Théophile Guibal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Théophile Guibal
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction
Statue de Théodore Guibal et Adolphe Devillez, les deux fondateurs de « l’École des mines » mieux connue actuellement sous le nom de « Faculté polytechnique de Mons-Hainaut »
Sculpteur : Louis Henry Devillez

Théophile Guibal, est un inventeur et ingénieur des mines français, né le à Toulouse et mort le à Morlanwelz (Belgique).

Théophile Guibal est diplômé de l'École centrale de Paris en 1836.

Faculté polytechnique de Mons[modifier | modifier le code]

Il figure avec Jean-Baptiste Thorn et Adolphe Devillez (diplômé de l'École centrale de Paris en 1835) parmi les fondateurs de l'actuelle Faculté polytechnique de Mons[1] appelée alors École des mines.

Invention[modifier | modifier le code]

Il est surtout connu pour être l'inventeur du ventilateur Guibal, sans lequel l'exploitation de mines de charbon à très grande profondeur aurait été impossible[2].

Famille[modifier | modifier le code]

  • François Cammas marié Marie-Françoise Bouton (1753-1840), fille de Guillaume-Gabriel Bouton (1730-mort à Toulouse en 1782), miniaturiste,
    • Marie Anne Guillemette Gabrielle Cammas, née en 1781, miniaturiste, mariée en 1806 avec Étienne Guibal (1774-1844), fabricant de bas et négociant,
      • Théophile Guibal marié en premières noces à Mons en 1842 avec Rosine Caroline Marie Henriette Leclerc (1821-1882)
        • Sa fille Marie Zélie Henriette Rosine Guibal, née le à Jemappes et décédée le à Morlanwelz, a épousé le grand industriel belge Lucien Guinotte.

Notes et références[modifier | modifier le code]