Vanessa Descouraux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vanessa Descouraux
image illustrative de l’article Vanessa Descouraux

Naissance (39 ans)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Journaliste
Récompenses Prix Varenne de la radio 2003
Prix Varenne de la radio 2013
Médias
Média principal Radio
Pays Drapeau de la France France
Radio France Inter
Fonction Productrice de Interception

Vanessa Descouraux, née le , est une journaliste française de radio, journaliste à France Inter depuis 2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômée de l’IUT de Tours, Vanessa Descouraux a d'abord été reporteur et présentatrice en CDD sur différentes radios du réseau France Bleu.

De à , Vanessa Descouraux est reporteur à la rédaction de France Inter au sein du service d'Informations générales[1],[2]. En 2004, Radio Canada diffuse ses reportages thématiques[3]. En 2007, elle est au Malawi pour présenter la lutte contre le sida dans ce pays d'Afrique. En 2008, ses reportages sont diffusés notamment par RFI lorsqu'elle couvre en Colombie les évènements concernant Íngrid Betancourt et les prises d'otages[4]. Elle est présente aux Jeux olympiques de Pékin avec l'équipe des journalistes de Radio France (France Inter et France Info)[5]. Elle se rend aux Gonaïves, ville d'Haïti, après le passage des cyclones dans cette île des Caraïbes. Elle réalise de nombreux reportages pour France Inter et France Info. En , elle est promue grand reporteur[6]. Elle réalise des reportages thématiques sur les étrangers en situation irrégulière : Retour à Bamako, la Jungle de Calais, un immeuble squatté par le collectif Jeudi noir place des Vosges à Paris ou bien encore les 40 ans du marché de Rungis. En août 2009, elle couvre les élections en Afghanistan. En 2010, elle couvre le tremblement de terre à Haïti et y retourne un mois après pour un premier bilan, à nouveau en avril 2010 pour les 3 mois et pour réaliser un reportage pour le magazine Interception, diffusé le 16 mai. Nouveau reportage en Haïti en novembre pour le premier tour des élections, puis en décembre En 2011, elle couvre en février les manifestations du Caire en Égypte et en mars l'insurrection en Libye et elle y retourne en avril.

En , Vanessa Descouraux est nommée reporteur au Caire pour toutes les chaînes du groupe Radio France. Elle y reste jusqu'à , lorsque Radio France décide de fermer son bureau pour des raisons de sécurité[7].

En , de retour à Paris, elle prend en charge pendant un an les questions de Défense au sein de la rédaction de France Inter en remplacement de Simon Tivolle.

À compter d', elle intègre l'équipe de l'émission de reportage de la rédaction, Interception, aux côtés de Pascal Dervieux et Lionel Thompson.

Distinction[modifier | modifier le code]

En 2003, Vanessa Descouraux a remporté le premier prix du Prix Varenne des journalistes de radio pour « Mondiaux Athlétisme : finale du 100 m messieurs, la course au temps ».

En octobre 2012, comme en 2013 elle est à nouveau parmi les finalistes du Prix Bayeux des correspondants de guerre catégorie radio, pour ses reportages effectué à Bab El Aziziah le jour où Kadhafi est tombé[8].

Elle a à nouveau été primée en 2013 par la Fondation Varenne pour son reportage sur les violences sexuelles places Tahrir[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]