The Road Not Taken

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

The Road Not Taken (Le Chemin qu'on ne prend pas) est un poème du poète américain Robert Frost, publié en 1916 et intégré dans son recueil Mountain Interval (1916). Il s'agit d'un des poèmes les plus populaires de Frost.

Texte original[modifier | modifier le code]

Two roads diverged in a yellow wood,
And sorry I could not travel both,
And be one traveller, long I stood
And looked down one as far as I could
To where it bent in the undergrowth.

Then took the other, as just as fair,
And having perhaps the better claim,
Because it was grassy and wanted wear,
Though as for that the passing there
Had worn them really about the same,

And both that morning equally lay
In leaves no step had trodden black.
Oh, I kept the first for another day!
Yet knowing how way leads on to way,
I doubted if I should ever come back.

I shall be telling this with a sigh,
Somewhere ages and ages hence:
Two roads diverged in a wood, and I,
I took the one less travelled by,
And that has made all the difference.[1]

Traduction française libre[modifier | modifier le code]

Le chemin qu’on ne prend pas

Deux chemins se séparaient dans un bois doré ;
Regrettant de ne pouvoir tous deux les emprunter,
Et d’être seul à voyager, je restais là
Et j’en suivis un aussi loin que possible du regard
Jusqu’à sa courbe du sous-bois.

Puis je pris l’autre, juste comme ça,
Offrant peut être l’avantage
D’une herbe qui demandait qu’on la foulât,
Et bien qu’en cet endroit, mon passage
Les eut vraiment laissés à leur semblable état,

Et les deux s’étiraient pareillement ce matin
Sous des feuilles qu’aucun pas n’avait noircies.
Ah, je gardais l’autre pour un jour prochain !
Mais sachant comment nous emmène un chemin,
Je doutais de jamais pouvoir revenir.

Je conterai ceci dans la paix,
Quelque part, d’ici quelque temps :
Deux chemins s’offraient à moi, et là,
J’ai suivi celui qu’on ne prenait pas,
Et j’ai compris toute la différence.

Inspiration et influence[modifier | modifier le code]

Dans le film Le Cercle des poètes disparus de Peter Weir, le professeur John Keating cite à ses élèves des vers du poème The Road Not Taken afin d'illustrer le péril du conformisme et la difficulté de préserver ses convictions.

Notes et références[modifier | modifier le code]