The Effigies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Effigies
Description de cette image, également commentée ci-après

The Effigies.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Punk rock
Années actives 19801990, 1992, 19951996, 20042009
Labels Ruthless Records, Enigma Records, Touch and Go Records, Criminal IQ Records, Roadkill Records, Fever Records
Composition du groupe
Anciens membres John Kezdy, Robert McNaughton, Paul Zamost, Steve Economou, Earl Letiecq, Robert O'Connor, Chris Bjorklund, Joe Haggerty, Tom Woods

The Effigies est un groupe de punk rock américain, originaire de Chicago, dans l'Illinois[1]. Resté relativement méconnu, le groupe est toutefois l'un des premiers à s'imposer en refus de l'institutionalisation du punk[2] et a joué un rôle décisif dans la genèse de l'identité de la scène post-hardcore de Chicago ; son influence est souvent mise sur le même pied que celle d'autres groupes emblématiques de la même scène comme Naked Raygun ou Big Black[1].

Le groupe compte plusieurs albums publiés par le label Ruthless Records et distribués par Enigma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le site web des Effigies explique qu'ils étaient l'un des premiers groupes punk de Chicago. Cette affirmation portée par le groupe est difficile à croire car il ne s'est pas formé avant 1980, mais pas impossible étant donné que le punk issu du Midwest ait été découvert ou apprécié tardivement. Des années après la sortie des premiers albums des Ramones et Sex Pistols (1977), Chicago reste dominé par le rock classique, le disco et le blues ; les groupes de punk étaient en marge du rock dans le Midwest.

En 1987, Kezdy se réunit avec Letiecq et ajoute Chris Bjorklund (Strike Under, Bloodsport) (basse) et Joe Haggerty (batterie). En 1988, Letiecq quitte de nouveau le groupe pour former Jack Scratch avec Dave Bergeron, ex-Bloodsport. Bjorklund endosse la guitare et Tom Woods devient le bassiste des Effigies. En parallèle, Bjorklund, Haggerty, et Woods forment le reste de Bloodsport[3]. En 1990, les Effigies se séparent de nouveau[4],[5],[6],[7],[8].

The Effigies se reforment en 2004 et en 2007 publient leur premier album en l'espace de 20 ans, Reside[9]. L'album est produit par Andy Gerber.

En fin 2010, The Effigies est annoncé pour le Riot Fest en commémoration de la réédition de la compilation Busted at Oz (1981)[10].

Membres[modifier | modifier le code]

Derniers membres[modifier | modifier le code]

  • John Kezdy - chant (1980–1990, 2004–2009)
  • Robert McNaughton - guitare (2004–2009)
  • Paul Zamost - basse (1980–1986, 2004–2009)
  • Steve Economou - batterie (1980–1986, 2004–2009)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Earl Letiecq - guitare (1980–1984, 1987–1988)
  • Robert O'Connor - guitare (1985–1986)
  • Chris Bjorklund - basse (1987–1988), Guitar (1988–1990)
  • Joe Haggerty - batterie (1987–1990)
  • Tom Woods - basse (1988–1990)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP et singles[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Haunted Town 12" (EP) (Autumn Records 1981/réédité par Ruthlesss Records en 1984)
  • 1982 : Bodybag b/w Security (single)
  • 1983 : We're Da Machine 12" (EP)
  • 1996 : VMLive Presents the Effigies Live 12/16/95 (7" EP)

Compilation[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Remains Nonviewable (compilation des trois premiers EP et d'extraits de For Ever Grounded ; réédité en CD par Touch and Go Records en 1995)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) The Effigies sur AllMusic
  2. (en) The Effigies sur le site du label Southern Lord Records
  3. (en) « Bloodsport », TrouserPress.com (consulté le 27 mai 2015).
  4. (en) « Punk rock the vote », The Washington Times, (consulté le 4 février 2016), Punk rock attracted kids who tended to think more about music,” says Mr. Kezdy, 45, now a prosecutor and a member of the Federalist Society in Illinois. “So you would think that they would also put thought into their politics. And if they thought about it more, there is nothing punk rock about voting for a party that wants to put more government in your life.
  5. (en) Jeffrey S. Debies-Carl, Punk Rock and the Politics of Place, Routledge, , 88 p. (ISBN 978-0415840422), Kezdy, himself, is noteworthy for being of a politically conservative mind in a subculture that tends to the progressive.
  6. http://www.daily-journal.com/news/local/saxon-gets-life-term/article_0328c37c-77f5-532a-a3a4-e1a105168a15.html
  7. http://www.daily-journal.com/news/local/alexander-found-guilty-of-murder/article_4cb4014d-f056-56f5-b599-970393208dcc.html
  8. http://www.illinoiscourts.gov/opinions/appellatecourt/1998/3rddistrict/february/html/3960127.txt
  9. (en) Chad Radford, « Interview: John Kezdy of the Effigies | Atlanta Music Blog | Atlanta Concerts & Shows | Crib Notes | Creative Loafing Atlanta », Clatl.com, (consulté le 27 mai 2015).
  10. (en) « More Riot Fest 2010 news : The Punk Vault », Punkvinyl.com, (consulté le 27 mai 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]