Tour de l'Horloge (Nice)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tour de l'Horloge
Image dans Infobox.
La tour de l'Horloge et la caserne Rusca, place du Palais
Présentation
Partie de
Caserne Rusca et tour de l'Horloge (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Destination initiale
Horloge municipale
Style
Architecte
Bernardo Spinetta
(ou Spinelli)
Construction
Propriétaire
Commune
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Alpes-Maritimes
voir sur la carte des Alpes-Maritimes
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nice
voir sur la carte de Nice
Red pog.svg

La tour de l'Horloge est située à Nice, place du Palais.

Historique[modifier | modifier le code]

La tour de l'horloge municipale a été détruite et reconstruite à plusieurs reprises, en 1423, 1545 et 1565. La ville étant assiégée en mars 1704 par les troupes de Louis XIV, le gouverneur et les ingénieurs militaires décident de démolir la tour pour ne pas gêner les tours depuis le château.

La paix revenue, les autorités municipales entreprennent de faire reconstruire la tour. Elles confient d'abord la réalisation des plans et du devis au maître maçon Carlo Maurizio Pisano. Le projet ne se réalise pas. Les autorités demandent une aide à Victor-Amédée II de 4 000 livres, en 1717. Le comte Tonduti de l'Escarène offre le terrain. L'architecte Antonio Berlota fait les plans pour un nouveau projet, face à l'église et le couvent Saint-Dominique

En 1718, les syndics de la ville demandent au maître maçon Bernardo Spinetta ou Spinelli un nouveau projet. Bernardo Spinetta, comme Anselmo Spinelli, est orignaire du Tessin. Sa notoriété de maître maçon est déjà suffisamment établie pour que les consuls lui confient des commandes importantes. La tour est construite en en quelques mois, en 1718. Le , le maître Ricardi d'Antibes est à Nice pour faire les plans de la galerie et de l'armature de la tour. Les travaux terminés, on lui demande de surélever la tour. Il reçoit 15 livres pour ces travaux supplémentaires,le . À sa base, une plaque a été placée rappelant qu'elle a été construite sous le règne de Victor-Amédée II, roi de Sicile. Ce souverain n'a été roi de Sicile que de 1713 à 1720[1].

La grande cloche appelée Sainte-Marie-Madeleine est mise en place le . La tour, qui était surmontée de l'aigle de Nice, était, au moment de sa construction, isolée sur la place, avant la construction de la caserne Rusca, en 1780.

Les toitures et façades de la caserne et de la tour sont inscrites le au titre des monuments historiques[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guide des étrangers à Nice: contenant quelques notions sur l'histoire et la statistique du pays, p. 74-75, Nice, 1827 Texte
  2. « Caserne Rusca », notice no PA00080778, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Foussard, Georges Barber, Baroque niçois et monégasque, p. 182-84, Picard éditeur, Paris, 1988 (ISBN 2-7084-0369-9) ; p. 317

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]