Technologie du vide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La technologie du vide regroupe l'ensemble des solutions pour produire, réguler et mesurer le vide. Elle permet à de nombreux processus industriels de travailler à des pressions inférieures à la pression atmosphérique. Il faut donc créer des enceintes étanches et extraire les gaz qui s'y trouvent, c'est-à-dire y faire le vide. Il faut aussi veiller à l'étanchéité de ces enceintes et être capable de mesurer la pression résiduelle.

Principales technologies[modifier | modifier le code]

Pompe à vide[modifier | modifier le code]

Article principal : Pompe à vide.

On choisit la pompe en fonction de différents paramètres, le volume à pomper, les matériaux composant la chambre à vide (à cause d'un coefficient de désorption[Quoi ?]), le type de gaz à pomper, mais aussi en fonction de la gamme de vide que l'on veut obtenir.

Jauge à vide[modifier | modifier le code]

Le nom jauge est donné à divers types de manomètres permettant d'évaluer de très basses pressions[1].

Vanne[modifier | modifier le code]

  • Vanne à papillon
  • Vanne à soufflet
  • vanne à boisseau sphérique (pour vide primaire)
  • Vanne à tiroir......

Bride et joints toriques[modifier | modifier le code]

Les matériaux et les systèmes de fixations dépendent de la qualité du vide que l'on veut obtenir, sachant que les fixations font varier la qualité de l'étanchéité du système et que les matériaux font varier les coefficients de désorbtions.

En vide primaire sont utilisées des matières organiques tels que le viton (en général de couleur verte) et le perbunan (en général de couleur noire). Attention les couleurs peuvent varier mais ce sont des couleurs assez standardisées.

Le viton est plus perméable à l'hélium.

Le perbunan a une durée de vie plus courte que le viton (craquèlement du joint dû aux ultraviolets).

En vide secondaire, ce sont les métaux qui sont favorisés (cuivre, indium).

De DN 10 (diamètre nominal) à DN 63 on parle de standard ISO-KF, au-dessus on parle de standard ISO-K.

Détecteur de fuite[modifier | modifier le code]

Article principal : Détection de fuite.
  • à gaz traceur hélium
  • à gaz traceur dihydrogène
  • à gaz traceurs réfrigérants

Applications[modifier | modifier le code]

Le vide est utilisé notamment pour le revêtement de pièces utilisées en Formule 1, pour réaliser certains alliages, pour la fabrication des circuits intégrés, pour la mécatronique...

La technique du vide est aussi appliquée dans l'industrie de la fonderie des métaux non ferreux, afin d'accroître la qualité des pièces injectées et d'augmenter le rendement des installations en diminuant les rebuts. Elle permet notamment d'obtenir une structure interne des pièces plus homogène et sans présence d'inclusions d'air, ce qui garantit le succès des opérations d'usinage, et permet aussi l'obtention des meilleurs états de surface après moulage.

Les applications principales des technologies du vide sont :

  • le semiconducteur
  • le nucléaire
  • les satellites
  • les afficheurs plats
  • le verre isolant (low e)
  • les couches décoratives
  • les couches réfléchissantes
  • les couches dures
  • les couches magnétiques
  • les matériaux composites
  • les filtres optiques
  • les cellules photovoltaïques
  • les instruments d'analyse (spectromètre....)
  • les grands instruments scientifiques (accélérateurs de particules....)
  • les dispositifs d'éclairage conventionnels ou basse consommation
  • les dispositifs de remplissage
  • la distillation basse température sous vide
  • l'élaboration de certains matériaux
  • la construction d'ouvrages (ponts coulés sous vide)
  • la fabrication de voilier en résine
  • la manutention de charges lourdes à l'aide de ventouses.
  • technique de freinage ferroviaire (frein à vide)

Réalisations[modifier | modifier le code]

Le Grand collisionneur de hadrons (LHC) est un des plus grands systèmes à vide au monde. Il utilise trois systèmes à vide pour que les particules puissent être accélérées dans un milieu aussi vide que l'espace interplanétaire et pour l'isolation thermique des parties cryogéniques. Le LHC travaille dans le domaine de l'ultravide : le vide d'isolation, qui est de 15 000 m3, est à 10−6 mbar, et le vide des tubes de faisceau est entre 10-10 et 10-11 mbar. Il utilise plus d'un millier de jauges à vide, un pompage cryogénique et des matériaux spécifiques[2].

Organisations et évènements liés au sujet des technologies du vide[modifier | modifier le code]

En France existe un « Salon du vide », et une revue ; la Gazette du vide, consacrés aux technologies du vide, ainsi qu'une une association thématique et professionnelle créée dans les années 1930 sous le nom de Société Française des Ingénieurs et Techniciens du Vide(SFITV), reconnue d'utilité publique en 1957 puis rebaptisée (en 1973), Société française du vide. Elle a eu 70 ans en 2015, ce qui en fait selon ses membres la plus ancienne des sociétés savantes et professionnelles consacrées au vide dans le monde[3]. Cette association regroupe des techniciens et ingénieurs qui promeuvent, enseignent et diffusent les sciences et techniques du vide[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Leroux, C., & Jacquot, P. (2009). Applications des technologies du vide aux traitements thermiques et aux traitements de surface. Traitement thermique, 397, 34-42.
  • Rommel, GUy (1995) « Notions de base en technique du vide » Ed : SFV (Société française du vide) ; ouvrage qui a été réédité etenrichie avec Nelly Rouvière.
  • Tomasini, L. (2001). Les traitements de surface sous vide. Revue de métallurgie ; cahiers d'information technique, 98(4), 411-418 (résumé).
  • Tomasini, L. (2001). Vacuum surface treatments. Revue de Métallurgie, 98(4), 411-419 (résumé).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]