Uzma Jalaluddin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Uzma Jalaluddin
Uzma Jalaluddin signs her novel -a (48014876488).jpg
Uzma Jalaluddin lors d'une dédicace de son roman, Ayesha at Last.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion

Uzma Jalaluddin est une écrivaine canadienne, connue pour l'écriture de son premier roman à succès, Ayesha at last (Ayesha enfin), qui lui a valu une comparaison avec un classique de la littérature, Orgueil et Préjugés de Jane Austen[1],[2],[3],[4],[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jaluluddin écrit une chronique pour le Toronto Star[3],[6] ,[7]. Elle est enseignante au lycée, un métier qu'elle a en commun avec la protagoniste de son premier roman. Lors d'une interview, son amie, aussi romancière, Ausma Zehanat Khan, a décrit leur groupe d'écriture, qu'elle nomme the Sisterhood of the Pen (la sororité de la plume), qui comprend Jalaluddin et S.K. Ali[8]. Le trio d'amies s'offre ainsi des conseils d'écriture et lisent les premiers brouillons de chacune.

Jalaluddin dit avoir toujours aimé la littérature et l'écriture, mais le fait de ne pas avoir pu se sentir représentée dans les romans lus plus jeune l'a poussé à en écrire un elle-même[9]. Ainsi, elle commence l’écriture de son premier roman pendant sa première grossesse mais décide de le mettre côté. Plus tard, lorsque son fils aura 7 ans, elle ressort son premier jet et décide de le finir.

En 2017, Jalaluddin fut interrogée auprès de nombreuses autres femmes par le Toronto Star sur la question du féminisme et de l'avenir[1].

Depuis 2018, le succès du film Crazy Rich Asians va susciter l'intérêt de Hollywood qui décide alors de dénicher d'autres romans d'écrivain d'origine asiatique[10],[6]. Dès lors, en août 2018, les droits cinématographiques du premier roman de Uzma Jalaluddin ont été acquis par la société de production d'Amy Pascal, Pascal Pictures, qui a notamment produit SOS Fantômes (film, 2016), Spider-Man: Homecoming, Pentagon Papers et Le Grand Jeu (film, 2017)[11],[12],[13]. Cette décision a été prise moins de quatre mois après les débuts du roman au Canada et au Royaume-Uni.

Ayesha at Last a été nommé sur la liste des Prix du livre de Toronto (en), a été présélectionnée pour le prix Prix Kobo de l'écrivain émergent (en) 2019 et a été sélectionné pour le Prix d'humour Stephen Leacock (en)[14]. Hearst UK annonce un Big Book Award, chacune de ses principales publications nommant un titre. Cosmopolitan UK a également nommé Ayesha at Last comme son choix pour 2019, le décrivant comme « un hommage intelligent à Orgueil et Préjugés que vous aimerez même si vous n’avez jamais lu l’original »[15].

En décembre 2019, le magazine Bustle (en) a demandé à des auteurs de recommander leurs romans préférés de 2019 et ces derniers ont choisi celui de Uzma Jalaluddin, qui a pour sa part recommandé A Deadly Divide, un roman policier de son amie Ausma Zehanat Khan[16].

Son deuxième roman, Hana Khan Carries On, sera publié en juin 2021[17],[18]. Harper Collins en parle comme une histoire basée sur une rivalité entre deux restaurants halal concurrents, qui plaira aux fans du film Vous avez un message.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Laura Beeston, Jackie Hong, « Toronto women on the future of feminism », Toronto Star,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 26 septembre 2018) :

    « Instead of being exclusionary, now is the time to welcome and celebrate what we all bring to this movement. The idea of not discounting people who don’t look like us or talk like us is so important, especially in Toronto. »

  2. Piali Roy, « Ayesha at last », Quill & Quire (en),‎ (lire en ligne[archive du ])
  3. a et b Chelby Daigle, « Muslim Canadian Novelist Uzma Jalaluddin will be in Ottawa This Wednesday », Muslim Link,‎ (lire en ligne, consulté le 26 septembre 2018) :

    « Uzma Jalaluddin, a high school teacher, writes Samosas and Maple Syrup, a regular column about modern Muslim life for the Toronto Star. She’s also been a guest on the TV show Cityline, speaking on the Muslim experience. »

  4. Uzma Jalaluddin, « Success is more complicated than I ever realized », Toronto Star,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 25 octobre 2018) :

    « Sometimes I wake up at dawn and write. Sometimes I run around last minute because I’m late for everything. Some weeks, I feel like I can do this, wear all the hats all the time. Other times, I catch a stress cold and want to run away somewhere warm, like my furnace room. I know I have high expectations for myself, the kind that are hard to reach, which means that I also have to forgive myself when I fall short. »

  5. « Why Uzma Jalaluddin wrote a Muslim, modern-day update of Pride and Prejudice », CBC News,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 18 mai 2019) :

    « Set in a tight-knit Muslim community in Toronto, Uzma Jalaluddin's debut novel Ayesha at Last is a love story in the vein of Jane Austen's classic novel Pride and Prejudice. Ayesha, a teacher who dreams of being a poet, belongs to a rambunctious family and is surprised when she finds herself attracted to a traditional, conservative young man named Khalid. »

  6. a et b Jane van Koeverden, « Film rights to Uzma Jalaluddin's Ayesha at Last acquired by Pascal Pictures », CBC News,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 24 septembre 2018) :

    « The film rights to Uzma Jalaluddin's young adult novel Ayesha at Last have been sold to Pascal Pictures, the production company behind blockbusters like the Ghostbusters reboot, Spider-Man: Homecoming, The Post and Molly's Game, Deadline reports. »

  7. Ayesha Tabassum, « Uzma Jalaluddin's debut novel Ayesha At Last is a fun love story about immigrant Muslims in Canada », Indulge Express,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2019) :

    « Ayesha At Last's Muslim characters are a far cry from the stereotypes we often come across. There are no gun-wielding terrorists in this debut novel by Uzma Jallaluddin. Instead the author's characters are real, believable people. »

  8. Nick Douglas, « I'm Novelist Ausma Zehanat Khan, and This Is How I Work », Lifehacker (en),‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 18 mai 2019) :

    « I also have a little writing circle. We jokingly call ourselves the Sisterhood of the Pen. (We’ve also tried out the name #blahblahplot). Uzma Jalaluddin and S. K. Ali share useful career advice, Uzma reads my work as I go along and helps me figure out what’s working and what isn’t, and we just generally enjoy each other’s company and love chatting about writing. »

  9. Uzma Jalaluddin, « Climbing the mountain, becoming a writer », Toronto Star,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 24 septembre 2018) :

    « My first attempt at writing was a picture book titled Icy Water’s Bad Day. It was about the life cycle of an ice cube. By the end of the book, Icy Water is melting in someone’s stomach, so actually it may have been a dark comedy about existential despair. I wrote it when I was 8, so I can’t be certain. »

  10. Tony Wong, « Why Canadian authors are hot in Hollywood », Toronto Star,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 24 septembre 2018) :

    « Jalaluddin’s novel has been described as a Muslim take on Pride and Prejudice, as Hollywood looks for the next big racially diverse comedy in the wake of Crazy Rich Asians. »

  11. Mike Fleming Jr., « Pascal Pictures Acquires Uzma Jalaluddin Novel ‘Ayesha At Last’ », Deadline (en),‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 24 septembre 2018) :

    « The novel was shopped as interest swelled in Crazy Rich Asians, and it was helped by an appetite to tell a fun story focused on historically underrepresented characters. »

  12. Kate Gardner, « Things We Saw Today: Amy Pascal Options A Modern Re-Telling of Pride and Prejudice With Muslim Leads », The Mary Sue (en),‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 25 octobre 2018) :

    « In the wake of Crazy Rich Asians decimating box office records, Amy Pascal’s Pascal Pictures has optioned the rights to Ayesha At Last, a novel by Uzma Jalaluddin »

  13. Maureen Lee Lenker, « Get an exclusive first look at the buzzy romance Ayesha At Last », Entertainment Weekly,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2019) :

    « Ayesha at Last debuted in Canada last year and has already been optioned for a film adaptation by former Sony exec Amy Pascal’s Pascal Pictures. »

  14. Ashly July, « Tanya Tagaq, Kate Harris and Terese Marie Mailhot shortlisted for $10K Rakuten Kobo Emerging Writer Prize », CBC News,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 18 mai 2019) :

    « Other shortlisted titles include the memoir Son of a Critch by comedian Mark Critch and Ayesha At Last by Uzma Jalaluddin, which is a finalist in the romance category. »

  15. Ana Davila, « Big Book Awards 2019 winners revealed: Here are the hottest reads of the summer », Digital Spy,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2019) :

    « Cosmopolitan described Ayesha at Last as 'a clever homage to Jane Austen's Pride and Prejudice that you'll love, even if you never got round to reading the original'. »

  16. K.W. Colyard, « The Best Books Of 2019, According To This Year's Debut Authors », Bustle Magazine,‎ (lire en ligne)
  17. « Hana Khan Carries On: A Novel », Harper Collins,‎ (lire en ligne) :

    « From the author of Ayesha at Last comes a sparkling new rom-com for fans of “You’ve Got Mail,” set in two competing halal restaurants. »

  18. « Hana Khan Carries On: A Novel », 49th Shelf (en),‎ (lire en ligne) :

    « Sales are slow at Three Sisters Biryani Poutine, the only halal restaurant in the close-knit Golden Crescent neighbourhood. Hana waitresses there part time, but what she really wants is to tell stories on the radio. »