Vase d'Uruk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vase reconstitué du Pergamonmuseum de Berlin.
Détail du vase reconstitué du Pergamonmuseum

Le vase d'Uruk (ou grand vase de Warka, grand vase d'Ourouk) est un exemple des plus représentatifs de l'art sculpté de la période d'Uruk de la civilisation mésopotamienne. Il date du quatrième millénaire av. J.-C. Ce vase monumental mesure 93 cm de hauteur et représente sur plusieurs registres des scènes cultuelles. Il est posé sur un pied d'une dizaine de centimètres.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est pendant l'hiver 1933-1934 que des archéologues allemands ont mis au jour des fragments du vase découverts sur le site d'Uruk (ou Ourouk, aujourd'hui Warka) dans le complexe des temples de la déesse Eanna. Il a été restauré et installé au Musée archéologique de Bagdad, aujourd'hui Musée national d'Irak.

Une reproduction à l'identique présente au public du musée du Proche-Orient de Berlin (Vorderasiatisches Museum) le vase reconstitué, dans la salle 5 du musée, installé au Pergamonmuseum.

Le vase originel du musée national d'Irak, comme des milliers d'autres pièces, a été brisé pendant le grand pillage d'avril 2003 au début de la Guerre d'Irak, pendant que l'armée américaine laissait faire les pillards. Il a été volé en avril 2003 et brisé en quatorze morceaux. Il a été rendu au musée en juin 2003[1]. Son sort en 2007 est inconnu.

Description[modifier | modifier le code]

Ce vase d'albâtre datant de 3200 à 3000 av. J.-C. est sculpté sur trois registres. Celui du bas dépeint la végétation du delta entre le Tigre et l'Euphrate[réf. nécessaire], comme des roseaux et des céréales. Au-dessus, une procession de bœufs et de caprins est représentée de profil. La procession continue au deuxième registre avec des hommes nus portant des paniers de fruits et de graines, ainsi que des jarres pour le sacrifice rituel. La procession se termine devant le temple d'Eanna, déesse connue ensuite sous le nom d'Ishtar dans le panthéon akkadien. Elle est représentée par deux touffes de roseaux (symbole de la déesse) avec sa prêtresse se tenant devant, tandis qu'un personnage nu lui offre un panier de graines et de fruits. Un autre personnage - sans doute un prêtre - en tenue de cérémonie se tient à côté de la scène, le procession étant derrière lui[2].

Le diamètre supérieur du vase est de 36 cm.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Julius Jordan, Uruk-Warka. Nach den Ausgrabungen der deutschen Orient-Gesellschaft, Deutsche Orientgesellschaft/WVDO, 51. Biblio, Bissendorf, Kr. Osnabrück, 2006. ISBN 3764826452
  • (de) Eva Strommenger, Fünf Jahrtausende Mesopotamien, München, Hirmer Verlag, fig. 19

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Photographie et description (université de Chicago)
  2. (en) The Warka Vase (ancientworlds.net)