Trois petits chats

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trois petits chats est une chanson enfantine. Elle se chante à deux, souvent en pratiquant en même temps un jeu de main[1].

Structure[modifier | modifier le code]

Dans ce type de chanson, chaque nouveau mot (dont la répétition forme un couplet) commence par la syllabe qui finit le précédent, et ainsi de suite. Cette figure de style s'appelle le dorica castra[2].

Les couplets s'enchaînent donc selon une logique de forme, mais pas de sens. L'absurdité du texte peut rendre la comptine amusante aux enfants, ainsi que des expressions peu usitées dans le langage enfantin comme pied-à-terre, feu follet, typhoïde ou terrassier.

Paroles[modifier | modifier le code]

Les paroles de Trois petits chats varient énormément car elles laissent une liberté créatrice. Ainsi, Tintamarre est très souvent remplacé par Y'en a marre ou J'en ai marre, qui deviennent alors le point de départ d'une chanson où les Trois petits chats n'apparaissent pas toujours. C'est la variante populaire mais très répandue de cette comptine, et Gainsbourg s'en est inspiré pour sa chanson Marabout (Gainsbourg Percussions, 1964).

La chanson commence typiquement ainsi :

Trois p'tits chats, trois p'tits chats, trois p'tits chats, chats, chats,
Chapeau d'paille, chapeau d'paille, chapeau d'paille, paille, paille,
Paillasson, paillasson, paillasson, -son, -son,
Somnambule, somnambule, somnambule, -bule, -bule,
Bulletin, bulletin, bulletin, -tin, -tin,
Tintamarre, tintamarre, tintamarre, -marre, -marre,
...

À partir de cet endroit, il y a plusieurs versions divergentes. Souvent, les paroles rebouclent au bout d'un certain nombre de couplets, faisant ainsi de la comptine une chanson sans fin. Par exemple :

...
Lettre d'amour, lettre d'amour, mour, mour
Mourre-à-trois, mourre-à-trois, Mourre-à-trois, trois, trois
Trois p'tits chats, trois p'tits chats, trois p'tits chats, chats, chats
Chapeau d'paille, chapeau d'paille, chapeau d'paille, paille, paille
etc.

Musique[modifier | modifier le code]


\relative d' { \autoBeamOff
    \clef treble
    \key f \major
    \time 2/4
    \set Score.tempoHideNote = ##t \tempo 4 = 120
    \partial 4
  d8 e |
  f4 e8 f d4 f8 g a4 a a a8 bes |
  a g g a g f f g f4 e d
\bar "|."
}
\addlyrics { \override LyricHyphen #'minimum-distance = #2.0
  \set stanza = #"1." Trois p'tits chats, trois p'tits chats, trois p'tits chats, chats, chats,
             Cha -- peau d'pail -- le, cha -- peau d'pail -- le, cha -- peau d'paille, paille, paille,
}
\addlyrics { \override LyricHyphen #'minimum-distance = #2.0
  \set stanza = #"2." Pail -- las -- son, pail -- las -- son, pail -- las -- son, -son, -son,
             Som -- nam -- bu -- le, som -- nam -- bu -- le, som -- nam -- bule, -bule, -bule…
}

Adaptations musicales[modifier | modifier le code]

  • L'humoriste québécois François Pérusse a parodié Trois p'tits chats dans son sketch Gouri Glogenflobish, en la faisant passer pour une chanson de l'Europe de l'Est (Trätychä).
  • Le groupe québécois Groovy Aardvark a créé une version plus sinistre de la comptine dans sa chanson Amphibiens.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Candice Kornberg-Anzel, Camille Skrzynski et Olivier Barbin, Le guide décapant des parents imparfaits : L'école maternelle, Marabout, , 128 p. (ISBN 9782501126137, lire en ligne), p. 108
  2. Catherine Guennec, L'Argot Poche Pour les Nuls, edi8, coll. « Pour les Nuls Culture Générale », , 288 p. (ISBN 9782754071116, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Pinon, « J'en ai marre, marabout... Le jeu des «queues» dans l'espace gallo-roman », Le Monde alpin et rhodanien : revue régionale d'ethnologie, nos 3-4,‎ , p. 89-98 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]