Tokyo Kaido

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tokyo Kaido
Image illustrative de l'article Tokyo Kaido
Logo de la version française.
東京怪童
(Tōkyō kaidō)
Type Seinen
Thèmes Tranche de vie
Manga
Auteur Minetarō Mochizuki
Éditeur (ja) Kōdansha
(fr) Le Lézard noir
Prépublication Drapeau du Japon Morning
Sortie initiale
Volumes 3

Tokyo Kaido (東京怪童, Tōkyō kaidō?) est un seinen manga de Minetarō Mochizuki, prépublié dans le magazine Morning entre et et publié par l'éditeur Kōdansha en 3 volumes reliés sortis entre et . La version française est éditée par Le Lézard noir en 3 tomes sortis entre et .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Parution[modifier | modifier le code]

La série entame sa prépublication au Japon en 2008, dans le no 50 du magazine Morning[1], et se conclut en 2010 dans le no 31[2].

Liste des volumes[modifier | modifier le code]

no  Japonais[1] Français[3]
Date de sortie ISBN Date de sortie ISBN
1 978-4-06-372813-2 978-2-35-348094-4
2 978-4-06-372863-7 978-2-35-348099-9
3 978-4-06-372923-8 978-2-35-348102-6

Accueil[modifier | modifier le code]

En France, le manga reçoit un accueil critique favorable de la part de la presse. Pour le site internet spécialisé BoDoï, Tokyo Kaido « annonce Chiisakobé, tout en prolongeant l'une des thématiques principales de Dragon Head : les altérations cérébrales et leur conséquence sur la capacité à accepter le monde. Comme une sorte de Vol au-dessus d’un nid de coucou à la japonaise, parée d’un graphisme à l'élégante limpidité et suscitant, à tour de rôle, sourires et mélancolie »[4]. Selon Stéphane Jarno de Télérama, « le grand talent de Minetarō Mochizuki est d'emmener l'histoire en terra incognita, de lui faire prendre des chemins de traverse et gravir des cimes inattendues. Pas d'effets de manche ni de marche forcée, en bon guide, Mochizuki s'efface pour laisser aux lecteurs la toute-puissance de l'émotion »[5]. Pour Marius Chapuis de Libération, « Mochizuki entamait là un travail de réinvention, d'épure narrative et graphique, qui l'a conduit à tourner le dos aux épopées sombres pour adopter des drames à dimension humaine, plus fidèles à ce discret auteur »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (ja) « Tokyo Kaido t.1 », sur kodansha.co.jp
  2. (ja) « Tokyo Kaido t.1 », sur kodansha.co.jp
  3. « Tokyo Kaido t.1 », sur lezardnoir.com
  4. Frederico Anzalone, « Tokyo Kaido #1 », sur BoDoï.info, (consulté en septembre 2017)
  5. Stéphane Jarno, « Tokyo Kaido - Mélodie Fontaine », Télérama, no 3519,‎ (lire en ligne)
  6. Marius Chapuis, « Tokyo Kaido, l'asile aux enfants », sur next.Libération.fr, (consulté en septembre 2017)

Lien externe[modifier | modifier le code]