBN 0806502258)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :