Utilisateur:Ruyblas13/Mastaba de Seshemnefer III

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mastaba de Seshemnefer III
Mastaba Sechemnefer III 01.jpg
Vue du mastaba de Sechemnefer III, la pyramide de Khéphren en arrière-plan.
Pyramides d'Égypte et de Nubie
Pente
1/1.87
Coordonnées

Précision : 29° 58′ 48″ N, 31° 07′ 55″ E croisement de données carte [1] et (en) « Gizeh Egypte 29.979947, 31.131900 », sur Google Maps (consulté le 10 mai 2019). + http://giza.fas.harvard.edu/mapsandplans/5663/full/ ; http://giza.fas.harvard.edu/mapsandplans/5611/full/ ; et http://giza.fas.harvard.edu/mapsandplans/38288/full/ 29° 58′ 43″ N, 31° 07′ 56″ O à défaut https://www.openstreetmap.org/way/73227488#map=15/29.9785/31.1321 données géo exportées sur OSM [2] Fait

ou :

Mastaba de Seshemnefer III - G 5170
Tombeau Sechemnéfer IIIŚšmnfr III
Tombeaux de l'Égypte antique
Image illustrative de l’article Ruyblas13/Mastaba de Seshemnefer III
Vue du mastaba de Sechemnefer III, la pyramide de Khéphren en arrière-plan.
Emplacement Cimetière ouest
Coordonnées 29° 58′ 48″ nord, 31° 07′ 55″ est
Découverte 1908
Découvreur Georg Steindorff 1908[3] expédition conduite par Ernst von Sieglin (de)[4]
Fouillé par Hermann Junker
Hellmut Brunner et Emma Brunner-Traut
George Andrew Reisner
Objets retrouvés Vases canopes, vaissellerie
Dimensions
Hauteur maximale 6[5] m
Largeur maximale 11 m
Longueur totale 23,30 m
Superficie totale 307,2[6],[7] m2
Situation sur carte Égypte
Mastaba de Seshemnefer III - G 5170

Le mastaba de Seshemnefer III (G 5170) ou mastaba de Seshemnefor III est un édifice funéraire situé dans le cimetière ouest par rapport à la pyramide de Khéops et à l'est des sépultures de Seshemnefer I et de Seshemnefer II[8]. Le tombeau de Seshemnefer III est daté de la moitié ou de la fin du règne de Djedkarê Isési (Ve dynastie)[8].

Situation[modifier | modifier le code]

ISS-32 Pyramids at Giza, Egypt.jpg

[9] [10] par rapport au G 4000 (sépulture Hémiounou), Khéops et G 5080 (tombe du père, mitoyenne) ; à l'est du cimetière en échelon

Sur sa façade Sud, le mastaba de Ssmnfr III est relié à celui de R'wr I[11]. Un espace (voie, ruelle), de 14 m de long sur 5,80 m de large, vient séparer les deux tombeau du cô[11].

Historique[modifier | modifier le code]

Seshemnefer III[modifier | modifier le code]

Seshemnefer III[12] (Śšmnfr III[13] ou Śšm-nfr III[10]) a très probablement occupé la fonction de vizir sous le règne de Djedkarê Isési[14]. Il aurait précédé Senedjemib Inti[14],[15]. Il a été servi par Penmeru (de), prêtre lecteur du temple de Mykérinos, mais ce dernier n'est pas mentionné au sein de la chambre funéraire du vizir[15]. Le mastaba du prêtre lecteur est établi un peu plus au sud de celui de Seshemnefer III, à une distance de 85 m, établi le long de la même voie (« la rue du vizir Seshemnefer », laquelle débute au niveau du mastaba de Ssmnfr III pour se terminer à celui de Pemnérou? axe parallèle à la face occidentale de la Grande Pyramide[16] - situation)[15],[16]. L'excavation du tombeau de Penmeru (Penmerou, puis les translittération et transcription des inscriptions gravées sur les murs de la chambre cultuelle (ou chapelle) de la sépulture du prêtre égyptien ont permis de mettre en évidence un rite funéraire dit « offrande de réversion » (wedjebu hetep / wḏb-rd)[17],[15],[16], une offrande se présentant sous forme de nourriture qui aurait été préalablement « consommé par un dieu égyptien »[18]. L'offrande de réversion — ou virement d'offrandes, ou encore, plus précisément, « un virement des offrandes d'un temple ou d'un particulier à un autre bénéficiaire » — liant les deux personnages (personnalités) est une « donation » de denrée alimentaire prélevée du tombeau de Ssmnfr III par le prêtre officiant funéraire Neferhotep jusqu'à celui de Penmeru[16],[15],[17] -> NOTA : élt reversion offerings -> culte mortuaire https://books.google.fr/books?id=fkMOOcSiW5kC&pg=PA322&lpg=PA322&dq=reversion+offerings&source=bl&ots=5uw6LUDovv&sig=ACfU3U0cPooNVwqmtxhIDpydFFIU6m099w&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiSmoPXwZDiAhUL8BoKHcefDeoQ6AEwA3oECAkQAQ#v=onepage&q=reversion%20offerings&f=false

Sarcophage[modifier | modifier le code]

Le sarcophage est taillé dans une roche calcaire provenant d'une carrière de Tourah[19]. Il mesure 260 de long sur 131,5 de large et 75 de haut. Ces parois ont une épaisseur de 37,5 cm[19]. Le cercueil est couvert d'une dalle mesurant 266 × 136 cm pour une épaisseur de 26 cm[19].

Découvertes et fouilles[modifier | modifier le code]

Le mastaba est découvert en 1908, au cours d'une expédition conduite par Ernst von Sieglin[20]

La chapelle est mise au jour par Steindorf en 1910[10]. Le mastaba fait l'objet de fouilles systématiques à partir de 1912 par Junker et Reisner[10].

En, la chambre d'offrande est excavée par le frère de l'industriel, Wilhelm Sieglin, durant une expédition menée par Theodor Schreiber https://www.tagblatt.de/Nachrichten/Proviant-fuers-Jenseits-371482.html + Emma + Ingrid 2004 + https://books.google.fr/books?id=iAGPAAAAIAAJ&q=Wilhelm+Sieglin+Seschemnofer+III&dq=Wilhelm+Sieglin+Seschemnofer+III&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjQw5K_mpriAhWjz4UKHTurCgkQ6AEIKjAA

DATA fin 5e dynast environ 2350 av. J.-C. https://books.google.fr/books?id=h05LAQAAIAAJ&q=Seschemnofer+III+2350&dq=Seschemnofer+III+2350&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjAp7nnmpriAhUN_RQKHV3qAbAQ6AEIKjAA + https://books.google.fr/books?id=iAGPAAAAIAAJ&q=Seschemnofer+III+2350&dq=Seschemnofer+III+2350&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjAp7nnmpriAhUN_RQKHV3qAbAQ6AEILzAB +

Vestiges[modifier | modifier le code]

Plan général du complexe funéraire[modifier | modifier le code]

G 5170 se trouve dans un ensemble funéraire dit « cimetière à échelon »[21],[10].

La sépulture est un mastaba de « type IIa » selon la classification (ou typologie) établie par Reisner[21],[10],[7]. Ce type de monument funéraire est entièrement construit en briques crues[22]. Les niches ainsi que les chapelles des mastabas de type IIa sont appareillées et sont liées par du mortier[22]. Les chapelles, construites sur le côté Est du mastaba, présentent un plan au sol en forme de L et sont orientées selon un axe nord/sud[7]. Elles sont aménagées d'une porte aveugle[7].

Le complexe funéraire se présente sous forme d'un ensemble quadrangulaire de 307 m2[6],[7] dont le massif, construit en pierre calcaire nummulitique recouvre un tumulus qui s'étend sur une longueur de 23,30 m et une largeur de 11 m[11],[10]. Les murs externes font 30 cm d'épaisseur[5]. massif Le massif monumental recouvre un noyau mesurant 17,60 m de long sur 6,50 m de large[23].

Vue d'ensemble du complexe funéraire.

Substructure[modifier | modifier le code]

Puits funéraires[modifier | modifier le code]

Le complexe est aménagé de trois puits funéraires : l'entrée (ou puits) nord et l'entrée sud[24],[25][10]. Les deux puits situés au sud (« B ») font 2 × 2 m[10]. Ils ont été creusé jusqu'à une profondeur de 6,4 m[10]. L'un de ces deux puits est précédé d'un escalier se développant sur une longueur de 5,70 m[26]. Son extrémité forme un coude de 1,65 m de long[26]. À mi-hauteur, le puits s'ouvre sur une salle inachevée qui se présente sous la forme d'une courte galerie[26]. Le puits nord (« A ») mesure 2,08 × 2,08 m[10]. Le puits nord, cloisonné par une coupole en pierre, se prolonge jusqu'à 3,16 m de profondeur[10]. Ce puits se termine par une bouche de 1,56 × 1,56 m qui s'ouvre sur la chambre funéraire, du côté nord[10].

Chambre funéraire[modifier | modifier le code]

La chambre funéraire est construite dans le prolongement d'un couloir (ou corridor) descendant[27],[10] de 3,80 m de profondeur[11] dont l'accès est réalisé via l'un des puits[10]. Elle se déploie sur une longueur de 4,52 m pour une largeur de 4,13 m[10],[26]. Son plafond s'élève à une hauteur de 2,07 m[10],[26].

Le sarcophage est disposé contre le mur ouest de la chambre mortuaire[27]. Le cercueil, taillé dans de la roche calcaire, est muni de 4 tenons servant à son acheminement[27]. Le sarcophage mesure 2,66 m de long[26].

La chambre funéraire comporte deux niches[10]. L'une de ces niche, qui mesure 3,10 m de long sur 0,67 m de haut est creusée dans le mur ouest, à l'aplomb de l'emplacement du sarcophage[27]. Ce renfoncement a été aménagé pour abriter une urne funéraire[27]. La seconde niche, creusée dans le mur sud de la salle, mesure 0,55 m de large et 0,25 m de profondeur[19].

Un puits creusé, une sorte d' ossuaire parallélépipédique de 70 × 60 × 45 cm est disposé dans l'angle sud-est de la chambre mortuaire[19].. Il est probablement destiné à reçevoir un vase canope[19].

Sur le mur Est, à une distance 0,95 m du plafond, une inscription est gravée[19]. L'inscription s'étend sur une longueur de 52,5 cm et comporte six traits verticaux de 7,5 cm de haut[19].

Superstructure[modifier | modifier le code]

.

Chapelle[modifier | modifier le code]

La chapelle ou chambre cultuelle dont le plan se présente sous la forme d'un quarré, mesure 2 × 2,5 m[10]. Une porte cloisonnée, dont le pas se trouve creusé à 1,10 m au-dessous du sol, est encadrée par deux des piliers du portique[5]. Cette porte scellée est aménagée sur le front du mastaba, nichée dans un décrochement vers l'intérieur de 3,17 m de long et 15 cm de profondeur[5].

Chambre ou salle des offrandes[modifier | modifier le code]

Son plan au sol se présente sous la forme d'un L de 3,64 m sur 1,43 m[10]. Deux fausses portes sont aménagées du côté ouest[10]. Un serdab, de taille relativement importante, est attenant au côté sud de la chambre[10].

Portique[modifier | modifier le code]

La salle des offrandes est entourée d'un portique (ou galerie) formé de piliers qui se développe sur une longueur de 5,8 m pour une largeur de 2,8 m[10],[5]. Les colonnes ont une base carrée de 0,56 × cm de côté[5]. La colonnade est L'architrave surmontant le portique comporte un bas-relief de 201 cm de large sur 43,7 cm de haut<. La frise ornementale est dédiée à Chéops[28].

Salle des statues[modifier | modifier le code]

La salle consacrée à abriter les statues (formulation) est disposée au sud de la chambre des offrandes[29]. Elle est mitoyenne (ou contigüe ou acollée) au côté sud du portique (ou colonnade)[29]. La salle des statues est aménagée (est précédée) d'une antichambre (ou vestibule) de 3,35 m de long sur 1,85 m de large[29]. La hauteur du vestibule est la même que celle du portique[29]. Placé contre le mur Ouest de l'antichambre, se trouve un plateau (table?) mesurant 2,85 m de long[29]. La salle principale se présente comme un rectangle orienté selon un axe Nord/Sud et se déployant sur 8 m de long pour 1,70 m de large[29]. Une statue, de 1,34 m de haut, représente Ssmnfr II[29] (le père du défunt)

Structures (ou bâtiments) satellites[modifier | modifier le code]

Mobilier[modifier | modifier le code]

Sarcophage[modifier | modifier le code]

Le sarcophage est taillé dans une roche calcaire provenant d'une carrière de Tourah[19]. Il mesure 260 de long sur 131,5 de large et 75 de haut. Ces parois ont une épaisseur de 37,5 cm[19]. Le cercueil est couvert d'une dalle mesurant 266 × 136 cm pour une épaisseur de 26 cm[19].

Le cercueil, taillé dans de la roche calcaire, est muni de 4 tenons servant à son acheminement[27]. Le sarcophage mesure 2,66 m de long[26].

Vases canopes[modifier | modifier le code]

  • Deux vases canopes [30] (dimensions ?)

Il ont été confectionnés dans de la roche calcaire nummulitique. Ils mesurent 26,5 cm de haut et ont un diamètre de 20,2 cm[31].

Mémo conservation muséo au Roemer- und Pelizaeus-Museum Hildesheim (en) ; search here http://www.rpmuseum.de/

Vaissellerie[modifier | modifier le code]

Sculptures[modifier | modifier le code]

  • Une statue représentant le défunt[32] ;


Autres[modifier | modifier le code]

  • Un appui-tête taillé dans de la pierre calcaire , retrouvé avec élts vaissellerie dans galerie attenante au puits funéraire menant à la chambre mortuuaire[33] ;
  • Un fragment de décors floral doré à la feuille[33]

Inscriptions[modifier | modifier le code]

La salle des offrandes, comme celles des mastaba de Ti et Sshmnfr IV, comporte une liste de domaines funéraires de 36 porteuses (ou nomes) chacune. Elle est subdivisée en quatre registres. Les premier et second registres (ou séries) comptent chacun huit domaines, les troisième et quatrièmes registres en comprenant chacun dix Delvaux p.64. Sur l'ensemble des 36, un seul domaine funéraire ne comporte pas de nom : il s'agit du huitième nome, lequel porte uniquement la représentation d'un « porteur d'offrande anonyme ». Delvaux p. 64

Le toponyme relatif à Snéfrou : https://books.google.fr/books?id=uX5KDAAAQBAJ&pg=PA12&lpg=PA12&dq=Snefru+Seshemnefer+III&source=bl&ots=jO7i0j39tt&sig=ACfU3U1CtnINm_rX2cxbaCbr53osJ6hh-A&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiT4bnul6DiAhWNlxQKHYHXBEQQ6AEwCXoECAcQAQ#v=onepage&q=Snefru%20Seshemnefer%20III&f=false ; deux fois ; registre III ; domaines 19 et 20 Junker p. 209[34]

Celui de Chéops : domaines 1, 2 et 5 - possiblement le 3 - registre I ; domaine 16, registre II [34]

Celui de Képhren : domaine 18, registre III[34]

Celui d'Ouserkaf : domaine 6, registre I ; domaines 27, 28 et 30, registre IV[34]

Celui de Sahouré : domaines 7 et 10, registre I ; domaines 13, 14 et 15, registre II[34]

Celui de Seshemnefer I : domaines 11 et 12, registre II ; domaine 26, registre III ; domaines 32,33, 34, 35 et 36, registre IV[34],[35]

Celui de Néferirkarê Kakaï : domaine 9, registre II[34]

11 inscriptions sur le mur ouest de la chapelle :

  • Premier cartouche : « Surveillant des documents des scribes du roi » -> « jmj-r zšw ˁw nzwt »[36]
  • Second cartouche : « Dans le secret privé de tous les jugements du roi » -> « ḥrj sštȝ n wḏt-mdw nbt nt nzwt »[36]
  • Troisième cartouche : « Juge et garant de l'ordre » « ˁḏ mr (n) zȜb »[36]

« Hartwig Altenmüller, 2008, p. 150. »

La fresque comporte une scène dite à offrandes nḏt-ḥr, les termes nḏt-ḥr signifiant littéralement une salutation au défunt, ou, plus précisément, une oblature, une remise de présents faite au défunt en guise de salut[37]. Les représentations de rituels d'offrandes nḏt-ḥr sont répertoriées en trois séquences (ou type) : le premier type, désigné sous les termes prt-ḫrw (offrandes d'invocation) représente l'acheminement (délivrance) des offrandes (animaux du désert, bovidés, poules) depuis les villages alentours jusqu'à la sépulture du défunt ; le second type décrit la procession de personnages en file indienne acheminant du pain, bière et autres denrées alimentaires ; le troisième type figurant différentes processions de porteurs d'offrandes apportant des biens alimentaires au sein du tombeau[37]. La scène nḏt-ḥr du tombeau de Ssmnfr III consiste en quatre registres[38]. Le premier registre figurent une procession de personnages qui tiennent des documents de comptabilité, documents ayant très probablement trait aux denrées livrées jusqu'au tombeau[38]. Les second et troisième registres, de type prt-ḫrw, représentent pour l'un la livraison de bêtes du désert et pour l'autre l'acheminement de boeufs jusqu'à la sépulture[38]. Le quatrième registre décrit une file de personnages apportant des volailles[38]

ḥtp dỉ nsw wsỉr nb ḏdw, nṯr ˁȝ, nb ȝbḏw
dỉ=f prt-ḫrw t ḥnqt, kȝw ȝpdw, šs mnḥt ḫt nbt nfrt wˁbt ˁnḫt nṯr ỉm
n kȝ n ỉmȝḫy s-n-wsrt, mȝˁ-ḫrw

La fresque murale comprend également un scène avec remise de lotus. Elle est répertoriée parmi les iconographies de type 2.1 : elle comporte une scène représentant le défunt (le maître) recevant une fleur de lotus[39]. La fleur est donnée par son fils[39]. La scène apparaît sur le mur sud de la chapelle[39].

À l'instar des registres / scènes de la remise de la fleur de lotus par le fils figurés dans les mastabas de Ssmnfr II et d'Imery, celle de Ssmfr III est entièrement entourée de personnages représentant la famille du défunt[39]. En outre, il y a une relation directe entre la composition de la scène du lotus et l'arrangement/ la disposition / des motifs entourant / cernant chacun des personnages de la famille[39].

Inscriptions mur sud (scène du lotus) relatives au père : « Vater des Grabherrn ist Seschemnefer II. Die relevanten Titel sind: jmj-r klt nbt nt nzwt, ßjtj ßtj (n zib) » ; « Söhne von Seschemnefer II. bei der Ubergabe des Lotos auf der Südwand von G 5170 » ; « ) Seschemnefer (III.) (Ssm-nfr) (jmj-r zsw rw nzwt) » ; « Seschemnefer (Ssm-nfr) (zs rw n nzwt) » x2 ; « Neferseschemptah (Nfr-ssm-pth) (zs cw n nzwt) »

et nord relatives au frère : 

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Inscriptions fragment architrave (retouvé en 1926, Junker) « htp-<,dj->nswt 3 Zahlzeichen 1000 ; tl hnqt jhw ss mnht n jmlhw Jhw. Auf dem Architrav 1 steht in nach rechts blickenden Hieroglyphen Epithet und Name: jmlhw hr Pth-zkr Jhw; auf dem äußeren Architrav q ist ebenfalls linksläufig von einem Opfergebet noch erhalten: [htp-dj-nswt Jnpw tpj]-dw.f prt-hrw n jmlhw Jhw. Auf dem linken äußeren Türpfeiler o steht (wie auf dem rechten mit nach innen blickenden Hieroglyphen Titel und Name des Toten): hrj-tp-nswt jrr hzzt <ni>.f> hrw nb jmlhw hr ntr-c

l [j]h[w], auf

dem rechten (p) ist noch erhalten: ....jmlh]w hr Wsjr nb pdw jml[hw Jhw]. »[28]

Mise en valeur et conservation muséographique[modifier | modifier le code]

[40] bof cpte rendu

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gammer-Wallert 1998, p. 29.
  2. « Mastaba of Seshmnofer III », sur la base de données géographiques OpenStreetMap (consulté le 11 mai 2019).
  3. (en) Porter, B. et Moss, R.L.B, « West Fiel - G5170 Seshemnufer III », dans Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Texts, Reliefs and Paintings, vol. III, (lire en ligne), p. 153 et 154.
  4. Gammer-Wallert 1998, p. 15-17.
  5. a b c d e et f Junker 1938, p. 198.
  6. a et b (en) Miroslav Bárta, « The Mastaba of Ptahshepses Junior II at Abusir », Ägypten und Levante / Egypt and the Levant, vol. 10,‎ , p. 45-66 (lire en ligne, consulté le 11 mai 2019).
  7. a b c d et e (en) George Andrew Reisner, chap. 7 « The finished Mastabas : Cores, Casings and Chapels », dans A History of the Giza Necropolis, vol. 1, Cambridge, Massachussets, Harvard University Press, (lire en ligne [PDF]), p. 215.
  8. a et b Altenmüller 2008, p. 144.
  9. Gammer-Wallert 1998, p. 27-30.
  10. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v et w (de) Peter Janosi, chap. 3.1 « Der Cemetery en Échelon », dans Giza in der 4. Dynastie Die Baugeschichte und Belegung einer Nekropole des Alten Reiches, vol. I : Die Mastabas der Kernfriedhöfe und die Felsgräber, Denkschriften der Gesamtakademie - Untersuchungen der Zweigstelle Kairo des Österreichischen Archäologischen Instituts, (lire en ligne [PDF]).
  11. a b c et d Junker 1938, p. 193.
  12. (en + fr) Yannis Gourdon, « Seshemnefer 3 », sur la base de données AGÉA (Anthroponymes et Généalogies de l’Égypte Ancienne), Institut français d'archéologie orientale, (consulté le 22 mai 2019).
  13. Junker 1938.
  14. a et b (en + fr) Luc Delvaux et Eugène Warmenbol, « Trois Seshemnefer et trente-six domaines », The Journal of Egyptian Archaeology, vol. 84,‎ , p. 57-69 (lire en ligne [PDF], consulté le 6 mai 2019).
  15. a b c d et e (en) Peter Der Manuelian, « Penmeru Revisited—Giza Mastaba G 2197 (Giza Archives Gleanings V) », Journal of the American Research Center in Egypt, vol. 45,‎ , p. 15, 22, 29 (lire en ligne [PDF], consulté le 10 mai 2019).
  16. a b c et d Bernhard Grdseloff, « Deux inscriptions juridiques de l'Ancien Empire », Annales du Conseil suprême des Antiquités égyptiennes, t. 42,‎ , p. 39–54 (lire en ligne, consulté le 23 mai 2019).
  17. a et b (en) Hratch Papazian, « The wḏb-rd Reversion Offerings », dans Monika Dolińska, Horst Beinlic, Ägyptologische Tempeltagung: interconnections between temples : Warschau, 22.-25. September 2008, vol. 8, Otto Harrassowitz Verlag, , 237 p. (lire en ligne).
  18. (en) Emily Teeter, « Signifiance of the Temple Cult to the Public », dans Toby Wilkinson, The Egyptian World, Routledge, (lire en ligne).
  19. a b c d e f g h i j et k Junker 1938, p. 200.
  20. (de) Hermann Junker, « Vorwort », dans Gîza III. Bericht über die von der Akademie der Wissenschaften in Wien auf gemeinsame Kosten mit Dr. Wilhelm Pelizaeus unternommenen Grabungen auf dem Friedhof des Alten Reiches bei den Pyramiden von Giza., Die Mastabas der Vorgeschrittenen V. Dynastie auf dem Westfriedhof., Vienna & Leipzig, Akademie der Wissenschaften in Wien Philosophisch-historische Klasse Denkschriften., (lire en ligne [PDF]), p. 192 à 215.
  21. a et b Gammer-Wallert 1998, p. 44.
  22. a et b (en) George Andrew Reisner, chap. 1 « The historical relations of the Giza Necropolis », dans A History of the Giza Necropolis, vol. 1, Cambridge, Massachussets, Harvard University Press, (lire en ligne [PDF]), p. 215.
  23. Junker 1938, p. 188.
  24. Junker 1938, p. 197.
  25. Gammer-Wallert 2004, p. 31.
  26. a b c d e f et g Gammer-Wallert 2004, p. 33.
  27. a b c d e et f (en) Fabien Welc, « Installing a Stone Sarcophagus in the Burial Chamber of an Old Kingdom Shaft », publications du CENTRE D’ARCHÉOLOGIE MÉDITERRANÉENNE DE L’ACADÉMIE POLONAISE DES SCIENCES, no XXIII « ÉTUDES et TRAVAUX »,‎ , p. 205 (lire en ligne [PDF], consulté le 11 mai 2019).
  28. a et b (de) Karl Martin, Reliefs des Alten Reiches., vol. 2 : Corpus Antiquitatum Aegyptiacarum., Pelizaeus-Museum Hildesheim, Lieferung 7. Mainz am Rhein, Philipp von Zabern Verlag, (lire en ligne [PDF]). Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Martin » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  29. a b c d e f et g Junker 1938, p. 199.
  30. Gamer-Wallert 2004, p. 33-34.
  31. (de) Eva Martin-Pardey, chap. 5 « Eingeweidegefässe. », dans Corpus Antiquitatum Aegyptiacarum., Pelizaeus-Museum Hildesheim, Mainz am Rhein:, Philipp von Zabern Verlag, (lire en ligne [PDF]).
  32. a b et c Gammer-Wallert 2004, p. 8.
  33. a et b Gammer-Wallert 2004, p. 7.
  34. a b c d e f et g Junker 1938, p. 209.
  35. Junker 1938, p. 210.
  36. a b et c Haltenmüller 2008, p. 150.
  37. a et b Altenmüller 2006, p. 25.
  38. a b c et d Altenmüller 2006, p. 26.
  39. a b c d et e (de) Gabriele Pieke, « Der Grabherr und die Lotosblume. Zu Lokalen und Geschlechtsspezifischen Traditionen eines Motivkreises », dans Miroslav Bárta (dir.), The Old Kingdom Art and Archaeology. Proceedings of the Conference held in Prague, May 31-June 4, 2004., Prague: Czech Institute of Egyptology, , 259-280 p. (lire en ligne [PDF]).
  40. (en) Jac. J. Janssen (dir.), {{Ouvrage}} : paramètre titre manquant (lire en ligne).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Gabriele Pieke, « Der Grabherr und die Lotosblume. Zu Lokalen und Geschlechtsspezifischen Traditionen eines Motivkreises », dans Miroslav Bárta (dir.), The Old Kingdom Art and Archaeology. Proceedings of the Conference held in Prague, May 31-June 4, 2004., Prague: Czech Institute of Egyptology, , 259-280 p. (lire en ligne [PDF]).
  • (en) Hartwig Altenmüller, « Presenting the nDt-Hr Offerings to the Tomb Owner. », dans Miroslav Bárta (dir.), The Old Kingdom Art and Archaeology. Proceedings of the Conference held in Prague, May 31-June 4, 2004., Prague: Czech Institute of Egyptology, , 25-35 p. (lire en ligne [PDF]).
  • {{article | langue = en | auteur = Raymond Olivier Faulkner | titre = Review of 'Giza II' and 'Giza III'. | périodique = Journal of Egyptian Archaeology | numéro = 27 | année = 1941 | pages = 166-169 | format électronique = pdf | consulté le = 21 mai 2019 | lire en ligne =
  • (en) William Stevenson Smith, A History of Egyptian Sculpture and Painting in the Old Kingdom., Londres : Geoffrey Cumberlege, Oxford University Press on behalf of the Museum of Fine Arts, Boston, , 2e éd. (lire en ligne [PDF]).
  • (de) Hermann Junker, Gîza, vol. 7 : Der Ostabschnitt des Westfriedhofs, Erster Teil. Bericht über die von der Akademie der Wissenschaften in Wien auf gemeinsame Kosten mit Dr. Wilhelm Pelizaeus unternommenen Grabungen auf dem Friedhof des Alten Reiches bei den Pyramiden von Giza. Akademie der Wissenschaften in Wien Philosophisch-historische Klasse Denkschriften 72, Abhandlung 3., Vienne & Leipzig, Hölder-Pichler-Tempsky Verlag, (lire en ligne [PDF]).
  • (de) Karl Martin, Reliefs des Alten Reiches., vol. 2 : Corpus Antiquitatum Aegyptiacarum., Pelizaeus-Museum Hildesheim, Lieferung 7. Mainz am Rhein, Philipp von Zabern Verlag, (lire en ligne [PDF]).
  • (de) Eva Martin-Pardey, chap. 5 « Eingeweidegefässe. », dans Corpus Antiquitatum Aegyptiacarum., Pelizaeus-Museum Hildesheim, Mainz am Rhein:, Philipp von Zabern Verlag, (lire en ligne [PDF]).
  • (en) Nigel Strudwick, The administration of Egypt in the Old Kingdom: the highest titles and their holders, London, Boston, KPI, coll. « Studies in Egyptology », (ISBN 978-0-71-030107-9, lire en ligne [PDF]).
  • (de) Emma Brunner-Traut, « Zur Tübinger Mastaba Seschemnofers III. », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts Abteilung Kairo, vol. 15,‎ , p. 18-32 (lire en ligne [PDF]).
  • http://archiv.ub.uni-heidelberg.de/propylaeumdok/1627/1/Altenmueller_Biographien_und_Domaenennamen_2005.pdf
  • https://www.academia.edu/37091221/Raumkonzept_und_Bildprogramm_in_dekorierten_Grabanlagen_im_Alten_Reich_in_Martin_Fitzenreiter_u._Michael_Herb_Hg._Dekorierte_Grabanlagen_im_Alten_Reich._Methodik_und_Interpretation_IBAES_VI
  • http://www2.rz.hu-berlin.de/nilus/net-publications/ibaes6/publikation/ibaes6_pub_text.pdf
  • (en) Peter Der Manuelian, « Penmeru Revisited—Giza Mastaba G 2197 (Giza Archives Gleanings V) », Journal of the American Research Center in Egypt, vol. 45,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 10 mai 2019). (17, 24, 31, 50)
  • http://gizamedia.rc.fas.harvard.edu/images/MFA-images/Giza/GizaImage/full/library/kanawati_tombs_2.pdf
  • http://gizamedia.rc.fas.harvard.edu/images/MFA-images/Giza/GizaImage/full/library/roveri_sarcofagi.pdf
  • (de) Hermann Junker, « Die Mastaba des Śšmnfr III », dans Gîza III. Bericht über die von der Akademie der Wissenschaften in Wien auf gemeinsame Kosten mit Dr. Wilhelm Pelizaeus unternommenen Grabungen auf dem Friedhof des Alten Reiches bei den Pyramiden von Giza., Die Mastabas der Vorgeschrittenen V. Dynastie auf dem Westfriedhof., Vienna & Leipzig, Akademie der Wissenschaften in Wien Philosophisch-historische Klasse Denkschriften., (lire en ligne [PDF]), p. 192 à 215.
  • (en) Porter B. et Moss R.L.B, chap. III « Pyramid-Fiel of Giza : Necropolis - West Field », dans Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs and Paintings., Oxford University Press, (lire en ligne [PDF]).
  • (de) Ingrid Gammer-Wallert, Von Gisa zu Tübingen : Die bewekte Geschichte der Mastaba G 5170, Köpfer & Meyer, (lire en ligne [PDF]).
  • (de) Martin Fitzenriter, « Jenseits im Diesseits », dans Christoph Kümmel, Beat Schweizer et Ulrich Veit, Körperinszenierung - Objektsammlung - Monumentalisierung: Totenritual und Grabkult in frühen Gesellschaften, Waxmann Verlag, (lire en ligne).
  • (de) Ingrid Gammer-Wallert, « Die bewegte Geschichte der Mastaba Seschemnofers III. (G 5170) », Sokär - Die Welt der Pyramieden, vol. 5, no 9,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 4 mai 2019).
  • (de) Hartwig Altenmüller, « Väter, Brüder und Götter - Bemerkungen zur Szene der Ubergabe der Lotosblüte », dans "Zur Zierde gereicht…": Festschrift Bettina Schmitz zum 60. Geburtstag am, vol. 50, coll. « Hildesheimer Ägyptologische Beiträge », , 17-28 p. (lire en ligne [PDF]).
  • (de) Peter János, « Bemerkungen zur Entstehung, Lage und Datierung der Nekropolenfelder von Giza unter Cheops », Sokär - Die Welt der Pyramieden, vol. 4, no 4,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 4 mai 2019).
  • (en) Mastabas of Nucleus Cemetery g 2100 Part 1 (lire en ligne).
  • (en) Hartwig Altenmüller, « Family, ancestor cult and some observations on the

chronology of the late Fifth Dynasty », dans Vymazalová, H. et Bárta, M. (dirs.), Chronology and Archaeology in Ancient Egypt (The Third Millennium B.C.). Proceedings of the Conference Held in Prague (June 11-14, 2007), , 144-161 p. (lire en ligne [PDF]). https://core.ac.uk/download/pdf/35123515.pdf -> http://archiv.ub.uni-heidelberg.de/propylaeumdok/1395/1/Altenmueller_Family_ancestor_cult_2008.pdf

IIa converti en type VIIa, chapelle type 4a (4.73 m2 de surface int.) surface : 307.2 http://www.gizapyramids.org/static/pdf%20library/reisner_gn_books/giza_necropolis_1/ch_5_pp37to60.pdf

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

{{Autres projets|commons=Category:Mastaba of Seshemnefer III|titre commons=Mastaba de Seshemnefer III}}

{{Portail|Égypte antique|archéologie}} {{DEFAULTSORT:Mastaba Seschemnefer III}} [[Catégorie:Index égyptologique]] [[Catégorie:Tombeau de l'Égypte antique]]