Varallo Sesia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Varallo Sesia
Varallo Sesia
Varallo avec le Sacro Monte en arrière-plan.
Nom alémanique Varoal (Éischemtöitschu)[1]
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Piémont Piémont 
Province Verceil 
Code postal 13019
Code ISTAT 002156
Code cadastral L669
Préfixe tel. 0163
Démographie
Gentilé varallesi
Population 7 344 hab. (31-12-2014[2])
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 00″ nord, 8° 15′ 00″ est
Altitude Min. 450 m
Max. 450 m
Superficie 8 530 ha = 85,3 km2
Divers
Saint patron Gaudence de Novare
Fête patronale 22 janvier
Localisation
Localisation de Varallo Sesia
Localisation dans la province de Vercelli.
Géolocalisation sur la carte : Piémont
Voir sur la carte administrative du Piémont
City locator 14.svg
Varallo Sesia
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Varallo Sesia
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Varallo Sesia
Liens
Site web site officiel

Varallo Sesia est une commune de la province de Verceil dans le Piémont en Italie. En 2014, sa population est de 7 344 habitants.

Elle se trouve le long des rives de la Sesia et est divisée en deux parties par le Mastallone, son affluent, qui sépare la vieille ville, appelée Varallo Vecchio, des zones les plus récentes. Elle combine les activités industrielles et touristiques.

Géographie[modifier | modifier le code]

Varallo est presque à l'embouchure du Valsesia dans la plaine de Verceil au confluent du Mastallone et de la Sesia.

Le territoire communal culmine au nord avec la Massa del Turlo (it) (1 960 m), son point le plus bas est au débouché de la Sesia à 398 m d'altitude.

Histoire[modifier | modifier le code]

Varallo entre le et le fut le siège "Zone militaire du Valsesia" avec Cino Moscatelli (it) en tant que Commissaire de Guerre, Eraldo Gastone en tant que Commandant Militaire et Aldo Benoni comme Chef d'état-major. Le , la République Partisane du Valsesia (it) a été proclamée, avec Varallo comme capitale.

Varallo, pour Valsesia, est parmi les villes décorées de la valeur militaire pour la guerre de libération (it) avec Médaille d'or pour les sacrifices de sa population et pour son activité dans la lutte partisane pendant la Seconde Guerre mondiale.

Présentation[modifier | modifier le code]

Dans les premiers contreforts du Monte Rosa, à six cents mètres d’altitude, sur un promontoire rocheux au-dessus de Varallo, se trouve la colline sainte, le Mont Sacré de Varallo. Cet ouvrage est l’œuvre de des artistes réputé piémontais de la Renaissance, Gaudenzio Ferrari et au franciscain, Bernardo Callini. Ils revenaient d’un pèlerinage à Jérusalem et, très impressionné, voulait recréer sur le Sacro Monte une nouvelle Jérusalem, une nouvelle Via Dolorosa. La construction eut lieu à la fin du XIVe siècle.

Varallo n’est pas seulement le lieu saint le plus remarquable d’Italie du Nord, mais aussi le plus ancien[réf. nécessaire]. La mise en scène du monde spirituel a été réalisée en quarante-cinq chapelles et les arrêts du chemin de croix sont d’un réalisme surprenant. Une des scènes les plus impressionnantes est la figuration de la scène du Ecce Homo, sur fond de fresques en trompe-l’œil du peintre Morazzone. Une autre scène représentant le palais de Ponce-Pilate, ce dernier exhibant le Christ enchaîné et couronné d’épines et haranguant la foule haineuse en lui criant : « Regardez quel homme ! », date de l’issue de la Renaissance.

Ces collines saintes furent érigées en tant que lieux symboliques de culte contre l’esprit de Réforme. C’était de l’art dans un but de propagande. Durant cette époque d’importantes tensions religieuses et politiques en Europe et dans les pays frontaliers de la France et de la Suisse, et en raison des agitations hérétiques catholiques, le Piémont fut aussi déclaré marche frontalière religieuse. Une des plus anciennes installations dans ce parc à thème religieux est de Gaudenzio Ferrari lui-même. Le Christ mourant sur la Croix, date de 1522. Des personnages figés dans des attitudes dramatiques représentés par des peintures murales en trompe-l’œil et des figures à taille humaine fusionnent en un nouveau Golgotha. Le rocher de Varallo était déjà un lieu de culte aux débuts de l’ère chrétienne.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
28 mai 2002 29 mai 2007 Gianluca Buonanno    
29 mai 2007 En cours Gianluca Buonanno Ligue du Nord  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Crevola, Roccapietra, Morca, Balangera, Parone, Morondo, Camasco, Locarno, Valmaggia

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Borgosesia, Breia, Cesara, Civiasco, Cravagliana, Madonna del Sasso, Nonio, Quarna Sotto, Quarona, Sabbia, Valstrona, Vocca

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Voir aussi[modifier | modifier le code]


Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michele Musso, Imelda Ronco, D'Eischemtöitschu : vocabolario töitschu-italiano, Walser Kulturzentrum, Gressoney-Saint-Jean, éd. Musumeci, Quart, 1998, p. 299-300.
  2. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.

Liens externes[modifier | modifier le code]