The Grates

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Grates
Description de cette image, également commentée ci-après
The Grates.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de l'Australie Australie
Genre musical Indie pop, rock indépendant, noise rock
Années actives Depuis 2002
Labels Dew Process, Death Valley
Site officiel www.thegrates.com
Composition du groupe
Membres Patience Hodgson
John Patterson
Ritchie Danielling
Anciens membres Alana Skyring
Ben Marshall

The Grates est un groupe de rock indépendant australien, originaire de Brisbane. Ils attirent l'intérêt national après la diffusion d'une démo de leur single Trampoline (2004) sur la chaine de radio Triple J. Leur deux premiers albums, Gravity Won't Get You High (2006) et Teeth Lost, Hearts Won (2008), atteignent le top 10 de l'ARIA Albums Chart.

Skyring part en 2010 pour devenir chef, et est remplacé à la batterie par Ben Marshall pour leur troisième album, Secret Rituals (2011), qui atteint la 11e place en Australie. Le quatrième des Grates, Dream Team (2014), est enregistré avec un nouveau batteur, Richard Daniell. Depuis mai 2012, Hodgson et Patterson sont aussi propriétaires d'un café-bar appelé Southside Tea Room, situé à Morningside, dans le Queensland ; le couple se marrie en novembre la même année.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

The Grates sont formés en 2002 à Brisbane par Patience Hodgson au chant, John Patterson à la guitare et aux chœurs, et Alana Skyring à la batterie[1]. Patterson et Skyring ont étudiés à l'Alexandra Hills State High School[2]. En 1999, ils font la rencontre de l'étudiant de la Cleveland State High School, Hodgson[1],[2].

Hodgson découvre a voix lors d'un karaoké dans un bar, où elle chante A Whole New World (du film Aladdin)[1]. Selon Patterson, la nouvell version était « plus que stellaire[3]. » Les trois regardaient l'émission Rage en 2002 lorsqu'ils ont décidés de former un groupe[1]. Après plusieurs répétitions, Hodgson, et son futur compagnon, voyagent en Écosse pendant un an, alors qu'ils prévoyaient à cette période de former un duo[1], Prix Divers. Hodgson, Patterson et Skyring gardent contact et échangent des idées de morceaux[1]. Patterson et Skyring ont joués dans d'autres groupes[1], Zombie Crime Boss et Clifton, ensemble ou chacun de leur côté.

Une fois rentré en Australie, Hodgson rejoint Patterson et Skyring pour des répétitions dans le jardin des Patterson[1]. Patterson décrit les rôles dans le groupe, « Patience ne savait pas jouer d'un instrument, alors elle est devenue chanteuse. j'en avais marre de jouer du clavier, alors je me suis mis à la guitare, et Alana joue de la batterie quand elle veut[4]. » Ils choisissent délibérément de ne pas recruter de bassiste définitif, d'après Craig Mathieson de The Age, ce qui indique qu'« ils se fichent des conventions[5]. » Ils jouent sous différents noms chaque soir – le public pensait avoir affaire à un nouveau groupe plutôt qu'avec le même « merdique »[1]. En janvier 2004, ils jouent pour la première fois sous le nom de Grates ; au bar Ric's de Brisbane[6].

Plus tard en 2004, ils envoient une démo, Trampoline, à la chaine de radio australienne, Triple J[1], qui s'accompagne d'une biographie écrite et d'un article de presse. L'enregistrement s'est fait avec un enregistreur cassette huit têtes et deux microphones bas de gamme chez Patterson ; elle est régulièrement diffusée sur Triple J[1],[5]. Mathieson décrit le single comme « un mantra pop kinétique [...][5] » Trampoline est utilisée dans une publicité pour les Just Jeans "Shortcuts"[4]. En 2004, ils jouent en soutien à Rocket Science, the Tremors, TISM et Regurgitator[3],[4].

Le groupe possède un style qui lui est propre. Pendant leurs premières années, leurs sets étaient écrits lors de répétitions, « Hodgson composait les paroles sur le tas, d'abord plus intéressé par les mélodies que par les mots[5]. » Les trois membres créent eux-mêmes leurs couvertures et t-shirts[7]. Ils publient quelques extended plays : The Grates, (2002), Crocodile (2003), Black Dog Black Dog (2004), Pyrate Kids (2004) et Ssh (2004)[1]. Ils publient l'EP quatre titres, The Ouch. The Touch., chez Dew Process, le 14 février 2005[4]. Il est publié au Royaume-Uni deux mois plus tard au label Captains of Industry[8]. The Ouch. The Touch atteint le top 100 de l'ARIA Singles Chart[9]. En 2005, ils jouent aux Big Day Out, Meredith Music Festival, Splendour In the Grass, Falls Festival et Homebake. Ils jouent avec the Go! Team à leur tournée à la fin 2005 et au début 2006.

Gravity Won't Get You High[modifier | modifier le code]

The Grates, au Main Hall, à Montréal, en juin 2006. De gauche à droite : John Patterson, Alana Skyring, Patience Hodgson, et Dan Condon.

Le 8 avril 2006, ils publient leur premier album, Gravity Won't Get You High, qui atteint la neuvième place de l'ARIA Albums Chart[10]. Il est enregistré à Chicago avec Brian Deck (Holopaw, Iron and Wine, Josh Ritter) à la production[1],[11]. Il est publié au Royaume-Uni et aux États-Unis en juin.

Le single principal, 19 20 20, est publié en mars 2006 comme 45 tours et en téléchargement payant. Il est suivi par Silence Is Golden (septembre 2006), qui atteint le top 60 de l'ARIA Singles Chart[7]. Le troisième single, Rock Dogs, est publié plus tard dans l'année. Quatre des morceaux de l'album sont listés dans le Triple J Hottest 100, 2006 : Lies Are Much More Fun (71e), Inside Outside (42e), Science is Golden (17e) et 19 20 20 (10e)[12]. En 2006, ils jouent au Big Day Out (partie australienne), tournent en tête d'affiche pendant six mois, jouant en soutien à Sleater-Kinney à leur tournée australienne, avec Zutons au Royaume-Uni, en soutien aux Young Knives, puis avec Arctic Monkeys[13]. Le 13 octobre 2006, ils jouent au Forum Theatre, de Melbourne, qui est publié comme DVD, Til Death Do Us Party, le 30 avril 2007[14].

Teeth Lost, Hearts Won[modifier | modifier le code]

Le deuxième album des Grates, Teeth Lost, Hearts Won, est publié le , et atteint la 6e place des classements australiens[10]. Son premier single, Burn Bridges, est publié en juillet 2008, et atteint le top 100[13]. Il est suivi par Aw Yeah (octobre 2008). The Grates sont listés dans le Triple J Hottest 100, 2008 avec trois morceaux : Burn Bridges (34e), Aw Yeah (80e) et Carve Your Name (83e)[15]. À la mi-2009, The Grates traversent New York pour jouer et continuer d'écrire pendant six mois[16]. Skyring quitte le groupe en 2010 pour étudier à l'Institute of Culinary Education, New York[16].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Gravity Won't Get You High
  • 2008 : Teeth Lost, Hearts Won
  • 2011 : Secret Rituals
  • 2014 : Dream Team

EP[modifier | modifier le code]

  • 2002 : The Grates
  • 2003 : Crocodile
  • 2003 : Black Dog Black Dog
  • 2003 : Pyrate Kids
  • 2005 : The Ouch. The Touch.

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Nightstick + Grates (vinyle double face A)
  • 2005 : Sukkafish (45 tours)
  • 2006 : 19-20-20 (45 tours)
  • 2006 : Science is Golden

DVD[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Til Death Do Us Party: Live at the Forum

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Australian Music Prize - meilleur album contemporain (Gravity Won't Get You High)
  • 2006 : Jack Awards - meilleur nouveau groupe
  • 2006 : Triple J J Award
  • 2006 : ARIA Awards - Breakthrough Artist - album
  • 2006 : ARIA Awards - meilleure couverture

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m (en) Ed Nimmervoll, « The Grates », Howlspace. White Room Electronic Publishing Pty Ltd (consulté le 18 octobre 2015).
  2. a et b (en) Suraya Saleh, « The Grates are doing great », Bayside Bulletin, (consulté le 18 octobre 2015).
  3. a et b (en) « The ARIA Report » [PDF], Australian Recording Industry Association (ARIA), (consulté le 19 octobre 2015), p. 2.
  4. a, b, c et d (en) Talitha Conway, « Trampolining with the Grates », FasterLouder, Junkee Media, (consulté le 19 octobre 2015).
  5. a, b, c et d (en) Craig Mathieson, « Bush babes », The Age, Fairfax Media, (consulté le 18 octobre 2015).
  6. Nick Coppack et Welfare, Sue, Off the Record, , 347–352 p. (ISBN 978-0-00651-349-0, lire en ligne), « The Grates ».
  7. a et b (en) « The ARIA Report » [PDF], Australian Recording Industry Association (ARIA), (consulté le 19 octobre 2015), p. 2.
  8. (en) Kathryn Kernohan, « The Grates – The Ouch. The Touch. », FasterLouder, Junkee Media, (consulté le 19 octobre 2015).
  9. (en) « The ARIA Report » [PDF], Australian Recording Industry Association (ARIA), (consulté le 19 octobre 2015), p. 4.
  10. a et b (en) Steffen Hung, « Discography The Grates », Australian Charts Portal. Hung Medien (consulté le 19 octobre 2013).
  11. (en) Andrew Murfett, « The Grates », The Age, Fairfax Media, (consulté le 20 octobre 2015).
  12. (en) « History: Hottest 100 2006 », Triple J. (Australian Broadcasting Corporation (ABC)) (consulté le 20 octobre 2015).
  13. a et b (en) « The ARIA Report » [PDF], Australian Recording Industry Association (ARIA), (consulté le 20 octobre 2015), p. 2.
  14. (en) Ben, « Record Reviews: Til Death Do Us Party (Live at the Forum) », Mess+Noise, Junkee Media, (consulté le 20 octobre 2015).
  15. (en) « History: Hottest 100 2008 », Triple J. (Australian Broadcasting Corporation (ABC)) (consulté le 20 octobre 2015).
  16. a et b (en) Lazarevic, Jade, « Pack up Your Troubles », The Newcastle Herald, Fairfax Media, (consulté le 20 octobre 2015), p. 12.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :